Naissances chez les paddas de Java au Zoo de Bâle

Après 55 ans d’absence, les paddas de Java ont fait leur retour dans le pavillon des oiseaux du Zoo de Bâle en 2016. Dans un premier temps, aucun des deux couples ne semblait vouloir assurer sa descendance. N’en faisant qu’à leur tête, les oiseaux n’ont jamais voulu utiliser les nichoirs mis à leur disposition. Et, contre toute attente, ils se mirent à nicher dans un endroit pour le moins imprévu.

© Zoo de Bâle

Les paddas de Java du Zoo de Bâle partagent leurs volières intérieures et extérieures spacieuses avec les mainates religieux et les étourneaux de Rothschild. Quand les paddas de Java ont emménagé, les trois espèces semblaient très bien s’entendre. Mais pour ce qui est de choisir un lieu de nidification approprié, les paddas ont décliné l’offre qui leur était faite. Ils eurent beau inspecter avec intérêt les nichoirs accrochés par les soigneurs dans les volières, la proximité des mainates et la curiosité des étourneaux de Rothschild, qui ne cessaient d’explorer les caisses, empêchait les paddas d’installer leur nid.

Surprise dans un tronc d’arbre
L’espoir de voir une portée d’oisillons s’amenuisait au fil du temps quand, l’an dernier, les soigneurs observèrent les oiseaux adultes s’engouffrer par la fente étroite d’un tronc d’arbre. Quelle ne fut pas leur joie à l’écoute des premiers pépiements! Une joie suivie d’une grande inquiétude: comment les oisillons allaient-ils bien pouvoir s’extraire de ce tronc d’arbre profond? Serait-il possible d’ouvrir le tronc sans blesser les oiseaux pour permettre aux petits de prendre leur envol? Avant même de pouvoir passer à l’action, les soigneurs découvrirent sur les branches près du tronc cinq oisillons parés du plus beau plumage, auxquels les parents donnaient la becquée. Personne ne sait comment ils ont réussi à sortir de ce mauvais pas. Il faut croire qu’ils s’en sont bien accommodés puisque six petits sont nés en janvier dernier et huit autres au mois de mars. Il suffit parfois de laisser faire la nature.

© Zoo de Bâle

Magnifiques estrildidés
Le Zoo de Bâle a élevé plusieurs paddas de Java de 1945 jusque dans les années soixante, mais avec un succès mitigé. Les paddas de Java font partie de la famille des estrildidés (Estrildidae). La plupart des oiseaux de cette famille présentent un joli plumage vivement coloré. Les plus connus sont les diamants de Gould, également présents dans le pavillon des oiseaux. Plus discrets, les paddas de Java n’en possèdent pas moins un plumage singulier, avec un dos gris, une calotte noire, les côtés de la tête blancs et des yeux cerclés de rouge. Le bec est court, rouge rose et pointu.

Les paddas de Java sont des granivores et se nourrissent essentiellement de riz et de céréales. Leur aire de répartition originale est située sur les îles Java et Bali en Asie du Sud-Est. Comme ils avaient tendance à s’abattre en colonies sur les plantations de riz, la plupart en ont été chassés. Les paddas de Java sont considérés comme étant menacés d’extinction à Java et à Bali selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Étant donné qu’ils ont été introduits dans beaucoup d’autres pays, leur population n’est pas menacée à l’échelle mondiale.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire