Le bassin des loutres ouvre à la Garenne

Après six mois de travaux, l’espace destiné aux loutres ouvre dès aujourd’hui. Une première Loutre d’Europe, une femelle, a été introduite dans son bassin et est désormais visible du public. Un mâle la rejoindra bientôt.

© La Garenne

La zone dédiée aux loutres s’étend sur une surface de plus de 500 mètres carrés. Elle inclue un bassin principal d’environ 30 mètres cube et des ruisseaux avec des bassins secondaires. Un local abritera la zone de travail pour les soigneurs, les systèmes de pompage et de filtration, ainsi que des catiches et un terrier permettant aux loutres de s’abriter, se reposer ou se reproduire. Le public pourra observer les loutres dans le bassin principal grâce à une baie vitrée permettant de voir les plongées sous l’eau.

Cette nouvelle infrastructure a été possible grâce au soutien financier de plusieurs fondations impliquées dans la conservation de la nature : Fondation Bertarelli, Fondation Gelbert, Fondation OAK, Fondation Sandoz et Fondation Alfred et Eugénie Baur.

© La Garenne
© La Garenne
© La Garenne

Pourquoi la Loutre d’Europe?

> Une espèce disparue de Suisse
La loutre est un animal populaire, mais pourtant très méconnu et que peu de personnes ont pu observer en nature. Elle était encore commune dans les rivières, ruisseaux et étangs au début du 19ème siècle. Comme beaucoup de mammifères, elle a très fortement décliné au 19ème siècle par la chasse et le piégeage, à la fois pour sa fourrure et parce qu’elle entrait en concurrence pour le poisson. Au 20ème siècle, se sont ajoutés d’autres facteurs indirects de déclin, en particulier la pollution des eaux, l’aménagement des cours d’eau et la régression des zones humides. Malgré sa protection totale en 1952, la Loutre finit par disparaître de Suisse.

> De retour
Depuis la fin des années 2000, les indices de son retour naturel en Suisse augmentent. Les populations de loutres françaises et autrichiennes connaissent une belle dynamique. Cependant le retour de la Loutre par la vallée du Rhône est encore très timide, les indices restant rares. Sa colonisation depuis l’Autriche par le bassin de l’Inn est en revanche plus nette. Son retour en Suisse bénéficie de la restauration des cours d’eau et de la diminution de la pollution, et de la protection des populations de poissons.

> Un ambassadeur de la conservation des rivières
La loutre est un prédateur haut dans la chaîne alimentaire. Du point de vue biologique, son retour est un bon indicateur de la qualité de l’eau et de l’abondance en poissons. La Loutre permet de transmettre des messages de sensibilisation à la préservation de l’environnement :
. Préservation des cours d’eau et des zones humides en général
. Préservation des populations de poissons
. Qualité de l’eau, pollution et traitement des eaux usées
. Restauration des berges des cours d’eau

Le facteur clé de son retour est l’abondance en poissons dans les rivières, et actuellement, une minorité des cours d’eau lui est encore favorable en Suisse. Son retour sur ses lieux de présence historique sera long. Même si elle rentre en concurrence avec les pêcheurs, une étude a montré qu’une majorité d’entre eux était favorable à son retour. Si la Loutre est une grande consommatrice de poissons, son territoire est immense.

© La Garenne

Quelques éléments de biologie de la Loutre d’Europe

La Loutre d’Europe est dite amphibie, car elle passe beaucoup de temps dans l’eau. Contrairement à sa réputation, elle ne se nourrit pas exclusivement de poissons. Cette espèce apprécie également les batraciens, reptiles, insectes, crustacés, petits rongeurs, voire même des oiseaux en particulier en hiver lorsque le poisson se fait plus rare et difficile d’accès. Pour se déplacer aisément dans les rivières, la loutre possède un pelage lisse, une puissante queue et des pattes arrière palmées. La densité des poils de sa fourrure l’isole aussi parfaitement de l’eau et du froid. Elle est donc capable de rester active même pendant l’hiver. En plongée, ses narines et ses oreilles se ferment complètement, afin d’éviter tout passage d’eau à l’intérieur.

La Loutre d’Europe possède une bonne vue, même sous l’eau. Pour éviter les obstacles et localiser efficacement ses proies, son museau est aussi muni de moustaches ultrasensibles, appelées vibrisses. Ces adaptations font de cet animal un nageur et un chasseur aquatique d’une grande agilité et rapidité. Des crottes appelées épreintes, de l’urine et des muscs à fortes odeurs sont laissés par la Loutre d’Europe le long des berges bordant les rivières. Ces traces odorantes informent les autres congénères de l’âge, du sexe et des intentions de l’occupant du territoire. Suivant les régions d’Europe, il existe même différentes odeurs comme des dialectes.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


1 commentaire sur Le bassin des loutres ouvre à la Garenne

Laisser un commentaire