Les règlements du Québec en matière d’animaux exotiques représentent un danger pour le public et les animaux

Aquariums et zoos accrédités du Canada critique le gouvernement du Québec au sujet de l’exposition d’animaux exotiques qui présente au public des tigres dans des enclos affreusement petits.

© DR

Aquariums et zoos accrédités du Canada (AZAC) a dénoncé la décision des organisateurs de Festivent, un festival estival à Lévis, au Québec, de permettre la présentation au public de tigres dans des enclos ne mesurant que quelques mètres carrés.

Selon la Dre Susan Shafer, Directrice générale d’AZAC, en plus de causer de l’angoisse intense chez l’animal, ce genre de présentation, si elle n’est pas bien gérée, met le public en danger.

À présent, des permis pour présenter cet animal remarquable et sensible sont accordés à des particuliers et des organisations qui n’ont pas les compétences requises en matière de bien-être animal. L’application inconstante des mesures exécutoires à travers la province ne fait qu’empirer la situation.

Cet événement continue de souligner le fait que les mesures exécutoires et réglementaires relatives à la gestion des animaux exotiques doivent être plus strictes au Québec et dans les autres provinces. Sans des mesures législatives plus fermes, les zoos routiers et les événements tels que celui à Lévis continueront à prospérer au détriment de la sécurité et du bien-être des animaux ainsi qu’au détriment de la sécurité des personnes qui ne connaissent pas les dangers du contact avec les espèces exotiques.

Beaucoup de zoos sont en activité au Canada. Au Québec, seulement sept de ces établissements sont accrédités par AZAC. Ces établissements ont pris l’initiative de remplir les lacunes réglementaires dans le système provincial en adoptant volontairement des normes relatives au bien-être animal qui sont fondées sur la science et l’éthique et qui sont reconnues internationalement.

Les normes d’AZAC relatives au bien-être animal se font reconnaître et sont mises en application par d’autres provinces au pays. L’année dernière, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a fait preuve de leadership dans ce domaine en mettant en place une législation qui impose des mesures plus strictes afin de s’assurer que les personnes qui choisissent de s’occuper d’animaux exotiques adoptent les pratiques exemplaires d’AZAC relatives au bien-être animal et à la sécurité du public, qui sont reconnues à l’échelle internationale.

AZAC encourage le gouvernement du Québec à faire de même
Fondé en 1975, AZAC est le principal organisme d’élaboration des normes en matière de bien-être animal au Canada. Son processus d’élaboration des normes repose sur les opinions d’experts, dont des chercheurs, des biologistes et le milieu universitaire, afin de nous assurer que les normes reflètent les plus récentes recherches en matière de bien-être animal, de gestion organisationnelle et de protocoles de sécurité. Fondées sur une approche scientifique, les normes d’AZAC permettent de répondre aux préoccupations éthiques concernant les zoos et les aquariums. À l’heure actuelle, ce sont les seules normes pancanadiennes qui régissent les installations zoologiques au pays.

Le Festivent a annoncé que son activité d’animaux exotiques, présentée lors de la dernière édition et qui a provoqué un vif tollé, ne sera pas de retour lors des prochaines années.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire