Les insectes au menu de nombreux animaux du Zoo

Les insectes font partie de l’alimentation de base de nombreux animaux du Zoo. Le plat préféré des fins gourmets amateurs d’insectes est élevé dans les coulisses mêmes du Zoo de Bâle.

© Zoo de Bâle

Les insectes sont un met de choix pour de nombreux animaux du zoo, et cela aussi bien pour les reptiles que pour les oiseaux ou les singes. Ils constituent d’ailleurs la nourriture de base de nombre d’entre eux. Néanmoins, chaque espèce a ses propres exigences et préférences. C’est pourquoi près de 10 espèces d’insectes sont élevées dans les coulisses du Zoo de Bâle.

Des insectes dans toutes les bouches
Au Zoo de Bâle, sa Majesté des Mouches est le soigneur Thomas Aerni. Il est le garant du bon déroulement de l’élevage de sauterelles, grillons, hannetons, Galleriinae, mouches domestiques, thermobies, collemboles, mouches du vinaigre, vers de terre et autres cafards. La vigilance est de mise, car la valeur nutritive d’un insecte est à la hauteur de l’alimentation qu’il reçoit pour sa croissance. L’hygiène est également essentielle, car les insectes sont très sensibles aux variations de température, aux germes et à la saleté. Comme de nombreux animaux doivent recevoir leur ration quasi quotidienne d’insectes, l’élevage ne doit connaître aucun temps d’arrêt.

Ainsi, les larves de Galleriinae sont destinées à l’alimentation des oisillons. Les thermobies et les collemboles sont parfaits pour les petites grenouilles et sont de redoutables agents d’entretien pour le terrarium, dont ils assurent la propreté en mangeant les plus petites particules. Dans le vivarium, les toxotes projettent des jets d’eau pour faire tomber les grillons des feuilles et les larves de hannetons sont un pur délice pour les lézards, les petits singes et les suricates. Même les blattes, peu ragoûtantes, sont dégustées avec délectation par les macaques de Java.

L’élevage des oiseaux prospère grâce aux insectes
Le Zoo de Bâle a commencé à élever des sauterelles en 2001, lors de l’ouverture du pavillon Etoscha. Auparavant, le zoo, comme tous les établissements du genre, achetait ses insectes. Au cours des dernières années, le Zoo de Bâle a créé un service d’insectes ayant pour mission d’élever des insectes destinés à la consommation animale. Les insectes ne nourrissent pas seulement les animaux, ils les occupent aussi. Ils font également partie intégrante de l’exposition. En effet, dans le pavillon Etoscha, un essaim de plusieurs centaines de sauterelles illustre la chaîne alimentaire du pavillon.

Plusieurs fois par jour, le pavillon Etoscha est le théâtre d’un impressionnant spectacle lors duquel le suricate, le guêpier carmin, le calao à bec rouge, le républicain social, mais aussi le macroscélide chassent, neutralisent et savourent les insectes apportés par le soigneur.

L’élevage d’insectes, dont profitent également les reptiles et les amphibiens, est à l’origine du succès de l’élevage de plusieurs espèces d’oiseaux du pavillon des oiseaux. Pour élever leurs petits, les oiseaux ont immédiatement besoin de protéines animales, et cela même s’ils sont purement frugivores. Le Zoo de Bâle produit maintenant en toute autonomie des protéines de qualité et en quantité suffisante, et les résultats sont bien visibles. À titre d’exemple, l’élevage de guit-guits saï au sein du Zoo de Bâle ne s’est jamais aussi bien porté maintenant que les oisillons reçoivent des Galleriinae.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire