Occupation pour les animaux du zoo de Bâle : manger de la glace et décortiquer des moules

© Zoo de Bâle

Pour permettre l’expression de leur comportement naturel, les animaux au zoo de Bâle sont occupés de manière ciblée : la glace de rhinocéros procure plusieurs heures de plaisir au mâle Jaffna. Ses colocataires, les loutres, trient leurs aliments à l’aide de leurs petites mains adroites après les avoir extraits de cuvettes et de tuyaux.

Les jours de chaleur, les rhinocéros du Zoo de Bâle aiment se rafraîchir avec un bain et dernièrement même avec une glace. Il va de soi qu’il ne s’agit pas là de parfums tels stracciatella ou pistache mais de carotte et de banane, plus adaptés au goût des rhinocéros. Les soigneurs mettent les aliments dans un grand seau d’eau puis congèlent le tout pour en faire une énorme glace. Afin que le gros glaçon puisse être accroché plus tard dans l’enclos des rhinocéros, le seau est préparé avec un disque métallique auquel est fixée une chaîne. Lorsque la friandise est bien congelée, on enlève le seau et on accroche la glace à une branche.

Le rhinocéros mâle apprécie vivement la glace
Les singes, les ours malais et d’autres animaux du Zoo de Bâle reçoivent des friandises congelées dans l’eau en été. Cette année, les soigneurs animaliers du Zoo de Bâle ont testé pour la première fois si la glace plaît aussi aux rhinocéros. Il y a eu quelques doutes préalables : les soigneurs pouvait supposer que le mâle Jaffna allait briser le bloc de glace d’un coup de tête pour accéder plus rapidement aux carottes et aux bananes. Mais contre toute attente, il profite tout particulièrement de la friandise : il reste là pendant des heures à lécher béatement sa glace. Entre-temps, il s’y frotte la tête et se rafraîchit ainsi la nuque ou alors il fait une petite promenade puis revient lécher sa glace. Visiblement séduit, il a dernièrement passé pas moins de quatre heures devant un bloc de glace.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle

D’ailleurs le rhinocéros mâle Jaffna aura droit à sa prochaine glace le dimanche 14 août à 11h. Cela l’occupera pendant plusieurs heures.

De petits fauves à la soif de découverte
Les soigneurs ont également développé un programme d’occupation pour les colocataires des rhinocéros, les quatre loutres. Les petits fauves très agiles ont certes la possibilité d’entreprendre beaucoup de choses au sein de l’enclos généreusement structuré d’une surface de 2000 mètres carrés, mais cela ne suffit pas à satisfaire leur insatiable soif de découverte. Dans la nature, les loutres sont à la recherche de moules, d’escargots et de petits poissons dans les cours d’eau et les eaux peu profondes. Au zoo, il n’est malheureusement pas possible de répartir de telles friandises dans les eaux de l’enclos car cela attirerait immédiatement des corneilles, des hérons cendrés et des rats. Étant donné que ces animaux qui vivent en liberté sont largement plus nombreux, les loutres ne pourraient quasiment jamais profiter de leurs friandises.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle

Occupées toute la journée
Les loutres ont de minuscules mains, très habiles avec lesquelles elles peuvent tourner, retourner et examiner sans relâche des objets. Elles doivent d’ailleurs faire usage de ces capacités au Zoo de Bâle : elles trient de la nourriture depuis des tuyaux préparés puis plongés dans l’eau ou depuis une sorte de mobile composé de cuvettes à trous. Cette ingénieuse construction permet de faire baisser un seau contenant de la nourriture au fur et à mesure que la glace accrochée du côté opposé fond. Les loutres contrôlent régulièrement si les seaux sont déjà suspendus suffisamment bas. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elles peuvent décortiquer les moules des trous avec leurs mains. Les mobiles sont répartis à plusieurs endroits dans l’enclos pour qu’il y ait toujours un petit défi sur terre et dans l’eau pour ces drôles d’animaux qui sont ainsi toute la journée à la recherche de nourriture.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle