Nausicaa change de dimension

Le 19 mai 2018, Nausicaa double sa surface grâce au parcours « Voyage en Haute Mer » doté du plus grand bassin d’Europe ! Toujours plus d’espèces à découvrir et des expériences hors-normes qui promettent un voyage inoubliable au cœur de l’océan.

© Alexis Rosenfeld / Divergence

C’est un centre de découverte de l’environnement marin unique en son genre, à la fois ludique, pédagogique et scientifique, essentiellement axé sur les relations entre l’Homme et la Mer. Aquariums géants, explorations sous-marines, technologies de pointe dans la magie d’une mise en scène grandiose : tout est là pour rêver. Explications précises, centre de ressources documentaires, films, expositions temporaires, conférences, programmes pédagogiques, animations en exposition : tout est également là pour comprendre et apprendre. En effet, la mission du centre est avant tout de sensibiliser le public à une meilleure gestion des océans et de leurs ressources !

Créé à l’initiative de Guy Lengagne en 1991, le Centre National de la Mer a accueilli plus de 16 millions de visiteurs dont près de 30 % d’étrangers et attire une clientèle dans un rayon de moins de 3 h 00 de route. Ceci fait de Nausicaale site touristique le plus visité au nord de Paris après le Parc Astérix. Pour la ville de Boulogne-sur-Mer et pour la Côte d’Opale, les retombées touristiques et économiques de Nausicaa sont indéniables et profitent à l’ensemble de la région.

Nausicaa fait découvrir et aimer la mer, élément de vie, et source de richesses pour aujourd’hui et pour demain. Initiateur et promoteur de la Blue Society, il offre une nouvelle vision des solutions pour l’avenir de l’humanité, en provenance de l’océan. L’océan est essentiel pour les équilibres naturels de la Planète. Il régule le climat, recycle l’eau et produit de l’oxygène… Berceau de la vie sur Terre, la mer est peuplée jusqu’aux plus grandes profondeurs de milliards d’êtres vivants. Cette vie océanique est source de nourriture et pourrait être à l’origine de richesses précieuses pour l’Homme comme de nouveaux médicaments. Immense et puissant, l’océan a également un potentiel en énergie et en ressources minérales qui pourraient satisfaire les besoins d’une humanité en plein développement.

De multiples activités comme le tourisme, la pêche, l’aquaculture ou le transport maritime sont liées à la mer, offrant ainsi non seulement des bénéfices économiques très importants mais aussi des millions d’emplois à condition d’exploiter durablement ces richesses. Enfin, l’Océan tient une grande place dans la science et dans nos cultures.

Pourtant, une grande partie de l’océan reste méconnue. La haute mer, cette immensité liquide loin des côtes, dont la surface représente la moitié de celle de la Planète et qui constitue les eaux au-delà des limites nationales, détient une partie des clés de notre avenir. La nouvelle extension de Nausicaa traitera des nouveaux enjeux liés à la haute mer, dans le cadre de la Blue Society, portée par Philippe Vallette.

© Philippe Turpin

Un projet architectural unique en Europe
Le projet du bâtiment a été imaginé par les architectes Jacques et Sophie Rougerie, lauréats avec Sogea Caroni, filiale de Vinci Construction France, en 2014 du concours international lancé pour la création du nouveau Nausicaa, Centre national de la Mer dans le cadre d’un groupement conception réalisation. C’est une architecture bionique que l’agence Rougerie a imaginé, empruntant au monde marin son vocabulaire de formes vivantes.

La ligne du projet architectural affirme son ambition : concilier la dimension de l’impact de l’océan sur notre civilisation actuelle, et sur son devenir, avec l’histoire maritime de Boulogne-sur-Mer et sa revitalisation urbaine. Le nouveau Nausicaa propose une réponse urbanistique, architecturale et scénographique ambitieuse et visionnaire qui soit en osmose avec cette double exigence.

Nausicaa double sa surface
La gestion de la haute mer est l’un des grands enjeux du XXIème siècle, dont la mise en place de la gouvernance fait l’objet de discussions aux Nations Unies. Le visiteur perçoit ici l’immensité : un océan puissant, un océan vivant. Le lieu évoque l’île de Malpelo, au large de la Colombie.

Cet ouvrage aux dimensions exceptionnelles est un véritable défi architectural, aquariologique et technique, qui a été réalisé à Nausicaa pour la première fois en Europe ! Dans cet espace, évolueront des requins-marteaux, des raies manta, des poissons-lunes et autres bancs de poissons. Un tunnel transparent de 18 m de long, de multiples vues, des vitrages géants et une baie de 20 m de long et 5 m de haut donneront des vues spectaculaires sur le grand bassin. La visite sera également ponctuée d’attractions interactives et surprenantes et de nouveaux spectacles.

Nausicaa va permettre aux visiteurs d’observer les espèces les plus impressionnantes comme si nous étions au plus près d’elles. Nausicaa met en scène une faille sous-marine spectaculaire de plus de 7 m de haut pour offrir un spectacle que peu d’humains ont pu observer jusqu’ici : une incursion dans le monde secret des profondeurs de l’océan, à la découverte des richesses de ce monde inconnu.

© Alexis Rosenfeld / Divergence

Le «Voyage en Haute Mer»
La haute mer peut sembler un vaste désert, pourtant elle est parcourue par les grands migrateurs et peuplée d’animaux qui franchissent d’immenses distances pour se nourrir ou se reproduire. Entre 200 m et 1 000 m de fond, la concentration de petits poissons constitue des quantités de nourriture très importante pour les animaux marins plus gros. La haute mer représente un champ immense pour l’exploration et la science  ! Elle représente aussi une formidable extension du champ des possibles pour l’humanité.

Le Grand Bassin
L’extension de Nausicaa s’articule autour d’un Grand Bassin reconstituant l’écosystème de l’ile de Malpelo. Recréer l’écosystème de la haute mer est un véritable défi qui a été réalisé pour la première fois en Europe à cette dimension ! Pour offrir une vue imprenable sur cette vie sous-marine, l’aquarium est équipé d’une baie en méthacrylate de 38  cm d’épaisseur aux dimensions XXL : 20 m de large sur 5 m de haut pour un poids total de 54 tonnes ! Une baie d’un seul tenant, sans aucun poteau intermédiaire, encastrée sous une poutre monumentale. C’est dans la banlieue de Rome que les ouvriers de Clax Italia® ont préparé et poli cette pièce unique, acheminée en janvier 2017 par camion. Sa réalisation a exigé une haute technicité et un savoir-faire que seules trois entreprises maîtrisent dans le monde.

© Jonathan ALEXANDRE

Parcours de visite
• Océan vivant:
Berceau de la vie sur Terre, l’océan est peuplé jusqu’aux plus grandes profondeurs de milliards d’êtres vivants. Cette vie océanique, encore en grande partie inconnue, est essentielle pour les équilibres naturels de la Planète. De nombreuses espèces pourraient être à l’origine de produits précieux pour l’homme comme de nouveaux médicaments.

• La grande faille: Nausicaa met en scène une faille sous-marine spectaculaire de plus de 7 m pour offrir un spectacle unique : une incursion dans le monde secret des profondeurs de l’Océan, à la découverte des richesses de ce monde inconnu. La grande faille fait partie des vues impressionnantes donnant sur le grand bassin. Elle permet au public de voir évoluer les poissons sur plus de 7 m de hauteur et de découvrir la place de chacun dans l’écosystème. Cette ouverture représente une colonne d’eau qui enchante les petits et les grands.

© Jonathan ALEXANDRE

• Le tunnel: Un tunnel de plus de 18 m de long permet aux visiteurs de se promener entourés de requins, de raies manta, de bancs de poissons et autres animaux. Celui-ci offre une immersion complète dans la haute mer. Une expérience unique pour profiter pleinement des merveilles de l’océan.

© Alexis Rosenfeld / Divergence

• Le monde des abysses:  Les deux tiers de la surface du globe dépassent 2 500 m de fond, mais seule une toute petite partie de ces fonds a été explorée. Nous connaissons moins bien les abysses que la surface de la Lune ! Pourtant ils recèlent bien des trésors : les espèces inconnues et les précieux minéraux des grands fonds pourraient représenter des solutions pour l’avenir si l’on parvient à les exploiter de façon rentable, durable et responsable.

• La grotte sous-marine: L’océan inspire les poètes et les artistes. Depuis la nuit des temps, il nourrit l’imaginaire de l’humanité. Du terrible Kraken aux aventures extraordinaires du capitaine Nemo, en passant par les contes que l’on raconte dans les îles du Pacifique, l’océan est à l’origine d’innombrables mythes et légendes.

Balcon © Philippe Turpin

Les animaux emblématiques
• Le requin-marteau Halicorne (Sphyrna lewini)
Placés tout en haut des chaînes alimentaires marines, les requins jouent un rôle capital dans l’équilibre des populations animales. Depuis toujours, ils pâtissent d’une réputation de mangeurs d’hommes ! Or, parmi plus de 500 espèces recensées à travers les océans, très peu sont en réalité dangereuses pour l’Homme envers lequel ils sont souvent craintifs et méfiants ! Au contraire, l’Homme tue plus de 100 millions de requins chaque année, essentiellement pour ne prélever que leurs ailerons ! Nausicaa a choisi de présenter des requins-marteaux, espèce emblématique de l’île de Malpelo. Leur situation y est particulièrement préoccupante, leur population décline à cause de la pêche pour les ailerons et le braconnage.

• La raie aigle ocellée (Aetobatus ocellatus)
La raie-aigle ocellée est un animal emblématique de la haute mer dans les zones tropicales et subtropicales. La raie-aigle évolue en banc de plusieurs dizaines d’individus, parfois en couple ou seule. Ce poisson peut atteindre 3 m d’envergure et peser jusqu’à 200 kg. Elle nage en remuant lentement et avec amplitude ses ailes pectorales, et donne
l’impression d’un vol plus que d’une nage. La raie-aigle offre de majestueux et impressionnants ballets.

• La raie manta (Mobula birostris)
La raie manta est la plus grande raie du monde, elle peut atteindre 8 m de long et peser jusqu’à 1,8 tonne. Elle donne généralement naissance à un petit à la fois. Elle vit près de la surface, entre 0 et 24 m de profondeur. On la trouve en surface des zones tropicales du monde entier ainsi qu’en zones tempérées chaudes de l’Atlantique (côte Atlantique ouest au large de la Caroline du Sud, Bermudes, côté est, Madère…) Elle se nourrit de petits poissons, crustacés et de plancton. Elle se caractérise par ses deux excroissances céphaliques de chaque côté de sa large bouche. Dans les récifs coralliens, les grandes raies manta se rassemblent sur les points les plus élevés, là où les courants charrient du plancton. La raie manta est sociable avec les plongeurs, elle est d’une beauté particulièrement envoûtante…

• Le poisson lanterne (Anomalops katoptron)
Le grand poisson lanterne vit dans les récifs coralliens, jusqu’à 400 m de profondeur. Il s’abrite dans les cavernes, les grottes et les crevasses sous-marines en journée, et sort la nuit pour se nourrir. Des juvéniles sont repérés près de grottes ou de tombants par nuits très sombres. Il possède un organe lumineux en forme de haricot sous l’œil qui produit une lumière bleutée, vraisemblablement pour localiser les proies planctoniques, communiquer avec d’autres individus de la même espèce et éviter les prédateurs. Il peut tourner cette partie de son corps vers l’intérieur comme s’il l’avait éteinte (dans ce cas, pas de lumière !). Ainsi, sa petite lumière peut donner aussi l’impression de clignoter. Il est probable que cela serve à communiquer au sein d’un groupe. Cette luciole du Pacifique est un animal fascinant.

• Le mérou lancéolé (Epinephelus lanceolatus)
Souvent sédentaire, Le mérou géant, ou mérou lancéolé évolue près des récifs coralliens, des lagons et des grottes. Il évolue en moyenne à 50 m de profondeur mais peut se trouver jusqu’à 200 m de profondeur. Les mérous vivent en haute mer autour des récifs artificiels et sont souvent les premiers animaux à coloniser ces lieux. Le mérou peut changer de sexe selon les besoins en reproducteurs. Cette flexibilité permet de maintenir un équilibre des effectifs de la population, en rapport avec l’environnement : disponibilité en nourriture et espace à conquérir sont les facteurs les plus influents du milieu. Il est impressionnant par sa taille ; il peut mesurer jusqu’à 2,70 m et peser 300 kg !!!

• Les sardines (Harengula clupeola)
Les sardines évoluent en haute mer, au sein de bancs très compacts, entre 10 et 50 m sous la surface. Alors, que l’on pourrait penser que les poissons sont répartis au hasard, ils semblent, en réalité, obéir à un geste intentionnel et centralisé. Les bancs de milliers de sardines forment des mouvements synchronisés et semblent virevolter à chaque changement de direction offrant ainsi aux visiteurs un spectacle fascinant.

• Les méduses dorées (Chrysaora fuscescens)
De grande taille (l’ombrelle peut atteindre plus de 30 cm), cette méduse aux tons dorés se développe dans les eaux fraîches du Pacifique nord. Leur apparition de masse est un marqueur de dérèglement. Réussir l’élevage de méduses est un véritable challenge, leur reproduction est assez complexe. Les méduses ont une reproduction sexuée qui donne naissance à des planulas (petites larves) qui en se déposant sur le fond deviennent des polypes. Ce sont ces polypes qui par une reproduction asexuée, donnent naissance aux méduses par strobilation (séparation verticale pour former des petites soucoupes). En reconstituant très fidèlement leurs conditions de vie (nourriture, température de l’eau, courant, salinité…), il est possible de reproduire leurs cycles de reproduction. Plus de 15 espèces de méduses différentes sont élevées à Nausicaa.

Mdéuses dorées © Alexis Rosenfeld / Divergence

Nausicaa, pôle d’attractivité économique du territoire boulonnais
L’extension de Nausicaa s’intègre dans un grand projet d’attractivité territoriale de Boulogne-sur-Mer, Cœur d’agglomération, capitale de la Côte d’Opale. Bénéficiant d’un investissement de 70 millions d’euros, ce projet génèrera dès la 1ère année près de 70 millions d’euros de retombées économiques. Il aura fallu près de deux ans, soixante-dix entreprises et plus de deux cent cinquante personnes mobilisées au plus fort du chantier, des technologies pionnières, deux grues… bref, un chantier exceptionnel pour faire immerger ce nouveau Nausicaa, le plus grand aquarium d’Europe, classé parmi les World Class Aquarium, c’est-à-dire parmi les 5 plus grands aquariums du monde.

Symbole du renouveau de Boulogne-sur-mer 
Boulogne-sur-Mer, 1er port de pêche de France et 1ère place en Europe dans la transformation des produits de la mer, est en pleine transformation. Porté par Frédéric Cuvillier, Maire de Boulogne-sur-Mer, ancien ministre des Transports et de la Mer, le cœur d’agglomération s’est lancé dans un grand projet d’attractivité par la reconquête des friches urbanoportuaires. Ce travail permet de voir coïncider l’ouverture du plus grand aquarium d’Europe à Boulogne-sur-Mer en même temps que l’arrivée de grands équipements de loisirs et culturels, portés pour la plupart par des investisseurs privés. Le million de visiteurs attendus par an à Nausicaa pourra profiter ainsi d’une nouvelle offre d’hébergements, d’un centre de thalassothérapie, d’un naturospace, d’un grand complexe cinéma, et d’une grande salle de spectacles – Palais des congrès, à proximité de l’ancienne gare maritime qui sera réhabilitée en lieu culturel et artistique.

Au cœur du cluster maritime 
L’extension de Nausicaa est portée et financée par la Communauté d’agglomération du Boulonnais avec le concours de la Région Hauts-de-France, du Département et de l’Europe. C’est un véritable fer de lance de l’économie touristique à Boulogne-sur-Mer. Le 1 million de visiteurs attendus injectera près de 70 millions d’euros de retombées. Véritable ambassadeur de son territoire, Nausicaa fait partie du Cluster maritime Boulonnais comprenant les universités, l’Anses, l’Ifremer, le pôle de compétitivité national Aquimer.

© Jonathan ALEXANDRE

Vers la Blue Society
La Blue Society vise à pourvoir aux besoins présents et futurs de la société dans un esprit de croissance “positive” en s’appuyant sur l’immense potentiel que nous offre l’océan mondial. Elle est basée sur l’utilisation responsable des ressources marines, ainsi que le développement de technologies innovantes et de nouveaux produits générateurs d’emplois et de ressources économiques. Grâce aux échanges de savoir-faire, au partage des connaissances et à l’appropriation de cette vision par les scientifiques, les entreprises, les décideurs politiques et les citoyens, des solutions positives et des expériences innovantes pourront émerger et participer à la création d’une société plus durable et plus équitable.

Chaque année, à travers ses actions, ses expositions et ses événements, Nausicaa sensibilise à l’environnement marin et invite à agir pour vivre en harmonie avec la Planète Bleue. Nausicaa est le relais de sentinelles de l’océan et a suivi des initiatives de partenaires dans le monde entier pour permettre à chacun de comprendre, d’en savoir toujours plus sur notre fabuleuse planète et de participer à ces actions. Nausicaa  propose de participer, d’agir, de réagir, de s’exprimer et depuis 2014, propose de voter pour les océans par le biais de bornes de vote installées à la fin du parcours d’exposition. Ce système de vote permet tout à la fois de sensibiliser les visiteurs à des sujets d’importance et de recueillir leur avis sur des questions liées à l’océan ; leurs préoccupations et propositions sont ensuite transmises aux professionnels et décideurs concernés, aux niveaux régional, national et international. Ceci renforce encore le rôle de Nausicaa comme interface entre le public, les professionnels et les décideurs. En 2015, plus de 18 000 visiteurs se sont exprimés sur le climat et plus de 26 000 sur la Blue Society.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire