La célèbre femelle lynx de La Garenne rejoint le Musée cantonal de Zoologie

Toundra, la célèbre femelle lynx du parc de La Garenne à Le Vaud, est décédée il y a maintenant 18 mois, à l’âge de 15 ans. Toundra a une valeur scientifique. Mais elle a également une valeur sentimentale importante pour La Garenne, puisqu’elle avait été recueillie orpheline à l’âge de 6 mois en novembre 2001. Elle avait alors fait l’objet de nombreux reportages dans la presse.

Après avoir fait des prélèvements de tissus destinés aux collections génétiques, Toundra a été préparée par André Keiser, taxidermiste au musée cantonal de zoologie. Formellement, le Lynx appartiendra au musée, dont le rôle est de conserver ce patrimoine cantonal. Mais il est également un symbole de l’action de La Garenne. Il sera donc en « prêt à durée indéterminée » auprès de cette institution.

© Raoul Feignoux

Le 14 septembre 2017 à 10h30 à la Garenne aura lieu la remise officielle de Toundra suivie d’un apéritif

Toundra en quelques mots
Elle est née dans les montagnes jurassiennes au printemps 2001. Sa mère a été tuée par un braconnier dans la région de Gilly en novembre 2001. Agée de seulement six mois, elle n’était pas assez expérimentée pour se nourrir seule dans la nature. Après avoir vagabondé vers Begnins et Burtigny, elle s’est rendue dans le village de Longirod pour y trouver de la nourriture près d’une ferme. Très faible et amaigrie, elle était capturée par le Service de la Faune. Elle a été prise en charge par des vétérinaires puis en centre de soins de la Garenne. Des dizaines de milliers de personnes ont pu voir Toundra pendant les quinze ans qu’elle a passé ensuite à la Garenne.

Article de presse datant de novembre 2001 relatant cette histoire.

Dans la nature
Le lynx est un animal plutôt solitaire qui vit dans la nature sur un territoire d’environ 100 à 400 km². Le territoire du mâle peut recouper plusieurs territoires de femelles et ainsi il peut s’accoupler avec plusieurs femelles sans jamais devoir s’occuper des petits. Dans la nature, mâle et femelle ne se côtoient que quelques jours dans l’année. L’accouplement a lieu de janvier à mars et les petits naissent en mai ou juin.

Histoire
Au 19ième siècle, les proies des lynx étaient devenues rares en raison de la concurrence avec les humains et ils étaient aussi directement persécutés. La dernière observation suisse datait de 1904. Il a été réintroduit en Suisse à partir de 1971 avec des lynx venant des Carpates slovaques, de la sous-espèce Lynx lynx carpathicus. Il a réussi à maintenant s’établir de nouveau dans les montagnes du Jura.

Adaptations
Les lynx disposent d’une véritable tenue de camouflage. Son pelage brun et tacheté lui permet de passer inaperçu dans les sous-bois. Ils marchent sur de véritables pattes de velours. Ses longues pattes sur de très larges coussinets sont ainsi parfaitement adaptées à marcher sur la neige. Malgré son poids, il exerce une pression très faible sur le sol. Il s’enfonce très peu et reste silencieux. Le lynx est essentiellement forestier. Il aime notamment les forêts de résineux ou mixtes avec sous-bois dense dans les régions montagneuses comportant des rochers.

© La Garenne

La Garenne et le Musée cantonal de Zoologie
Depuis plusieurs années, La Garenne et le Musée cantonal de zoologie collaborent, ce dernier se chargeant de mettre en collection les animaux sauvages qui n’ont pas réussi à être sauvés au centre de soins. L’expertise du musée permet non seulement de conserver les animaux morts, mais également les données scientifiques relatives aux animaux, comme l’origine, la date de décès et bien sûr le matériel génétique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire