Rétrospective de l’année 2016 du Zoo de Bâle

Une fois de plus, le Zoo de Bâle a vécu une année riche en événements, ponctuée de grands moments. La naissance de Nuru, le petit okapi mâle, est certainement l’un des plus importants d’entre eux, même si l’année a vu les moments d’exception se succéder. 

Première naissance d’un okapi depuis onze ans 
Le Zoo de Bâle a une nouvelle fois célébré en 2016 de nombreux succès de reproduction. Nuru, le petit okapi mâle né le 1er octobre est le chouchou du public. Il s’agit de la première naissance d’un okapi au Zoo de Bâle depuis onze ans. La reproduction des okapis est une tradition au Zoo de Bâle. À ce jour, 26 naissances ont eu lieu. En octobre également, une femelle zèbre baptisée Nayuma venait au monde. Le Zoo de Bâle a enregistré de nombreuses naissances cette année, notamment chez les atèles, les zèbres, les kangourous, les bisons, les rennes et les mouflons.

© Zoo de Bâle

Arrivée d’une nouvelle femelle rhinocéros
Le Zoo de Bâle a aussi accueilli plusieurs nouveaux animaux en 2016. Ainsi, la femelle rhinocéros Saar est arrivée du zoo d’Amersfoort (Pays-Bas) le 22 mars. Il s’agit de la deuxième femelle rhinocéros importée par le Zoo de Bâle à des fins de reproduction. La première expérience remonte à 1952 avec Joymothi, qui fit ultérieurement les gros titres en donnant naissance à Rudra, le tout premier rhinocéros né dans un zoo. Le Zoo de Bâle a aussi ouvert ses enclos à de nouveaux muntjacs, hippotragues noirs et petits koudous, chez qui d’ailleurs l’une des deux arrivants donnait déjà naissance en octobre.

© Zoo de Bâle

Des saumons atlantique dans le vivarium
L’année 2016 a aussi apporté son lot de nouveautés dans le vivarium du Zoo de Bâle. De nouveaux saumons atlantiques sont donc visibles depuis début juillet. Ces poissons proviennent du fameux programme de rempoissonnement visant à la réintroduction du saumon dans le Rhin. Par ailleurs, le Zoo de Bâle soutiendra pendant deux ans un projet de recherche sur le saumon conduit par l’Université de Bâle, lequel ambitionne de décoder le génome du saumon aujourd’hui réintroduit en Suisse. Le vivarium abrite aussi désormais une tortue alligator, des poissons-phares et des poissons-démons. L’enceinte fut également le théâtre d’un petit événement au mois de novembre: la toute première naissance de raies de la famille des Plesiotrygons nana.

© Zoo de Bâle

De nouvelles étapes pour l’Ozeanium
Le projet Ozeanium du Zoo de Bâle a aussi bien avancé en 2016. La mise en enquête publique des plans d’occupation des sols a démarré au mois de novembre. En outre, une exposition a été organisée dans le pavillon proche de l’espace africain et un comité de patronage a été créé sous la présidence de l’ancien conseiller d’État Jörg Schild. Toujours dans l’optique de l’Ozeanium, Le Zoo de Bâle a conclu en mai un partenariat avec la Fondation Prince Albert II de Monaco et a accueilli au sein de son restaurant un gala de bienfaisance organisé conjointement et rassemblant plus de 200 invités. S.A.S. le Prince Albert II de Monaco manifesta à cette occasion son vif intérêt pour le projet de création de l’Ozeanium dans le quartier Heuwaage, à Bâle.

© Zoo de Bâle

Des scènes inédites dans le pavillon des oiseaux
Comme toujours, de nombreuses histoires insolites se sont déroulées au Zoo de Bâle en 2016. Des scènes particulièrement inédites se sont jouées en juillet dans le pavillon des oiseaux. Une femelle zostéropidé a participé à l’élevage de jeunes grives de Doherty en apportant sans relâche de la nourriture au nid. L’envol des oisillons n’a même pas suffit à la détourner de sa tâche. Un tel comportement n’avait jamais été observé jusqu’ici au Zoo de Bâle. Si des exemples d’une telle aide de voisinage ont été documentés dans la nature, il s’agit ici d’un comportement tout à fait inhabituel. De telles histoires et anecdotes sont également comptées par les vétérinaires du zoo dans l’ouvrage «Das Okapi hat Husten» (L’okapi tousse), paru en novembre aux éditions Christoph Merian Verlag.

© Zoo de Bâle

Introduction du franc volontaire de protection de la nature
Enfin, l’année 2016 du Zoo de Bâle fut également marquée par quelques évolutions administratives. Les tarifs des billets d’entrée ont changé le 1er juillet 2016, ceux des abonnements seront adaptés le 1er janvier 2017. Parallèlement, le zoo a introduit un franc volontaire de protection de la nature dont il est possible de s’acquitter avec le billet d’entrée et qui est reversé à un fonds consacré à des projets de protection de la nature. Les nouveaux tarifs comme le franc de protection de la nature ont très bien été accueillis par les visiteurs du zoo. Le Zoo de Bâle a aussi été distingué en septembre par le Prix de reconnaissance décerné par l’association «Vereinigung für eine Starke Region Basel/Nordwestschweiz»(Association pour une région Bâle/Suisse du nord-ouest forte).

© Zoo de Bâle

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire