Pierre Gay, directeur du Bioparc de Doué-La-Fontaine, récompensé pour son implication dans la conservation des vautours en Bulgarie

À l’occasion de la journée internationale dédiée aux vautours, samedi 3 septembre 2016, Pierre Gay, directeur du Bioparc de Doué-La-Fontaine, a été nommé pour recevoir un Prix décerné par les associations Green Balkans, Fund for Wild Flora and Fauna (FWFF) et Birds of Prey Protection Society (BPPS), en récompense de son action en faveur de la réintroduction du vautour fauve en Bulgarie.

© Pierre Chabot / Bioparc de Doué-la-Fontaine.
© Pierre Chabot / Bioparc de Doué-la-Fontaine.

Les vautours et le Bioparc, une grande histoire d’amour
En 1983, un poussin vautour fauve né au Bioparc de Doué-la-Fontaine était relâché dans les Cévennes par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO). Le Bioparc de Doué-la-Fontaine était le premier parc zoologique à faire don de ses oiseaux à des fins de réintroduction. Depuis cette date, 32 vautours fauves nés à Doué-la-Fontaine ont ainsi été relâchés.

En 1993, c’est au tour d’un vautour moine ayant vu le jour au Bioparc d’être réintroduit dans les Grands Causses. À ce jour, sept vautours moines natifs du Bioparc ont rejoint la nature.

Depuis 2004, le Bioparc de Doué-la-Fontaine soutient la conservation du vautour percnoptère en finançant une placette d’alimentation dans le Vaucluse via le Conservatoire d’Espaces Naturels de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CEN-PACA).

En 2009, la Fondation pour la Conservation des Vautours (VCF) demande à Pierre Gay de devenir membre de son conseil d’administration.

En 2013, le Bioparc de Doué-la-Fontaine commence ses réintroductions de vautours fauves en Bulgarie avec l’association FWFF.

En septembre 2016, ce sont deux jeunes vautours nés au Bioparc qui rejoindront la Bulgarie, portant ainsi à 12, le nombre de vautours fauves angevins à être réintroduits dans les Balkans.

Restauration des populations de vautours en Bulgarie
Au début du XXe siècle, les quatre espèces de vautours eurasiens étaient présentes en Bulgarie. 50 ans plus tard, l’utilisation de poison contre les prédateurs et la raréfaction de la nourriture dûe à l’abandon de l’élevage pastoral sous l’ère communiste, avaient fait disparaître du pays les vautours fauves, les vautours moines et les gypaètes barbus. La population de vautours percnoptères était, quant à elle, fortement sur le déclin.

En 2001, un collectif d’associations et d’institutions décida de restaurer les vautours en Bulgarie. Il bénéficie de l’aide européenne dans le cadre de deux projets LIFE (L’Instrument Financier Européen, dédié à des actions pour l’environnement). Parmi les acteurs, l’ONG bulgare FWFF s’attacha à garantir aux oiseaux une nourriture non empoisonnée tout en respectant les besoins des communautés humaines locales. Son rayon d’action couvre dorénavant les Gorges de Kresna, les parcs nationaux «Vrachanski Balkan», «Central Balkan» et «Sinite Kamani», les montagnes de Kotel, et celles des Rhodopes. Elle agit principalement en créant des troupeaux de compensation (les bêtes tuées par un prédateur sont remplacées), en fournissant des chiens de berger, en rétablissant la transhumance, en organisant des campagnes de sensibilisation et enfin, en créant une éco-ferme dans les montagnes de Kotel.

Les premières réintroductions de vautours fauves organisées par l’ONG ont débuté dans les montagnes de Kotel en 2007. Elles sont désormais annuelles et réalisées sur les différents sites d’action de l’ONG, en collaboration avec d’autres organisations de protection de la nature.

En mai 2013, la première naissance de vautour fauve a lieu dans les montages de Kotel et on constate le retour des trois espèces de vautours dans les gorges de Kresna.

En 2015, deuxième naissance de vautour fauve dans le parc national «Vrachanski Balkan» et cette fois-ci c’est dans les montagnes de Kotel que l’on constate le retour des trois espèces de vautours.

En 2016, ce sont 11 petits vautours fauves qui sont nés ; l’un d’entre eux va d’ailleurs être baptisé Pierre en l’honneur de … Pierre Gay !

Les espèces
• Vautour fauve – Gyps fulvus – Statut UICN : Préoccupation mineure Population sauvage : en déclin en Europe du Sud-Est (à l’inverse de l’Europe de l’Ouest) malgré les hausses des effectifs localisées en Bulgarie, Serbie et Croatie.
• Vautour moine – Aegypius monachus – Statut UICN : Quasi-menacé Population sauvage : en déclin en Europe de l’Est.
• Vautour percnoptère – Neophron percnopterus – Statut UICN : En Danger Population sauvage : en déclin.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire