Parc Zoologique de Paris

Plongez dans l’environnement naturel des animaux : la savane de la plaine Sahel-Soudan, les côtes rocheuses et la pampa de Patagonie, les forêts de grands conifères d’Europe, les climats tropicaux de Guyane et de Madagascar. 

Le Parc Zoologique de Paris est un zoo urbain, il est situé au Bois de Vincennes, sur un terrain appartenant à la Ville de Paris. Sa parcelle triangulaire, d’une superficie d’environ 15 hectares, est longée par l’avenue Daumesnil, par l’avenue de Saint-Maurice et la Route de ceinture du lac Daumesnil.

Créé en 1934, le zoo dépend du Muséum national d’Histoire naturelle, établissement public sous la double tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Le Muséum gère par ailleurs deux autres parcs animaliers : la Ménagerie (le zoo du Jardin des Plantes) et la Réserve de la Haute-Touche dans l’Indre.

Une renaissance attendue, une histoire qui continue
Créé en 1934 par le Muséum national d’Histoire naturelle, le Parc Zoologique de Paris a 80 ans. La dégradation de ses structures, liée à son âge, menaçait sa survie. À l’exception de la restauration du Grand Rocher, à la fin des années 1990, il n’avait fait l’objet d’aucune rénovation importante. La décision fut prise de maintenir ce lieu de patrimoine cher à tous les publics. Le zoo a fermé ses portes le 30 novembre 2008, tous les animaux, à l’exception du groupe des girafes et des grands hapalémurs, ont été accueillis dans différents parcs animaliers, en France et ailleurs. Six ans plus tard c’est un zoo métamorphosé qui ouvre au public

5 grandes zones géographiques ou biozones et 16 milieux naturels
La division du Parc Zoologique en cinq biozones, structure le projet. Ce choix marque une rupture avec la présentation en vigueur dans les « anciens » zoos : alignements sans lien d’espèces, privilégiant l’exotisme à la compréhension des interactions au sein d’un même milieu naturel.

4,2 km de chemins principaux et secondaires constituent le circuit de découverte à travers le Parc
Le circuit traverse les cinq biozones : la Patagonie, puis le Sahel-Soudan jusqu’au pied du Grand Rocher et au-delà les milieux plus densément plantés, l’Europe, et les forêts tropicales de la Guyane et de Madagascar, à l’intérieur de la Grande Serre et la forêt sèche de Madagascar, en extérieur. Cette boucle ramène vers la porte d’entrée. Des cheminements secondaires mènent vers des micro paysages (terrarium abritant des espèces de plus petite taille : reptiles, insectes, amphibiens) et des postes d’observation : coursive intérieure dans le bâtiment des girafes, baie de vision de la clinique vétérinaire, belvédère près de la grande volière.

 

Parc Zoologique de Paris
53, avenue de Saint-Maurice
75012 Paris

Téléphone : 0 811 224 122
Site web : www.parczoologiquedeparis.fr

Articles sur le Parc Zoologique de Paris
Forum sur le Parc Zoologique de Paris

Plan

Click to open a larger map

Galerie photo

Created with flickr badge.

 Patagonie, cap vers les terres australes
La biozone Patagonie ouvre le parcours, et présente trois paysages différents évoquant la pampa, le milieu côtier froid et la forêt des Andes, laissez-vous surprendre en observant des otaries à crinière (Otaria flavescens), des manchots de Humboldt (Spheniscus humboldti), des nandous de Darwin (Rhea pennata), des pumas (Puma concolor puma) ou même des pudus des Andes (Pudu puda).

Animaux à voir (7 espèces) :
• Spectaculaire mammifère marin, l’otarie à crinière évolue dans un grand bassin avec vision subaquatique.
• Les manchots de Humboldt constitueront à terme un groupe d’environ 40 individus. Les visiteurs peuvent observer leurs plongeons dans un bassin conçu dans un amphithéâtre de faux rochers.
• Oiseaux voisins de l’autruche, les nandous de Darwin partagent leur enclos avec des petits rongeurs, les maras, lièvres de Patagonie et les guanacos, camélidé sauvage apparenté au lama, associé aux paysages des montagnes arides d’Amérique du Sud.
• Originaire du Chili, le puma fait l’objet d’un programme d’étude impliquant les équipes du zoo, en partenariat avec des acteurs locaux chiliens afin de préserver l’espèce, dans son environnement et de conserver son patrimoine génétique dans le cadre de programme d’élevage.
• 40 cm au garrot, le pudu des Andes est le plus petit des cervidés, sa taille lui permet de se faufiler dans la végétation des forêts denses notamment du Chili.

vincennes-fichepatagonie

 

Sahel-Soudan, au royaume des girafes, des zèbres, des rhinocéros, des babouins et des oiseaux
La biozone Sahel-Soudan occupe le plus vaste espace du parc. Située en partie centrale, elle est constituée d’une vaste plaine, offrant une belle perspective sur le Grand Rocher dans son intégralité. Dans la biozone Sahel-Soudan, les milieux évoqués de la savane (rase, arborée et arbustive) et du delta de grands fleuves africains accueillent notamment babouins de Guinée (Papio papio), girafes (Giraffa camelopardalis), lion (Panthera leo), rhinocéros (Ceratotherium simum) et zèbres de Grévy (Equus grevyi).

Animaux à voir (44 espèces):
• Une quarantaine de babouins de Guinée offrent le spectacle de leurs jeux et de leur organisation sociale dans un vaste enclos habillé de cordages et de troncs d’arbres.
• Le ponton de bois qui traverse le plan d’eau de la grande volière permet aux visiteurs d’observer de très près le groupe de flamants roses évoluant au milieu d’oiseaux en liberté.
• Divas incontestées, les girafes d’Afrique de l’Ouest du zoo constituent un groupe très attractif que les visiteurs peuvent observer tant en extérieur dans l’enclos qu’elles partagent avec les grands koudous, les marabouts et les grues couronnées, qu’en intérieur depuis une coursive.
• Antilope originaire des déserts arides du Sahara, l’addax est en danger d’extinction et fait l’objet de programmes de réintroduction dans son milieu naturel.
• Espèce quasi menacée, le rhinocéros blanc est, après l’éléphant, le plus gros des mammifères terrestres, il cohabite, dans un enclos entouré de fossés, avec les Zèbres de Grévy.
• Le lion d’Afrique, considéré comme vulnérable, est dans un premier temps représenté par NERO, un puissant mâle de quatorze ans, appelé à être rejoint par trois femelles.

vincennes-fichesavane

Europe, un regard neuf sur la biodiversité de nos latitudes
Sous le grand rocher, dans le vivarium, découvrez grenouilles, tritons, crapauds, tortues, lézards et serpents, représentants de la petite faune européenne, avant d'observer loups, lynx et gloutons dans l'ambiance forestière de la biozone Europe

Animaux à voir (28 espèces):
• Ancienne structure rénovée, la volière des rapaces abrite un grand nombre de rapaces menacés d’extinction, parmi lesquels le vautour moine, le vautour fauve, le milan royal.
• Moustaches ultra-sensibles, pattes palmées, la loutre d’Europe est bien adaptée à la vie aquatique, et dispose d’un bassin dans son enclos, au pied du Grand Rocher.
• Tortue d’eau douce, la cistude est une très bonne nageuse qui vit dans les marécages, son élevage en captivité a pour but de renforcer les populations sauvages menacées.
• Ce n’est pas sa taille qui lui vaut le nom de taureau mais le son grave qu’émet la grenouille taureau et qui s’apparente à un beuglement.
• L’observation de l’organisation sociale et des modes de communications au sein d’une meute, est un des attraits majeurs de la présentation des loups d’Espagne.
• Comme son nom l’indique, le glouton n’est pas difficile sur le plan alimentaire et constitue une des espèces peu connues des forêts de l’hémisphère nord.

vincennes-ficheeurope

Guyane, sous les tropiques
La biozone Guyane se déploie en extérieur et en intérieur sous la bulle de verre de la Grande Serre, permettant ainsi de présenter une grande variété d’espèces. Les trois milieux de la zone Amazonie-Guyane – forêt équatoriale, crique et milieu fluvial – accueillent plus de 60 espèces animales dont le jaguar (Panthera onca), le tapir (Tapirus terrestris), le tamanoir (Myrmecophaga tridactyla) et, dans son grand bassin d'eau douce, le lamatin (Trichechus manatus).

Animaux à voir (67 espèces) :
• Le plus grand des perroquets, l’ara Hyacinthe, a de sérieux atouts pour séduire : ses plumes bleues, son œil cerné de jaune et sa dextérité avec son bec.
• Véritable aspirateur à insectes, le grand tamanoir possède un long museau et une langue de 50 cm, couvert de longs poils, sa silhouette est étonnante.
• Dans son grand bassin d’eau douce doté d’une vision subaquatique, le lamantin, fort de ses 600 kg, est un des animaux vedettes de la Grande Serre.
• Les reptiles, notamment des boas constrictor, ont fait leur entrée au parc zoologique dans des vivariums avec leur décor de roches, de troncs et de végétaux.

vincennes-ficheguyane

Madagascar, sous les tropiques
La biozone Madagascar prolonge la biozone Guyane. Très impliqué dans la préservation des espèces endémiques de l'île de Madagascar, le Parc Zoologique de Paris présente, au sein de la biozone Madagascar, une trentaine d'espèces dont de nombreux lémuriens (lémur vari roux, grand hapalémur, propithèque couronné), des paresseux en liberté et de nombreux reptiles et amphibiens (phelsuma, grenouille tomate).

Animaux à voir (30 espèces) :
• Mammifère carnivore endémique de l’Ile, le fossa ressemble à un petit félin, très bien adapté au milieu arboricole.
• Gecko arboricole, le phelsuma se distingue par une coloration vert vif, avec des taches rouges et bleues au milieu du dos.
• À l’état sauvage, le grand hapalémur vit exclusivement à Madagascar où il resterait un peu plus de 600 individus.
• Le propithèque couronné est une espèce très menacée et liée à la vie du Parc zoologique de Paris où la première naissance en captivité a été observée en 1995.
• Amphibien vivant dans les forêts primaires de Madagascar, la grenouille tomate exhibe sa couleur rouge surtout lorsqu’elle se sent menacée.

vincennes-fichemalgache

Le contact avec les animaux dans un grand décor paysager
Les animaux sont présentés dans leur milieu naturel « reconstitué » et le public est immergé dans le même environnement. En rupture avec le monde urbain, le circuit des visiteurs est un cheminement sinueux : pas de grandes allées rectilignes mais un parcours conçu comme une longue déambulation dans une nature mise en scène avec précision. Aux circonvolutions du parcours s’ajoutent les modelés de relief, les volumes rocheux, les jeux d’eau, les masses plantées. Aucune vision ne se fait à travers un grillage ou une clôture. Les dispositifs d’observation sont conçus pour favoriser la proximité avec les animaux, offrir des points de vue différenciés par des baies vitrées, des garde-corps pour les enclos ouverts, des visions subaquatiques pour les bassins.

Pour le visiteur
Des niveaux d’information accessibles à tous
La scénographie immersive est complétée par divers outils et lieux de médiation, pour informer, sensibiliser les visiteurs à la diversité du monde vivant, aux enjeux et difficultés de sa gestion durable, pour reconnecter le citadin à la nature. Les actions de médiation s’adressent à un large public : familles avec de jeunes enfants, groupes scolaires, personnes en situation de handicap, etc.

Panneaux et cartels ponctuent le parcours de chaque biozone. Les panneaux « paysages » définissent les milieux naturels, les cartels « espèces » regroupent les informations essentielles sur les espèces présentées, les panneaux thématiques approfondissent un aspect du comportement de l’animal, les panneaux « ouvre l’œil » sont destinés aux plus jeunes afin d’aider à l’observation. Tous ces supports proposent, dans un langage clair, avec des pictogrammes intelligibles, des données pertinentes, rigoureuses scientifiquement, et susceptibles de retenir l’attention tant des adultes que des enfants.

Les kiosques d’exploration
À la sortie de chaque biozone, en retrait des circulations principales, des kiosques d’exploration offrent des contenus complémentaires sur le quotidien du zoo et les actions de recherche et de conservation menées au sein du Muséum national d’Histoire naturelle. Les kiosques sont des structures légères, végétalisées et semi-ouvertes, toutes conçues sur le même modèle et dotées de supports de médiation : équipements audiovisuels et interactifs, écran vidéo mural, table tactile, panneaux d’information.

Appelée à s’étoffer progressivement, l’offre de médiation (visites guidées, ateliers, animations) s’adresse aux familles et aux scolaires. 4 salles pédagogiques équipées de tableaux interactifs permettent d’accueillir des groupes (scolaires, centre de loisirs, associations). pour des activités ludo-éducatives. Une salle de conférences de 100 places constitue un lieu d’échanges, de conférences et de débats ou de projection de films.

Les points de rencontres.
Le cheminement est ponctué d’animations (15 min. environ) lors des séances de nourrissage des animaux, notamment des grands carnivores. Des médiateurs aident les visiteurs à mieux observer les animaux et à découvrir les métiers du zoo. + Horaires et détails donnés chaque jour de visite. Les visites guidées (1h30 à 2h) valorisent une thématique :
• Découverte du nouveau parc : les bâtiments phares, les paysages.
• La forêt : un tour d’horizon des forêts andine, européenne, amazonienne, mettant en évidence les interactions avec la vie animale et végétale, et l’utilisation de la forêt par les hommes.
• L‘eau : des grands fleuves africains aux eaux froides des côtes andines, un aperçu des liens entre la vie végétale et animale et les quantités d’eau disponibles dans les différents milieux.

Les événements
L’offre culturelle du zoo s’inscrit dans les grandes manifestations nationales (Fête de la science, Fête de la nature etc.) et les campagnes internationales sur la protection des espèces animales afin de développer des animations artistiques ou scientifiques spécifiques en lien avec la biodiversité animale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire