Un casanova parmi les Coryllis à tête bleue du Zoo de Bâle

Un Coryllis à tête bleue mâle du Zoo de Bâle est parvenu à s’attirer les faveurs de trois femelles à la fois. À lui à présent d’en subir les conséquences, car il se doit maintenant de nourrir chacune d’entre elles.

© Zoo de Bâle

Plusieurs Coryllis à tête bleue du Zoo de Bâle sont actuellement en train de couver des œufs. Pour cela, la femelle reste assise sur les œufs tandis que le mâle se charge pour l’essentiel de partir en quête de nourriture. Or l’un d’entre eux a particulièrement fort à faire: après avoir séduit trois femelles à la fois, il doit à présent nourrir chacune d’entre elles.

Un service de livraison à domicile bienvenu
Pour remettre la nourriture à la femelle, le mâle appelle sa partenaire sur le pas de leur cavité de nidification. Il attend que celle-ci se soit faufilée hors du trou pour lui offrir ses savoureux présents. Avant cela, il arrive parfois qu’ils s’adonnent tous deux à quelques tours de vol dans le pavillon. Jusqu’à présent, le don Juan ailé semble relever le défi avec brio. Les choses se compliqueront lorsque les œufs auront éclos, ajoutant à sa tâche encore davantage de becs affamés à nourrir. Car même après la naissance des oisillons, les Coryllis à tête bleue ont encore du pain sur la planche, étant donné que les petits sont nourris par leurs parents. Pour cela, le père donne la nourriture à la mère qui à son tour la donne à ses petits. Les jeunes volatiles ne sont pas toujours aimables entre eux: ils se disputent souvent la place et n’hésitent pas à se chasser à coups de bec.

Des acrobates sous un toit de feuilles
Les Coryllis à tête bleue appartiennent à l’ordre des coryllis, ou loricules, des espèces très répandues en Asie et en Océanie. Ils ont la particularité de se suspendre la tête en bas pour dormir, comme les chauves-souris (d’où leur désignation allemande Fledermauspapageien, littéralement: perroquets chauves-souris). Les Coryllis à tête bleue se déplacent en général en petits groupes. On ne les voit que rarement seuls. Ils vont habilement dans les branchages et les feuillages chercher leur nourriture: nectar, fruits, pollen, graines, et divers petits insectes. Comme la plupart des perroquets, les Coryllis à tête bleue nichent dans des trous. Deux à quatre petits sont élevés par couvée. Ces oiseaux peuplent les forêts tropicales et les régions boisées, mais ont également été observés dans les forêts de bambou, plantations et jardins. On les trouve entre 500 et 2000 mètres d’altitude.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire