La famille des chimpanzés du Zoo de Bâle s’agrandit!

Ponima est née le 22 mai 2018 au Zoo de Bâle. Sa mère est Garissa (9 ans), la plus jeune femelle du groupe de chimpanzés de Bâle. Ponima va maintenant grandir au sein d’une famille nombreuse avec beaucoup d’autres petits, comme c’est le cas dans la nature.

© Zoo de Bâle

La petite Ponima est en parfaite santé et promène un regard curieux sur le monde qui l’entoure. Devenue mère pour la première fois, Garissa s’occupe de son petit comme si elle n’en était pas à son coup d’essai. Désormais, toutes les femelles en âge de procréer au sein du groupe de chimpanzés de Bâle ont eu des petits. C’est également la règle en milieu sauvage chez les groupes de chimpanzés. Soit les femelles sont en train d’élever leur petit, soit elles sont en période de gestation.

Il y a fort à parier que les prochains mois seront agités. Les trois petits nés l’an dernier peuvent désormais se passer de leur mère. C’est ainsi qu’ils jouent ensemble, se bagarrent ou se balancent aux cordes. Il faudra encore du temps avant que Ponima se joigne à eux. Pour l’heure, elle reste accrochée à sa mère jour et nuit.

Fertiles jusqu’à un âge avancé
Une fois survenu l’heureux événement au sein du groupe, l’intérêt habituellement constaté chez les chimpanzés pour les petits est quelque peu retombé. Garissa peut se retirer sans risquer d’être importunée par ses congénères. Seuls sa mère Benga (39 ans), sa sœur Lazima (4 ans) et le mâle Colebe (13 ans), connu pour sa gentillesse avec les petits, ont le droit d’approcher Ponima.

Les chimpanzés femelles restent fertiles jusqu’à la fin de leurs jours. Elles ne connaissent pas la ménopause, un phénomène qui n’a été observé à ce jour que chez les humains, les orques et les baleines pilotes. La ménopause est un bouleversement hormonal qui met un terme à la capacité de reproduction des femmes et des femelles à partir d’un certain âge.

Cinq petites boules d’énergie
Actuellement, le groupe de chimpanzés du Zoo de Bâle comprend les mères Garissa et son petit Ponima, Xindra (43 ans) et Obouasi (6 mois), Kitoko (25 ans) et Obaye (1 an), Fifi (25 ans) et Ozouri (1 an) ainsi que Benga (39 ans) et Lazima (4 ans). Il faut y ajouter la doyenne Jacky (51 ans), les jeunes mâles Colebe (13 ans) et Fahamu (10 ans) et Kume (15 ans), le père de Ponima. La prochaine maternité est attendue chez Benga. En effet, si l’on considère que l’allaitement dure environ quatre ans, elle devrait bientôt être à nouveau gestante. Mais cela se voit à peine à l’œil nu: les bébés pèsent tout juste deux kilogrammes à la naissance et sont minuscules.

© Zoo de Bâle

Programme d’élevage des chimpanzés
À l’état sauvage, un jeune chimpanzé sur deux ne survit pas après la première année. Dans les zoos, en revanche, les décès à cet âge sont rares. Le Zoo de Bâle confie souvent les jeunes femelles à d’autres zoos. Les jeunes mâles, quant à eux, restent dans leur groupe de naissance, comme c’est le cas dans la nature. En Europe, les chimpanzés sont regroupés au sein d’un programme européen d’élevage (EEP), chargé notamment de trouver un nouvel habitat aux jeunes chimpanzés quand ils arrivent à la puberté.

Dans la nature, l’avenir des chimpanzés est plutôt gris. L’IUCN les a classés parmi les espèces en danger. Ils sont notamment menacés par le braconnage. Les chimpanzés ne vivent pas en grand nombre et ont un cycle de reproduction lent. Les braconniers tuent souvent des groupes entiers, ce qui entraîne rapidement la disparition de populations entières. La perte de leur habitat due à l’exploitation par l’homme et les épidémies de maladies de type Ebola mettent également à mal les populations de chimpanzés déjà affaiblies.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire