Planckendael présente deux Diables de Tasmanie au public

Vous avez déjà vu un Diable de Tasmanie en vrai ? Et bien c’est possible depuis aujourd’hui puisque Planckendael est le premier parc animalier européen après le Zoo de Copenhague à présenter ces petits animaux menacés au public.

Diable de Tasmanie © Planckendael / Jonas Verhulst

C’est absolument unique. Les deux femelles, Miena et Corinna, ont rejoint leur nouvel enclos au continent Océanie à Planckendael. Ces deux marsupiaux sont les ambassadeurs de leurs congénères menacés. Dans la nature, les Diables de Tasmanie sont victimes d’une maladie contagieuse et agressive appelée Devil Facial Tumour Disease ou tumeur cancéreuse.

Le curateur Matthias Papies déclare :

Nous attendions avec impatience l’arrivée de ces extraordinaires marsupiaux et nous sommes ravis de pouvoir jouer un rôle important dans la survie de cette espèce unique. Le Zoo de Copenhague était jusqu’ici le seul zoo en Europe à accueillir des Diables de Tasmanie. Après une longue et rigoureuse procédure de sélection, nous avons également obtenu l’autorisation d’en héberger. Nous sommes actuellement le seul parc animalier en Europe, en dehors de Copenhague*, où l’on peut venir admirer ces étranges spécimens.

Tumeur cancéreuse
Depuis 2008, le Diable de Tasmanie est menacé d’extinction, en raison d’un cancer agressif et contagieux (Devil Facial Tumour Disease) qui se transmet par morsures. Mordre fait partie du comportement normal lors de l’accouplement ou lors d’un festin collectif autour d’une carcasse. Les animaux développent une tumeur autour du museau qui finit par les empêcher de manger et de boire, entraînant leur mort. Une souffrance atroce. Les animaux contaminés décèdent dans les 4 à 6 mois. Plus de 60% de la population a déjà disparu.

Sur la brèche
Tout le monde est sur le pont pour sauver cet animal ! Le Save The Tasmanian Devil Program a débuté. Un groupe de reproduction a été constitué à partir de 113 individus sains dans la nature. Répartis dans des zoos et parcs sauvages d’Australie, ils sont entre-temps environ 600 à 700 animaux. Ils forment un groupe d’élevage destiné à maintenir le niveau de la population avec une diversité génétique suffisante. Les premiers descendants sont actuellement réintroduits dans la nature. Des scientifiques continuent à chercher un vaccin. Entre-temps, Planckendael apporte son aide en hébergeant des animaux sains et en informant tous les visiteurs sur les difficultés rencontrées par cette espèce.

Marsupial
Le Diable de Tasmanie a servi de modèle pour le célèbre personnage hostile de dessin animé Taz des Looney Tunes. Mère Nature l’a doté d’attraits pour le moins ingrats comme une haleine fétide et un cri effroyable. Cette espèce est méjugée. C’est pourquoi Planckendael en fait l’éloge car à l’instar de tous les autres animaux, c’est une perle qui mérite d’être choyée. Et de préférence rapidement avant qu’il soit trop tard !

Bon à savoir: Saviez-vous qu’il doit son nom à son cri unique associé au diable ?

*Pour découvrir les deux diables de Tasmanie de Pairi Daiza, il faudra attendre l’ouverture du parc, le 1er avril.

Suivez le live sur la page Facebook de Planckendael aujourd’hui à 14h www.facebook.com/planckendael

1 commentaire sur Planckendael présente deux Diables de Tasmanie au public

Laisser un commentaire