Naissance rare d’un casoar à casque au Zoo de Montpellier

Fait exceptionnel et rare, un poussin de casoar à casque a éclos le 23 mai dernier au Zoo de Montpellier. Une première dont le parc se réjouit et qui consacre des années d’efforts et de travail collectif.

© Zoo de Montpellier

Difficile à reproduire, seulement une vingtaine de jeunes casoars voient le jour en captivité de par le monde, la moyenne est souvent entre cinq et dix pour une population d’environ 100 couples en parcs zoologiques.

Il aura fallu être patients, presque dix ans que les soigneurs animaliers prennent soin d’eux en espérant voir un jour cette toute première naissance ! La femelle « Warlpiri » née au zoo de Alphen (Pays Bas) en 2007 et arrivée à Montpellier l’année d’après, aura finalement choisi le plus jeune des deux mâles qui lui ont été présentés et du même âge qu’elle, l’espagnol « Mankurpa » né à Madrid.

En 2008, le zoo de Maubeuge avait été à deux doigts de réussir ce pari, mais le petit était mort dans l’oeuf. Le Zoo d’Amiens espère également une naissance.

© Zoo de Montpellier

A propos du casoar à casque
Présent dans plusieurs îles d’Océanie, en Nouvelle Guinée et au nord-est de l’Australie, cet habitant des forêts tropicales humides est classé comme espèce vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Son élevage en captivité fait l’objet d’un studbook européen (ESB). Cette espèce a considérablement souffert de la destruction des habitats, de la chasse et de la circulation automobile. Les activités de l’homme sont directement reliées à sa disparition de certains territoires d’Asie du Sud-Est ces 50 dernières années.

Il existe 3 espèces de casoars : le casoar du Sud (Casuarius casuarius), celui du Nord ou unicaronculé (C. unappendiculatus) et la plus petite des trois, le casoar de Bennett (Casuarius bennetti). De nombreuses sous-espèces ont été décrites, et ce débat agite les spécialistes car les données scientifiques sont difficiles à collecter sur ces espèces insulaires et forestières. C’est le casoar du Sud qui est présenté au Parc de Lunaret.

Chez cette espèce, les femelles sont plus grandes et mesurent jusqu’à 1,7m pour 65 Kg. Mais c’est le mâle qui s’occupe de la préparation du nid, de l’incubation des œufs (4 à 6 oeufs de couleur verte, 50 jours de couvaison moyenne) et de l’élevage des jeunes 9 mois durant ! En dehors de la période d’accouplement et de ponte, cette espèce est solitaire et sédentaire, chaque individu s’octroyant des territoires d’environ un km2 de forêt. Ils peuvent vivre jusqu’à 60 ans et la femelle peut rejoindre plusieurs mâles pour déposer ses œufs pendant la même saison de reproduction.

1 commentaire sur Naissance rare d’un casoar à casque au Zoo de Montpellier

  1. On connaît enfin le sexe du jeune casoar à casque, né le 23 mai dernier et c’est une femelle! Et la demoiselle s’appelle Espiguette !

    Chez les casoars à casque, il n’y a pas de dimorphisme sexuel chez les petits, on ne peut donc pas voir si c’est un mâle ou une femelle. Pour le savoir, il faut prélever quelques plumes sur le jeune individu et les envoyer en laboratoire pour y être analysées.

Laisser un commentaire