Un orang-outan a vu le jour au Zoo de Bâle

Le 7 août, l’orang-outan Maia (11 ans) a donné naissance à une petite femelle appelée «Padma». Chez les orangs-outans, Maia élèvent seule sa fille. Les autres espèces de primates organisent leur vie de famille d’une toute autre manière: les pères des petits pinchés à crête blanche s’occupent de leurs bébés avec leur partenaire, et les papas gorilles jouent avec leurs petits.

© Zoo de Bâle

Padma («nénuphar» en indonésien) est le deuxième bébé de Maia. Le premier n’a malheureusement pas survécu. Entre-temps, Maia a eu l’occasion d’observer sa sœur Kila (18 ans) s’occuper de son fils Ombak (1 an) et de découvrir ainsi comment prendre soin d’un nouveau-né. Un apprentissage qui a parfaitement porté ses fruits, car Maia élève à présent sa fille Padma sans le moindre problème.

Maia est arrivée à Bâle avec sa sœur Kila en 2012. Alors âgée d’à peine quatre ans, elle était encore très jeune et venait de traverser une période difficile. Sa mère est morte alors qu’elle n’avait que deux ans. C’est sa sœur Kila qui a adopté et élevé Maia. Dans la nature, les femelles restent près de dix ans auprès de leur mère avant de devenir autonomes et de se reproduire.

Chez les orangs-outans, les mères élèvent seules leurs petits
Dans l’habitat des orangs-outans, la nourriture est un bien rare. Pour en trouver en quantité suffisante, les animaux ne doivent pas vivre en clans trop nombreux. À l’état sauvage, les orangs-outans sont donc des animaux solitaires. Au Zoo, où la nourriture ne manque pas, ils peuvent également vivre en petits groupes. Du fait de leur mode de vie solitaire, les mères élèvent leurs petits seules et les prennent en charge très longtemps. Près de sept ans séparent ainsi chaque naissance de frères et de sœurs. En l’absence du soutien d’un groupe ou d’un père, les petits doivent tout apprendre de leur mère. Maia passera elle aussi les sept prochaines années à s’occuper de sa fille Padma.

© Zoo de Bâle

Chez les chimpanzés et les gorilles, les copines apportent leur aide
Les chimpanzés vivent en groupes stables comprenant plusieurs mâles. Pendant les premiers mois, les mères s’occupent néanmoins seules de leurs petits. Elles bénéficient pour cela du soutien de leurs amies (le plus souvent des femelles parentes) et de leurs propres aînés. Contrairement aux orangs-outans, les jeunes chimpanzés grandissent au sein du groupe et apprennent de tous les membres, pas uniquement de leur mère. Il est donc plus facile de les élever et l’intervalle entre deux naissances, à savoir quatre ans, est d’ailleurs bien plus court chez les chimpanzés que chez les orangs-outans. Pour autant, les chimpanzés mâles ne sont pas des pères prévenants. De tempérament colérique, ils pourraient même se révéler dangereux pour leurs petits. Dans les groupes de chimpanzés, on n’est jamais vraiment sûr de l’identité du père. Au sein de telles structures familiales, les primates sont des pères plutôt désintéressés.

© Zoo de Bâle

Chez les gorilles en revanche, la question de l’identité du père ne se pose généralement pas car il n’y a qu’un seul mâle à la tête du harem, le dos argenté. Les jeunes animaux grandissent au sein du groupe et l’intervalle entre chaque naissance est d’environ quatre ans, comme chez les chimpanzés. Pendant les premiers mois suivant la naissance, la mère s’occupe presque seule de son bébé, parfois aidée de ses amies. Lorsque les petits grandissent, leur père joue avec eux.

© Zoo de Bâle

Les pinchés à crête blanche: ensemble au service de la famille
Les pinchés à crête blanche organisent leur vie de famille tout à fait différemment: ils élèvent leurs petits collectivement. Ils forment au fil du temps des couples stables et s’occupent ensemble de leur progéniture. Les pinchés à crête blanche y sont presque contraints par la force des choses, car les femelles donnent généralement naissance à des jumeaux. Les mères ne pourraient donc pas s’occuper seules de deux petits à la fois, d’autant qu’à la naissance, les jumeaux représentent à eux deux environ un tiers du poids de leur maman! Les pinchés à crête blanche se reproduisent une fois par an et les aînés restent au sein du groupe pour aider leurs parents à s’occuper des plus jeunes

© Zoo de Bâle

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire