Nanuq, l’ourson polaire du Zoo de Mulhouse se porte comme un charme !

Star des médias à l’annonce de sa première sortie en février dernier, ambassadrice de la lutte contre la fonte de la banquise, Nanuq, l’oursonne polaire née au Parc Zoologique & botanique de Mulhouse le 7 novembre 2016, va bien ! Très bien même ! A bientôt 8 mois, la demoiselle, très joueuse, grandit et fait la joie de sa maman, des équipes du Parc qui apprennent à son contact, et des visiteurs qui grâce à Nanuq, continuent de s’engager en faveur de l’environnement.

© Michel Foos

Souvenez-vous… Il y a quelques mois, lorsque le secret bien gardé de la naissance rarissime d’un ours polaire au Parc zoologique & botanique de Mulhouse était dévoilé, la petite bête, dont le sexe restait encore à déterminer ne pesait que quelques centaines de grammes. Aujourd’hui, et même si elle ne passe pas sur la balance tous les jours, Nanuq pèse environ 70 kg, pour une taille de 75 cm (120 lorsqu’elle se dresse sur ses pattes arrière). « Cet embonpoint, notamment au niveau des épaules et des fesses, synonyme à la fois de bonnes graisses et de muscles, ainsi que la qualité de son pelage et l’harmonie de sa croissance, nous donnent des indications très positives sur la santé et sur le moral de Nanuq », explique le docteur-vétérinaire Brice Lefaux, directeur du Parc zoologique & botanique de Mulhouse.

Son régime alimentaire
Nanuq continue de téter sa mère. Et même si elle le fait de moins en moins, il est possible qu’elle tète encore plusieurs mois. La relation mère-fille seule déterminera le moment où l’oursonne devra abandonner la mamelle de sa maman. Pour autant, la diversification alimentaire de Nanuq a démarré dès la sortie du couple mère-petite de la tanière de maternité où elles avaient passé plus de trois mois après la mise-bas. La maman avait immédiatement fait goûter à son oursonne ce qui lui était proposé. Aujourd’hui, Nanuq continue de se servir allègrement dans les rations de Sesi. Au menu : poisson (saumon, truite, gardon, maquereau), viande (boeuf et poulet), fruits et légumes (salades, endives, concombres).

© Michel Foos

Le jeu
Nanuq joue énormément, ce qui signifie qu’elle est à l’aise dans son environnement, détendue avec les soigneurs. Elle joue avec sa mère, mais également seule, en reproduisant les gestes que ses congénères sur la banquise réalisent en période de chasse : courir, sauter pour attraper, attraper, éviter, changer de direction rapidement, plonger. Sa curiosité permet aux soigneurs de mener avec Nanuq un programme de training médical particulièrement encourageant. A moins de huit mois, l’oursonne a d’ores et déjà acquis plusieurs gestes (en échange de récompenses) qui faciliteront grandement le travail des vétérinaires : se dresser pour montrer son ventre, ouvrir la gueule, rester statique en un point déterminé, etc.

© Michel Foos

Dormir et gagner en autonomie
A huit mois, comme tous les bébés de cet âge, Nanuq a encore besoin de beaucoup dormir. Elle peut dormir seule, alors que sa maman vaquera à ses occupations, mais dort encore fréquemment auprès de sa mère. En revanche, là où Sesi s’accorde en moyenne deux longues siestes par jour, Nanuq pique des sommes plus courts et profite de la fin de l’endormissement de sa maman pour aller jouer seule de son côté. Cette autonomie qu’elle gagne petit à petit apporte aux soigneurs une nouvelle preuve que l’oursonne se sent en confiance dans son environnement. Lorsque Sesi regagne la tanière pour voir s’il reste de la nourriture, il n’est pas rare que Nanuq continue de s’amuser, sans se soucier de la présence de sa maman.

L’eau
Les températures estivales aidant, Nanuq passe beaucoup de temps dans le bassin aquatique où son apprentissage continue. L’ours polaire est en effet un prédateur qui doit être à l’aise aussi bien sur terre que dans l’eau. Les jeux dans l’eau ont ainsi une importance capitale dans l’apprentissage de l’oursonne à devenir… une ourse. Cet été, comme les trois autres ours de l’Espace Grand Nord, Nanuq recevra des glaces au poisson ou aux fruits pour se rafraîchir, mais également en source d’enrichissement intéressante. Non seulement ces glaces permettent aux ours de se rafraîchir, mais leur demandent également patience, le temps de fondre.

Ambassadrice plus que jamais !
L’ours polaire est classé « vulnérable » par l’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature. La naissance de Nanuq permet chaque jour de sensibiliser les visiteurs aux menaces qui pèsent sur les différentes espèces qui peuplent la banquise, ours et autres. Si Nanuq a attiré la lumière, en début d’année, sur la nécessaire protection de la banquise, elle est bien la chef de file d’un mouvement plus global, que chaque espèce menacée présente au Parc incarne : la protection des écosystèmes et des habitats naturels en parallèle de la conservation des espèces menacées. Ainsi, la cistude d’Europe (Emys orbicularis) est bien l’ambassadrice de la protection du ried alsacien, tout comme le lémurien aux yeux turquoise (Eulemur flavifrons), celui de la préservation de la forêt malgache et de la lutte contre l’anthropisation incontrôlée des milieux.

© Michel Foos

Zoom sur le carnet de l’explorateur
Pourquoi fait-il de plus en plus chaud dans le Grand Nord ? C’est la question que pose le carnet de l’explorateur, remis à chaque jeune visiteur à son arrivée au Parc. Au fil de la visite de l’Espace Grand Nord où vit Nanuq, l’enfant cherche des indices pour répondre à l’interrogation. De grands panneaux colorés ponctuent le parcours, invitant les lecteurs, quel que soit leur âge, à s’engager au quotidien en faveur de petits gestes éco-citoyens.

Quelques autres bébés à découvrir cet été au Parc

• Un ibis huppé (Lophotibis cristata)
Un ibis huppé est né le 11 juin, à la Maison de l’éclosion du Parc zoologique & botanique de Mulhouse. Endémique de Madagascar, cet oiseau est en passe d’être considéré comme menacé dans son milieu naturel. Il fait l’objet d’un programme de réintroduction auquel le Parc de Mulhouse est le seul parc zoologique français à participer.

© Michel Foos

• Des tortues radiées (Astrochelys radiata)
La tortue radiée est le symbole du sud de l’île de Madagascar. Autrefois très répandue, elle a vu sa population décroître de façon très inquiétante. Elle est aujourd’hui en danger critique d’extinction selon l’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature. Au Parc zoologique & botanique de Mulhouse, deux bébés sont nés les 19 et 20 juin. Ces naissances étaient attendues depuis cinq ans !

© Michel Foos

• Nofy, un lémurien aux yeux turquoise (Eulemur flavifrons)
Né le 23 février, désormais détaché de sa maman qui l’a élevé (alors que les précédents lémuriens aux yeux turquoise nés à Mulhouse avaient été élevés à la main par les soigneurs), Nofy est en grande forme. Le lémurien aux yeux turquoise est considéré comme en danger critique d’extinction et figure parmi les 25 primates les plus menacés au monde.

© Zoo de Mulhouse

• Un capucin à poitrine jaune (Sapajus xanthosternos)
Autre naissance exceptionnelle qui se faisait attendre depuis plus de dix ans : celle d’un capucin, dont le Parc zoologique & botanique de Mulhouse est coordinateur du programme d’élevage européen. Le bébé est aujourd’hui encore agrippé à sa maman et ne la quittera pas avant plusieurs semaines.

© Michel Foos

• Une portée de cinq louveteaux du Canada (Canis lupus occidentalis)
Trois mâles et deux femelles sont nés le 22 avril. Le loup du Canada est l’une des cinq sous-espèces de loup gris du continent américain, caractérisée par la grande variété de couleurs des individus. En Europe, le loup est protégé par la Convention de Berne. De retour en France depuis 1992 (Canis lupus lupus), le loup y est également protégé par un arrêté ministériel de 1993.

© Zoo de Mulhouse

Au programme de cet été

• Les dimanches de jeux et d’animations – Dans le cadre de la campagne Hop’La Nature
Dimanche 2 et 9 juillet. A la découverte des passereaux de nos jardins, des tortues de nos rivières et de bien d’autres.

• Le compost et les petites bêtes au sol – Dans le cadre de la campagne Hop’La Nature
Dimanche 2 et 9 juillet. Le SIVOM, Syndicat intercommunal à vocation multiple de m2A présente les petites bêtes du
sol et explique comment faire son compost à travers des ateliers d’observation et de découverte ludique.

• Les ateliers pour enfants de 5 à 12 ans – Dans le cadre de la campagne Hop’La Nature.
Animations sur inscription (11 euros par enfant), d’une durée de deux heures environ, de 14h15 à 16h15.
Mercredi 5 juillet : Construire une mésange
Mercredi 12 juillet : Fleurs et papillons : des couleurs plein les yeux
Mercredi 19 juillet : Nous sommes les animaux de nos forêts
Mercredi 26 juillet : Les évadés du zoo

• Visite botanique gratuite – Les hydrangéas
Mercredi 5 juillet. Rendez-vous à 14h30 sur la placette du Jardin de tous les sens. Sans réservation nécessaire.

• Découverte du métier de soigneur
Tous les mercredis au zoo pour enfants, à 15 heures. Tous les jours à la Maison de l’éclosion, à 14h30.

• Projection cinéma sous les étoiles – Le Lorax (2012)
Mardi 22 août, à 21 heures

Pour toutes informations: www.zoo-mulhouse.com

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire