Un flamant des Caraïbes est sorti de son œuf au Zoo d’Anvers

Fin juin, un poussin s’est frayé un chemin à travers la coquille de son oeuf. Au Zoo d’Anvers, cela faisait plus de vingt ans qu’on n’avait plus vu naître un flamant des Caraïbes.

© Jonas Verhulst

Chambre à air
Le poussin pesait environ 106 grammes lors de sa sortie de l’oeuf le 28 juin dernier. Il est en pleine forme et en parfaite santé et a déjà son petit caractère. Normalement, la durée de couvaison est d’environ 28 jours mais Tajo était déjà dans la chambre à air de l’oeuf le 26ème jour.

“Pendant le processus de couvaison, un oeuf perd 15 pour cent de son poids”, explique Jan Dams, le soigneur coordinateur. « C’est dû à l’évaporation de l’eau qui libère de l’espace dans l’œuf. Et cet espace est très important pour le petit car c’est là qu’entre la tête de l’oisillon qui peut alors commencer à picorer la coquille. Lorsque Tajo a commencé à picorer, nous avons placé l’œuf dans une couveuse plus humide. Cela permet au petit volatile de mieux se mouvoir à l’intérieur de l’œuf. Si la couveuse est trop sèche, la membrane coquillière pourrait se dessécher, coinçant le poussin à l’intérieur de l’œuf et le rendant incapable de perforer l’œuf avec le bec. »

Faux œufs
À la fin du travail, Tajo a bénéficié d’un coup de pouce des soigneurs.

« J’avais l’impression que le petit restait coincé dans l’œuf avec une membrane résiduelle. Par sécurité, nous avons sorti nous-mêmes le poussin de l’œuf et j’ai coupé un dernier résidu du sac vitellin », poursuit Jan. Les parents se sont montrés surpris lorsqu’ils ont tout à coup aperçu Tajo dans leur nid. Les oeufs des flamants sont en effet retirés du nid par sécurité pour éviter qu’ils se brisent. Pendant la période de couvaison, l’oeuf est remplacé par un faux.

« Ils ont un peu sursauté lorsque le poussin leur est apparu, couché dans le nid. Et comme cela fait bien longtemps qu’un poussin de flamant rose n’a plus vu le jour au Zoo, nous avons surveillé tout ça de très près pendant les premiers jours. Mais les parents ont bien accepté l’oisillon. Ils s’en occupent très bien ! » Contrairement à leur rejeton Tajo, ils ne portent pas de nom. Le mâle provient du zoo d’Ostrava et a 8 ans tandis que la femelle, âgée de 6 ans, provient du Zoo de Barcelone.

© Jonas Verhulst

Il y a vingt ans
Avec cette nouvelle acquisition, la famille des flamants compte désormais 33 individus. Mais la couveuse contient actuellement encore deux oeufs dont l’un est certainement fécondé. C’est passionnant ! Cela fait 27 ans qu’il n’y a plus eu de naissance de flamant des Caraïbes au Zoo d’Anvers. La dernière remonte en effet à 1991.

« Ces dernières années, le groupe s’est élargi avec l’arrivée de jeunes volatiles en provenance d’autres parcs animaliers », explique Jan. « Chez les flamants, la taille du groupe est un facteur important pour la réussite de l’élevage. S’ils ne sont pas assez nombreux, ils ne construisent pas de nids. Et sans nids, pas d’œufs. Depuis l’année dernière, les flamants de notre ZOO ont atteint leur maturité sexuelle et s’activent à construire des nids. L’an dernier, nous n’avons malheureusement pas eu d’oeuf fécondé mais cette année, il y en a eu deux. Et l’un d’eux vient d’éclore. »

Fille ou garçon ?
Il faudra encore un peu de patience pour connaître le sexe de Tajo. Quoiqu’il en soit, le poussin fait d’ores et déjà la fierté du Zoo d’Anvers. Les flamants roses sont un symbole pour le parc zoologique. Ce n’est pas pour rien qu’ils se trouvent sur l’Espace flamingo. Cette portion du Zoo d’Anvers est librement accessible au grand public depuis deux ans. Elle est restituée en quelque sorte aux Anversois.

© Jonas Verhulst

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire