Les lamantins arrivent en Guadeloupe

© Parc national de la Guadeloupe

Le projet de réintroduction du Lamantin dans le Grand Cul-de-Sac Marin, porté par le Parc National de la Guadeloupe depuis plusieurs années prend aujourd’hui un nouveau tournant. Après une phase préparatoire visant à stimuler un travail de collaboration avec différents pays potentiellement donateurs, la phase opérationnelle dite “de réalisation et de suivi” démarre avec l’arrivée de deux lamantins provenant du River Safari de Singapour.

Des animaux qui se sont fait attendre
Après 8 ans de préparation du projet, la Guadeloupe reçoit aujourd’hui les deux premiers individus du programme, un don du Zoo de Singapour. Ces deux mâles, Kai et Junior, arriveront en cette nuit du mardi 9 août à 1h35 à l’aéroport de Pointe-à-Pitre où ils seront pris en charge par les agents du Parc. Ils seront transportés vers le centre d’élevage de Blachon, et découvriront leurs nouvelles installations.

Un voyage épuisant
Kai et Junior ont entrepris le premier voyage de ce type pour des lamantins, soit 40h hors de l’eau, pour 30h de vol entre Singapour et Pointe-à-Pitre.

Ils ont ainsi décollé dimanche matin (heure de Guadeloupe) et voyagé pendant plus de 40h dans des box humides à toit ouvert, spécialement conçus pour de tels transferts. Durant tout le vol passant par Hong Kong, Anchorage et Dallas, les deux animaux ont été suivis par la vétérinaire permanente du centre de Blachon, Natalia ROZNIEWSKA, Ray BALL vétérinaire référent du projet auprès du Groupe expert, et Kam SO-KWOK, soigneur au River Safari de Singapour et connaissant parfaitement Kai et Junior.

Ces trois spécialistes les accompagnent durant tout le vol afin de s’assurer de leur bonne santé et du bon déroulement général du transport, facteur de stress évident pour des animaux aquatiques. A l’arrivée, les agents du Parc national les attendront afin de les transférer dans leur bassin à Blachon.

Un autre soigneur de Singapour, Doris SU-YIH fera le voyage par avion et arrivera le 10 août afin de veiller sur les animaux la première semaine de leur vie au centre.

La quarantaine : une période d’adaptation nécessaire
Dès leur arrivée, Kai et Junior seront placés en quarantaine, dans un petit bassin accessible aux soigneurs afin de veiller sur eux et d’intervenir rapidement en cas de besoin. Cette quarantaine évoque non seulement un espace mais également une période, pendant laquelle le nombre de personnes pouvant accéder au bassin sera restreint, afin de limiter le bruit et le mouvement qui pourraient stresser les lamantins déjà assez sollicités par le voyage et leurs nouvelles conditions de vie.

Pour cette raison, le centre de Blachon n’est pas accessible au public.

Une arrivée placée sous silence
L’équipe du parc national a choisi délibérément de garder sous silence l’arrivée des animaux afin de limiter au maximum l’afflux du public et de permettre à l’équipe de travailler sereinement dans le respect des règles de sécurité.

© Parc national de la Guadeloupe
© Parc national de la Guadeloupe

Le programme de réintroduction
Historiquement présent dans les eaux caribéennes, le lamantin des Antilles a disparu des Petites Antilles et de plusieurs pays de la Caraïbe au début du XX ème siècle en raison des activités humaines. Aujourd’hui, ce mammifère aquatique herbivore et inoffensif est classé « en danger » d’extinction sur la Liste Rouge des espèces menacées de l’IUCN. Seuls 20 Etats de la Grande Région Caraïbe en comptent actuellement. De plus, les experts estiment que 13 d’entre eux les populations atteignent un niveau critique de moins de 100 individus,  et les mesures de conservation existantes s’avèrent insuffisantes pour enrayer le déclin de l’espèce.

Devant une telle situation, les approches ou actions innovantes et collaboratives doivent donc être envisagées pour conserver les populations de lamantins restantes et, potentiellement, faciliter l’établissement et la croissance de nouvelles populations. C’est dans ce cadre que s’inscrit le LIFE SIRENA.

Kai et Junior sont les deux premiers individus à participer au projet. Ces deux jeunes lamantins sont âgés de 7 et 6 ans et font respectivement 650 et 470 Kg. Ils ont été sélectionnés avec soin en raison de leur excellente santé.Le choix de deux individus mâles s’explique par la lignée généalogique commune des individus du Zoo donateur et la volonté d’éviter les liens de parenté entre couples reproducteurs.