Le Zoo d’Asson accueille deux ocelots

Deux femelles ocelots sont arrivées le mois dernier au Zoo d’Asson en provenance du zoo de Xeres et du Domaine des Fauves. Le Zoo va recevoir prochainement un mâle pour la reproduction.

© Zoo d’Asson

Le Temple des ocelots
Le Zoo d’Asson a réalisé un temple qui est à la fois un décor et un espace de vie pour les animaux. Spacieux, clair et chauffé, ce bâtiment a été conçu pour pouvoir héberger un couple et son petit.

Les volières extérieures, accolées au temple, font 4m de hauteur et ont été construites en gabion, mur naturel ayant une faible empreinte carbone et qui, au fil du temps, favorisera l’implantation de mousses, de fougères créant un véritable écosystème. Des baies vitrées en forme de V de 2m50 de hauteur permettent aux visiteurs d’entrer dans l’espace des petits fauves, pour une expérience immersive.

Les ocelots sont des animaux solitaires, chaque membre du couple dispose de sa propre volière, évitant les conflits et les risques que le mâle peut faire encourir aux petits.

Les volières disposent chacune d’un bassin car l’ocelot aime se baigner (et pêcher !), d’enrochements naturels et de branchages pour grimper

Le Temple de l’Ocelot n’est pas seulement un ensemble de présentation moderne d’animaux sauvages, il s’agit d’un espace plongeant les visiteurs dans un petit bout d’Amérique centrale, tout droit sorti de souvenirs de voyages.

Les visiteurs sont abrités par une grande « palapa » (paillotte typiquement mexicaine ) donnant accès au temple. Au milieu des cris des perroquets, des plantes d’Amérique tropicale acclimatées, vous êtes plongés dans une atmosphère propre à ces pays lointains.

Même l’allée de visite simule une piste rendue boueuse par une averse tropicale pour renforcer cette impression. Mais vous n’êtes pas au bout de votre étonnement car chaque recoin est propice à un clin d’œil, une évocation pour faire de cette nouveauté une véritable surprise !

Projet éducatif
L’expérience ne serait pas complète sans un projet un volet éducatif à la fois drôle et original. Une deuxième palapa, plus modeste que la première, abrite trois jeux réalisés en collaboration avec une entreprise spécialisée :
• Quelles sont les caractéristiques qui distinguent l’ocelots des autres grands prédateurs que sont le jaguar et le Puma?
• Quelle place tient l’ocelot dans la chaîne alimentaire des forêts tropicales d’Amérique ?
• Comment les civilisations précolombiennes et actuelles considèrent-elle cette espèce ?

Si l’on ajoute à cela une série de panneaux d’information sur la biologie et le statut de l’ocelot, le Temple de l’ocelot est certainement l’installation à petit félin la plus aboutie d’Europe.

Finitions du projet dans sa globalité d’ici la fin du mois de mai :
– Aménagements thématisés (principalement les palapas construites en Italie)
– Installation des jeux pédagogiques

Pourquoi des ocelots
C’est lors d’un voyage au Guatemala que Luc Lorca, le directeur du zoo, a eu le coup de coeur.

Le projet du Temple de l’Ocelot est né d’une rencontre inoubliable au cœur de la forêt tropicale du Guatémala. Alors que je parcourais le Parc National de Tikal bien avant le levée du soleil, je me retrouvais face à face avec un ocelot. Là, au milieu des ruines mayas noyées dans la brume et par une nuit sans lune, un ocelot me dévisageait. Nous sommes restés quelques minutes immobiles à nous regarder, je n’osais pas me saisir de mon appareil photo de peur de faire fuir le petit fauve qui semblait aussi surpris que moi.

Enfin, très calmement, l’animal marqua de sa joue une liane voisine et disparut en ondoyant comme un fantôme. Mon guide murmura « que suerte ! » et en effet j’avais le sentiment, encore vif aujourd’hui, d’avoir eu beaucoup de chance.

C’est alors que naquit l’idée, non seulement de présenter cette superbe espèce à Asson, mais aussi de partager avec nos visiteurs un peu de la magie de cette nuit là et ma fascination pour la culture des indiens Mayas.

Ce projet d’accueillir des ocelots devait être global et répondre à un certain nombre de critères :
• Offrir des conditions de vie optimales aux ocelots
• Être un centre de reproduction pour cette espèce magnifique
• Proposer aux visiteurs une expérience unique
• Intégrer des aspects pédagogiques variés, de la biologie de l’ocelot à sa place dans les cultures mésoaméricaines
• Imaginer une scénographie originale

Les choix devaient donc s’inspirer de ce qui se fait de mieux en matière d’hébergement de petits fauves et permettre aux visiteurs d’apprendre tout en voyageant. C’est donc au Zoo de Santa Ana (USA) que le Zoo d’Asson a trouvé l’inspiration pour ce qui est du concept zootechnique général, et dans les décors des ruines d’Amérique centrale pour le design et la décoration des lieux.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire