Des Diables de Tasmanie sont arrivés à Pairi Daiza!

Ce mardi, Pairi Daiza a accueilli des Diables de Tasmanie. Le Belgique est, avec le Danemark, l’unique pays européen à pouvoir accueillir ces fascinants petits animaux.

© Pairi Daiza

Une espèce en voie d’extinction
Le Diable de Tasmanie, dernier marsupial carnivore vivant, est une espèce menacée de disparition. Présent en Australie depuis plus d’un siècle, il vit à présent exclusivement sur l’île de Tasmanie. En raison du déclin du nombre de spécimens observés dans la nature, malgré son statut protégé, il est depuis 2008 considéré par la IUCN Redlist comme une espèce en danger d’extinction. Sa population fragmentée est estimée, en Tasmanie, entre 20 et 75.000 animaux. Un nombre qui a fortement baissé suite à l’apparition d’une maladie identifiée en 1996 (Devial Facial Tumour Disease) et qui à elle seule aurait décimé depuis lors la moitié de la population de marsupiaux.

© Pairi Daiza

Des diables princiers !
Malgré l’interdiction d’exportation hors de Tasmanie, l’Australie a offert en 2004 des diables au Danemark. Ces premiers marsupiaux arrivés sur le sol européen étaient un cadeau offert pour la naissance du premier enfant du couple princier formé par Frederik du Danemark et son épouse Mary Elizabeth Donaldson, originaire de Tasmanie. Les frères Cradle et Cradoc, qui ont rejoint ce matin Pairi Daiza, font partie de la progéniture de ces « diables princiers ». Cradle et Cradoc, tout deux nés en 2013, sont ainsi les premiers diables arrivés en Belgique, et font de le Belgique le second pays européen à pouvoir accueillir des représentants de l’espèce.

La présence en Europe de ces rares Diables de Tasmanie ne s’inscrit cependant pas dans le cadre d’un programme de reproduction.

© Pairi Daiza

Caractéristiques physiques.
De la taille d’un petit chien, le Diable de Tasmanie a un corps trapu et robuste, de l’ordre de 60 cm de long, avec un poids variant selon l’âge et le sexe de 6 à 12 kg. Le mâle est un peu plus grand que la femelle. Il possède une queue épaisse de 25 cm où s’accumule la graisse corporelle qui lui sert de réserve alimentaire. Sa fourrure est noire ou brun foncé, avec souvent des taches blanches, surtout sur la poitrine et l’arrière train.

Sa tête est massive par rapport au reste du corps, avec un museau entouré de longues vibrisses, des oreilles arrondies et sans poils ainsi que de très fortes mâchoires garnies de dents pointues. Proportionnellement à son corps, c’est le mammifère qui possède les mâchoires les plus puissantes, capables même de percer et briser des os.

Autre particularité : c’est le seul marsupial dont les pattes antérieures sont plus longues que les postérieures. Son ouïe est excellente ainsi que son odorat. Sa vue, adaptée à sa vie nocturne, est particulièrement efficace pour repérer des proies en mouvement, moins lorsqu’elles restent immobiles.

© Pairi Daiza

Un enclos dans le monde australien
Pairi Daiza est particulièrement honoré d’avoir été choisi par les responsables du Zoo de Copenhague (Danemark) pour accueillir ces tout premiers Diables de Tasmanie. Cradle et Cradoc bénéficient d’un tout nouvel enclos, de plus de 400 m², aménagé dans Mura Mura, le monde australien de Pairi Daiza. Ils seront visibles dès l’ouverture du Parc, le 1er avril prochain.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire