Départ et arrivée de Lions d’Asie à la Citadelle de Besançon

Reconnu à l’échelon international pour son savoir-faire en matière de reproduction d’espèces menacées, le Muséum de Besançon est fortement impliqué dans le programme d’élevage européen du Lion d’Asie. Dans le cadre de ce programme, le vendredi 9 septembre 2016 , deux lionnes d’Asie sur les trois présentées ont quitté la Citadelle de Besançon pour le Zoo Aquarium de Madrid, tandis qu’un lion d’Asie mâle a rejoint Besançon en provenance du Jardin zoologique de Berlin.

Départ des lionnes d’Asie Kira et Sakura 
Nées de Téjas et Shiva respectivement en 2013 et en 2014, les lionnes d’Asie Kira et Sakura ont quitté la Citadelle de Besançon pour le Zoo Aquarium de Madrid. Elles avaient été élevées au Jardin zoologique de la Citadelle avec leur frère Saiko, parti pour le Zoo de Santillana (Espagne) en juillet dernier, et leur sœur Aya qui demeure à Besançon. L’accueil de Kira et Sakura par le Zoo Aquarium de Madrid va leur permettre de se sociabiliser au contact de nouveaux congénères. Une fois arrivées à maturité et en fonction des objectifs du programme européen d’élevage (EEP), elles seront en mesure de se reproduire et d’assurer la pérennité de leur espèce.

© Jacky Renard
© Jacky Renard
© Jacky Renard
© Jacky Renard

Arrivée d’un lion d’Asie mâle
Hélios, lion d’Asie en provenance du Jardin zoologique de Berlin, a rejoint le Jardin zoologique de la Citadelle de Besançon. Agé de sept ans, ce mâle devrait former un nouveau couple reproducteur avec Aya, âgée de deux ans.

© Jacky Renard
© Jacky Renard
© Jacky Renard
© Jacky Renard

Le Muséum de Besançon poursuit activement sa participation au programme de sauvegarde du Lion d’Asie. Il fait partie des quelques établissements dans le monde à préserver cette espèce rare, classée en danger sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Les programmes européens d’élevage ont été créés pour la sauvegarde des espèces animales en danger comme le Lion d’Asie. Ces programmes consistent à déléguer la gestion de toute la population ex-situ (en établissements zoologiques) d’une espèce donnée à un coordinateur européen aidé d’un comité scientifique. Assurant le maintien d’une diversité génétique suffisante au sein de groupes d’animaux ex-situ, un EEP veille à la reproduction des animaux génétiquement importants en priorité. Les recommandations de reproduction et de transferts se font en fonction des naissances, des décès et de la place disponible pour pouvoir accueillir les animaux, et doivent être suivies scrupuleusement par chaque établissement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire