Réintroduction de l’ibis chauve en Espagne

Au cours des 10, 11 et 12 janvier, 38 ibis chauves (Geronticus eremita) ont été libérés dans le but de renforcer la population sédentaire de la région de Janda (Andalousie). Ce programme de réintroduction de l’ibis chauve dans le sud de Cadix (Proyecto Eremita) est mené par le Zoobotanico de Jerez – Jerez Conseil municipal ainsi que le ministère de l’Environnement de la Junta de Andalucía.

© Proyecto Eremita

Souvenez-vous, c’était fin octobre 2017, la Réserve Africaine de Sigean convoyait jusqu’en Andalousie 15 jeunes Ibis chauves pour que ces oiseaux participent à un programme de réintroduction de l’espèce, au bord de l’extinction en milieu naturel.

Après un peu plus de 2 mois passés en volière d’acclimatation, le grand jour du lâcher est enfin arrivé ! Les 10, 11 et 12 janvier dernier, les ibis chauves ont pris leur envol et ont rejoint la petite population déjà réintroduite les années précédentes sur la côte andalouse !

Ce programme est un bel exemple de coopération de la communauté zoologique européenne puisque l’intégralité des oiseaux est née en parc zoologique. Il démontre aussi l’intérêt de maintenir en captivité des populations génétiquement pérennes d’espèces menacées pour pouvoir démarrer des programmes de réintroduction le cas échéant.

Les zoos partenaires de ce programme lancé en 2004 sont le Zoobotanico Jerez, (Espagne), Opel Zoo (Allemagne), Tierpark Goldau (Suisse), Zoo Ostrava (République Tchèque) et 3 parcs français : Parc zoologique de Mulhouse (7 individus en 2017 lire ici), le Jardin aux oiseaux d’Upie (5 individus en 2017) et la Réserve Africaine de Sigean (15 individus lire ici).

© Proyecto Eremita

La Réserve Africaine de Sigean est le plus gros fournisseur d’Ibis chauves cette année puisque 11 des 38 oiseaux relâchés sont originaires de Sigean. Les 4 Ibis chauves sigeanais qui n’ont pas été libérés resteront en captivité à Jerez de la Frontera pour devenir des reproducteurs, aptes à fournir des nouveaux oiseaux pour des futurs lâchers.

L’ibis chauve est classé en danger critique d’extinction (CR) par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il ne reste plus que 600 individus dans le sud-ouest du Maroc avec 115 couples reproducteurs. Aujourd’hui, la conservation de cette espèce dépend en grande partie de la protection de la dernière population sauvage au Maroc et des programmes de réintroduction d’individus nés en captivité dans les zones où l’espèce était éteinte.  À l’avenir, la réintroduction de cette espèce en Algérie est également prévue, où l’espèce s’est éteinte à la fin des années 1980.

© Proyecto Eremita

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire