Les scouts de Rock Forest et les biologistes du Zoo de Granby unissent leurs efforts pour la protection des éléphants au Cameroun

Le 47e groupe scout (Amarok) de Rock Forest a procédé à une levée de fonds des plus originales afin de soutenir un projet de conservation des éléphants au Cameroun. La somme récoltée de 1 908$ a été remise à la Fondation du Jardin zoologiques de Granby.

Les 29 louveteaux ont vendu 222 pots de miel généreusement donnés par la Miellerie Lambert, Abeille urbaine de Rock Forest et Ruche Campus de l’Université de Sherbrooke. D’ailleurs, un des animateurs de la meute, Christian Lambert, est également apiculteur et initiateur du projet : « J’ai proposé ce projet aux louveteaux et ils ont immédiatement répondu à l’appel avec enthousiasme! »

Le montant remis sera ajouté aux sommes récoltées en 2017, grâce à une campagne de socio financement qui sera initiée par la FJZG et qui portera particulièrement sur le projet de protection des éléphants et des gorilles au Parc national de Campo Ma’an au Cameroun.

Depuis 2015, les biologistes du Zoo de Granby travaillent sur un projet de conservation des éléphants au sud du Cameroun. Les quelques 400 éléphants du parc peuvent emprunter des routes migratoires à travers certains villages en bordure de cette aire protégée, causant la destruction des plantations de bananiers, de plantains et de goyaviers, et les champs en culture, notamment. De par leur taille imposante, les éléphants insécurisent également les communautés.

Voici l’exemple d’une clôture à abeilles au Kenya

Le Zoo de Granby, en partenariat avec l’Université Concordia et le service de conservation du parc, étudient les méthodes servant à protéger certaines zones des éléphants. Cela naturellement sans nuire à la survie des gros pachydermes et sans risquer des actes de braconnage. « L’une des méthodes les plus ingénieuses consiste à installer des ruches d’abeilles le long d’une ligne imaginaire autour des plantations et des terres en cultures,  décourageant ainsi les éléphants qui s’y risqueraient. De plus, le miel peut être récolté par les communautés et consommé ou vendu au marché local » rapporte Patrick Paré, biologiste et directeur Conservation et Recherche au Zoo. « L’idée de vivre en harmonie avec les éléphants… grâce aux abeilles poursuit donc des objectifs environnementaux, économiques et sociaux » souligne Benoit Chabot, directeur de la Fondation du Jardin zoologique de Granby.

Le Zoo de Granby est une institution de conservation reconnue dont le mandat est d’assurer le bien-être des animaux sous sa garde, la reproduction des espèces menacées de même que la sauvegarde d’espèces animales et d’habitats fauniques dans un souci de préservation de la biodiversité. Le département Conservation et Recherche travaille sur des projets de protection de la faune tant au Québec qu’à l’étranger.

Le Zoo de Granby est un organisme à but non lucratif, fondé en 1953, dont la mission est de faire vivre à une clientèle variée et de tout âge, une expérience enrichissante, divertissante et éducative visant la sensibilisation envers la conservation du monde animal. Le zoo ne bénéficie d’aucune subvention pour ses opérations. Il emploie au plus fort de la saison touristique près de 700 personnes. Les retombées économiques directes et indirectes du Zoo de Granby dans sa région sont évaluées à plus de 50  M$ annuellement, une hausse de plus de 75 % depuis 2004.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire