Naissances, conservation, sensibilisation, réintroductions, une année 2017 au fondement de sa mission pour le Parc zoologique & botanique de Mulhouse

L’année 2017 a été, pour le Parc zoologique & botanique de Mulhouse, l’année de l’affirmation, s’il en était encore besoin, du rôle central que jouent les parcs zoologiques en termes de vision à long terme des relations entre la faune menacée et l’homo urbanicus. Derrière la baseline « Préservons pour l’avenir » qui a guidé chacune des actions du Parc cette année, a continué de se dessiner un projet courageux et ambitieux, articulé autour du bien-être des animaux, pour favoriser toujours plus les naissances et les perspectives d’avenir d’espèces souvent menacées.

Plus de cent bébés ont ainsi vu le jour en 2017 au Parc zoologique & botanique de Mulhouse, synonymes, pour les équipes du Parc, de réussite du travail effectué dans l’ombre, à l’abri du regard des visiteurs : dialogue scientifique avec d’autres parcs et institutions animalières, recherche, apprentissage continu. Focus sur quelques-unes des dernières naissances enregistrées cet été à Mulhouse, particulièrement encourageantes dans le cadre des programme de conservation auxquels participe le Parc.

© B. Quintard

Cistudes : des réintroductions programmées dans les zones humides alsaciennes
En 2007, le Conseil départemental du Bas-Rhin mettait en place un plan de réintroduction de la cistude d’Europe (Emys orbicularis). Deux élevages conservatoires étaient alors désignés pour faire naître les futurs candidats à la réintroduction dans les zones humides de la région : la Petite Camargue alsacienne et le Parc zoologique & botanique de Mulhouse, qui jouit d’une expertise vétérinaire (suivi sanitaire des animaux) et d’infrastructures (la Maison de l’éclosion) précieuses pour mener à bien le projet. Près de quatre-vingt-dix œufs de cistudes d’Europe ont éclos ces derniers mois à la Maison de l’Eclosion du Parc zoologique & botanique de Mulhouse, issus de pontes du Parc et de la Petite Camargue alsacienne. Les petites tortues vont désormais grandir sous l’oeil averti des soigneurs du Parc avant de rejoindre les zones humides alsaciennes dont elles avaient entièrement disparu.

L’assèchement des zones humides en Europe, dû notamment au drainage des fleuves, les pratiques agricoles et piscicoles défavorables, la compétition avec la tortue de Floride (introduite dans les années 1950), ainsi que le prélèvement des œufs et des individus ont en effet eu pour conséquence une diminution drastique des populations de cistudes. Autrefois réparties dans toute la France, elles ont disparu d’Alsace au début du XIXe siècle et ne se trouvent plus actuellement que dans onze régions françaises. Depuis 2014, quatre-vingts individus ont ainsi pu être relâchés. L’objectif du programme vise les 500 individus, d’ici à fin 2021.

Mulhouse, spécialiste des primates menacés
Le Parc zoologique & botanique de Mulhouse participe à des programmes d’ampleur pour sauver les primates les plus menacés de la planète, comme le cercopithèque de Roloway, le lémurien aux yeux turquoise ou encore le gibbon à favoris blancs. L’expertise scientifique de l’équipe zoologique du Parc de Mulhouse lui apporte une renommée internationale, tant pour sa technicité que pour ses connaissances développées autour des huit EEP qu’il coordonne : lémurien aux yeux turquoise (Eulemur flavifrons), lémurien couronné (Eulemur coronatus), lémurien à ventre roux (Eulemur rubriventer), gibbon à favoris blancs (Nomascus leucogenys), gibbon à favoris roux (Nomascus gabriellae), gibbon siki (Nomascus siki), cercopithèque de Roloway (Cercopithecus roloway) et capucin à ventre jaune (Cebus xanthosternos).

© B. Quintard

En 2017, onze jeunes primates ont vu le jour à Mulhouse. Le 26 août, un singe de la famille des cercopithèques de Roloway naissait par exemple au Parc. Le cercopithèque de Roloway est le primate le plus menacé d’Afrique et l’une des 25 espèces les plus menacées au monde. On ne le trouve plus, à l’état naturel, que dans trois forêts d’Afrique de l’Ouest, en Côte d’Ivoire et au Ghana. Particulièrement impliqué dans la conservation de ce primate, le Parc Zoologique & Botanique de Mulhouse est coordinateur du Programme d’élevage européen (EEP) de l’espèce depuis sa création en 2006. Trois naissances de cercopithèque de Roloway ont cette année été enregistrées en Europe. Cet été, en juillet-août, un titi, un cercopithèque de Hamlyn, deux ouistitis pygmées et deux tamarins empereurs sont également nés à Mulhouse.

Un frangin particulièrement impliqué
C’est une attitude rare qu’observent actuellement les soigneurs de la Petite Amazonie. Alors qu’il est fréquent qu’un nouveau-né soit pris en charge (entendez « porté sur le dos ») par son père lorsqu’il n’est pas accroché à sa mère, le jeune titi né mi-août à Mulhouse est inséparable de… Ayapo, son frère, né l’an dernier. Dès le lendemain de la naissance, l’aîné de la fratrie s’impliquait déjà dans l’élevage du petit dernier.

© B. Quintard

Réintroductions : bon vol aux ibis chauves
Le 12 septembre, sept ibis chauves (Geronticus eremita), nés en 2016 et 2017 au Parc zoologique & botanique de Mulhouse, ont rejoint le sud de l’Espagne où ils occupent actuellement des volières de pré-réintroduction. Au début du printemps 2018, les oiseaux seront en effet lâchés dans le cadre du programme de réintroduction de l’espèce en Andalousie. Le Parc zoologique & botanique de Mulhouse collabore depuis sept années avec le Proyecto Eremita, mené par le Zoobotanico de Jerez. Dans le cadre de ce programme, douze oiseaux nés à Mulhouse ont déjà été lâchés en Andalousie (cinq en 2014 et sept en 2017). Le Parc zoologique & botanique de Mulhouse est impliqué dans la conservation ex-situ de cet animal depuis 1983, date d’arrivée à Mulhouse des premiers individus venant d’autres parcs zoologiques.

© B. Quintard

Informations pratiques
Horaires : le Parc zoologique & botanique de Mulhouse est ouvert tous les jours de 9h à 17h en mars, octobre et novembre, de 9h à 18h en avril et septembre, de 9h à 19h en mai, juin, juillet et août et de 10h à 16h en décembre, janvier et février.
Tarifs :
• 9,50 € pour les adultes du 1er janvier au 20 mars et du 1er novembre au 31 décembre 2017.
• 15,50 € pour les adultes du 21 mars au 31 octobre 2017.
• 9,50 € pour les enfants de 4 à 16 ans. Gratuit pour les moins de 4 ans accompagnés d’un membre de leur famille.
www.zoo-mulhouse.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire