Naissances exceptionnelles de deux panthères nébuleuses au Zoo de Mulhouse

Les histoires d’amour finissent mal… en général, mais pas toujours ! Celle-ci avait eu du mal à commencer et pourtant… Depuis le 5 juillet, Mina et Awan, les panthères nébuleuses du Parc zoologique & botanique de Mulhouse, sont les heureux parents de deux bébés ! Il aura fallu aux équipes du Parc une patience hors norme pour souder ce couple.

Des naissances rarissimes
Cela faisait quatre ans qu’un parc zoologique français n’avait pas fait naître de panthères nébuleuses qui avaient survécu. Ces douze derniers mois, en Europe, seul un zoo anglais a accueilli un bébé. C’est dire si l’espèce est difficile à reproduire, alors même que les dangers qui pèsent sur sa survie à l’état naturel sont importants. Considérée comme « vulnérable » par l’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature, la panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa) figure parmi les félins menacés de disparition. Aussi, un programme de conservation est mené par les parcs zoologiques européens et américains, auquel participele Parc zoologique & botanique de Mulhouse. Un
programme que la grande timidité et le caractère de l’espèce rendent particulièrement complexe.

 

Retour sur des amours délicates
Elle est discrète, la panthère nébuleuse… Si discrète que la femelle Mina, quatre ans, arrivée à Mulhouse en septembre dernier du Royaume-Uni, n’est pendant longtemps sortie que la nuit, à la découverte de son nouvel enclos.

« La panthère nébuleuse est une espèce très timide, explique Benoît Quintard, vétérinaire, directeur adjoint du Parc zoologique & botanique de Mulhouse. Dans un premier temps, Mina ne s’est nourrie, dans la partie extérieure de son enclos, que de nuit, lorsque les regards étaient détournés. Elle allait etvenait comme elle le souhaitait de sa loge à l’extérieur, mais a pris le temps de découvrir doucement son environnement, avec méfiance. Dans la nature, cette timidité rend la panthère nébuleuse très difficile à observer. »

Awan, le mâle de trois ans, arrivé début octobre du zoo d’Ostrava en République Tchèque, a étéséparé de sa promise jusqu’en… avril !

Dans un premier temps donc, les deux félins ont évolué l’un à côté del’autre, sans contact possible, le mâle n’ayant accès qu’à sa loge et à la première loge dans laquelle Mina avait laissé son odeur. Un couloir grillagé leur permettait de s’observer, de se renifler. La mise en contact n’est intervenue qu’au printemps. Avec d’infinies précautions.

« Le couple sera inséparable »
« L’objectif de l’arrivée de ces deux individus était bien entendu la formation d’un couple, en vue de reproductions, continue le docteur Quintard. Pour autant, nous savions que l’extrême timidité de l’espèce allait rendre la tâche compliquée. Il est déjà arrivé que deux panthères nébuleuses, un mâle et une femelle, ne se supportent pas et s’entretuent. En revanche, lorsqu’un couple de panthères nébuleuses se forme, c’est pour la vie ! Ça a collé entre eux : même en présence de jeunes, mâle et femelle ne seront désormais plus jamais séparés. »

Il est en effet parfois d’usage chez d’autres espèces, en cas de naissance, d’isoler la mère et son petit du reste du groupe et donc du père. Dans le cas des deux panthères nébuleuses du Parc zoologique & botanique de Mulhouse, les parents resteront ensemble, comme le conseille le coordinateur du programme d’élevage de l’espèce. Les jours qui ont suivi la naissance, les deux parents n’ont manifesté aucun signe d’agressivité à l’égard des petits ou entre eux. Un comportement encourageant même s’il faudra attendre encore quelques semaines avant de laisser l’accès à l’extérieur aux deux jeunes, qui sont pour l’instant visibles sur un écran installé près de l’enclos, relié 24h/24 par caméra à la loge de maternité.

Les deux bébés restent pour l’instant auprès de leur maman dans la tanière de maternité et ne sont visibles du public qu’à travers l’écran relié à la caméra de surveillance installée dans la loge. Cette année, le Parc zoologique & botanique de Mulhouse fête son 150e anniversaire et ne pouvait pas rêver meilleur cadeau que la naissance de ces deux bébés, d’une espèce tellement menacée et difficile à reproduire, porte-drapeau de l’ADN conservatoire du zoo depuis déjà un siècle et demi.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire