Nouveautés 2016 : c’est la révolution au Parc Animalier d’Auvergne !

Niché en plein cœur du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne, le Parc Animalier d’Auvergne fait vivre à ses visiteurs une expérience à la fois fascinante et enrichissante en compagnie de ses 400 animaux. Seul parc en Europe spécialisé sur la faune des Sommets du monde, ses pensionnaires sont issus des montagnes du monde entier.

© Parc animalier d'Auvergne
© Parc animalier d’Auvergne

L’an passé, le Parc Animalier d’Auvergne a inauguré son nouvel enclos de mixité entre les loutres d’Asie et les gibbons à mains blanches. La cohabitation entre ces deux espèces est rare et riche d’interactions ! En 2016, les visiteurs découvriront la cohabitation entre les magots et les mouflons à manchettes, entre les capucins olives et les saimiris, et entre les rarissimes cerfs de Thorold et les urials. Les porcs-épics et les suricates dans leur tout nouvel enclos à l’entrée du Parc.

Nouveaux enclos
• Un nouvel enclos spectaculaire de 2500 m² pour les lions d’Afrique emmène le visiteur au plus près de Sa Majesté grâce à un tunnel de vision immersif placé en plein coeur de l’enclos ! Le nouvel espace des lions prend place à l’entrée du parc, face au Chalet du Cézallier.
• Les porcs-épics ont un nouvel espace à l’entrée de la zone des Monts Kenya en compagnie des suricates !
• Les ratons laveurs bénéficient dorénavant d’un splendide enclos très arboré au milieu du parc, présentant une cascade et un bassin dans lesquels ils pourront se mouvoir au plus grand plaisir du public.
• Au sommet du parc, les visiteurs apprécieront les nouveaux points de vue exceptionnels sur les cerfs de Thorold, les milans royaux et les élans d’Europe. Ces derniers bénéficient également d’une nouvelle maison et d’un nouvel enclos.
• Non loin d’eux, les enfants rigoleront devant les cabrioles des écureuils, positionnés juste à côté des élans dans un nouvel enclos arboré.
• Les coatis et les faisans dorés bénéficient également d’un tout nouvel enclos adaptés à leurs besoins
• Au niveau de la ferme pédagogique des Andes, les cuys ont un nouvel enclos qui permettra aux enfants de les nourrir lors des nourrissages privés.
• Une nouvelle loge intérieure, prenant la forme d’une maison batak (maison traditionnelle asiatique), sera construite pour le couple de gibbons à mains blanches.
• Les mouflons à manchettes rejoignent les magots dans leur espace rocailleux.
• Les loutres d’Asie peuvent déjà profiter de leur très grand enclos, en mixité avec les gibbons et incluant un large plan d’eau : l’un des plus beaux de France !
• Les hippotragues noir, actuellement en mixité avec les girafes de Rothschild, verront leur enclos agrandi dans la zone des Monts Kenya.

© Parc animalier d'Auvergne
© Parc animalier d’Auvergne

Nouveaux animaux
En 2016, le Parc Animalier d’Auvergne proposera de nouvelles possibilités pour sa visite :
• des nouveaux ateliers pédagogiques (proposés aux scolaires et centres de loisirs)
• des visites participatives pour tous
• des nourrissages privés
• un apiscope et un jardin mellifère
• une navette

En 2016, ce ne sont pas moins que 5 nouvelles espèces qui rejoindront le Parc Animalier d’Auvergne
• Les capucins olives (en mixité avec les saimiris)
Parmi les nouveautés 2016, le Parc Animalier d’Auvergne a vu arriver deux capucins olives en provenance du refuge pour animaux hollandais, Stichting AAP. Ces animaux ont rejoint les saïmiris communs avec qui ils vivent en symbiose dans la nature. Le Parc Animalier d’Auvergne est le seul parc en France à présenter cette espèce de capucins.

• Les suricates (en mixité avec les porcs-épics)

• Les urials
Autre espèce classée « vulnérable » sur la liste rouge de l’UICN, l’urial fait son apparition au Parc Animalier d’Auvergne en 2016 (seulement quatre autres parcs en Europe présentent cette espèce). L’urial vit notamment en Afghanistan, en Inde et en Iran. Il est menacé dans son milieu d’origine par le braconnage (à cause de ses longues cornes en forme de faucille, très prisées par les chasseurs de trophées), l’hybridation, la compétition avec le bétail et la destruction de son habitat. L’urial mesure environ 80 cm au garrot et vit en troupeaux. On le trouve dans les zones montagneuses himalayennes, jusqu’à 3000 m d’altitude. Ses principaux prédateurs sont le loup gris, la panthère et le chacal. Il se nourrit généralement tôt dans la journée, pour ensuite se reposer à l’ombre d’un buisson

• Les pudus

• Les muntjacs (en mixité avec les pandas roux)

Egalement, sur les conseils du coordinateur de l’espèce au niveau européen, un nouveau couple de panthères des neiges avec autorisation de les faire reproduire. Le cerf de Thorold, arrivé l’an passé, a été rejoint par une femelle

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire