Deux naissances pour l’unique Talégalle de Latham femelle d’Europe!

Après six ans d’une longue attente, des bébés Talégalles de Latham grandissent à nouveau au Zoo de Bâle. 

Deux jeunes Talégalles de Latham fouillent dans les feuilles mortes à la recherche d’insectes et de vers. La petite femelle née le 5 août dernier est déjà presque adulte à présent. Le jeune mâle né le 1er octobre n’est pas aussi duveteux que le sont habituellement les poussins.

À la naissance, les bébés Talégalles de Latham mesurent déjà plus de 10 cm, soit un tiers de la taille de leurs parents, et ils ne sont pas recouverts du duvet si caractéristique des poussins. D’ailleurs, en plus d’avoir une apparence proche de celle des adultes, ils sont immédiatement autonomes: ils cherchent leur nourriture seuls et savent déjà voler.

Les Talégalles de Latham ne construisent pas de nids, mais d’immenses monticules destinés à la couvaison. Le mâle rassemble des feuilles mortes en tas en grattant le sol avec ses pattes et en l’espace de deux à neuf jours, la femelle y enfouit sa trentaine d’œufs à près d’un mètre de profondeur. Chaque œuf représente environ 10 % du poids de la femelle. En se décomposant, les matières végétales qui constituent le monticule produisent de la chaleur, permettant ainsi aux œufs de rester bien au chaud. Pour qu’il ne fasse ni trop chaud ni trop froid, le mâle ajoute ou enlève des végétaux.

© Zoo de Bâle

Dans la nature, les poussins Talégalles de Latham auraient dû lutter pour sortir non seulement de leur coquille, mais aussi du monticule de trois à quatre mètres de longueur et d’un mètre de hauteur construit par leurs parents pour la couvaison. Au Zoo de Bâle en revanche, les deux poussins sont nés dans l’incubateur, sous la surveillance attentive des soigneurs. Pendant toute la durée de la couvaison, il était formellement interdit de tourner les œufs, car chez les Talégalles de Latham, ils ne contiennent pas la membrane de protection placée habituellement sur le vitellus (jaune d’œuf). Étant normalement logés au cœur du gros monticule, ils n’en ont en effet pas besoin.

Dans toute l’Europe, seuls six zoos élèvent des Talégalles de Latham et la femelle du Zoo de Bâle est la seule en Europe à se reproduire. Les élevages étant extrêmement rares, les bébés Talégalles de Latham du Zoo de Bâle sont très convoités. Les dernières naissances de cette espèce au Zoo de Bâle remontent à six ans. Ils vivent dans le pavillon «Australis», dédié au thème de la reproduction, en compagnie de kangourous, de Crapauds buffles, de Veuves noires et de geckos. Les Talégalles de Latham sont originaires d’Australie où ils peuplent les forêts tropicales et la brousse, du Queensland jusqu’à Sydney.

© Zoo de Bâle

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire