Aquariums et zoos accrédités du Canada est troublé par les expositions d’animaux exotiques au Québec

Aquariums et zoos accrédités du Canada (AZAC) a été troublé d’apprendre que des animaux exotiques – dont un lionceau de deux mois – étaient exposés au centre commercial Fleur de lys à Québec pour que les visiteurs puissent les observer et les toucher. Cette pratique, si elle n’est pas encadrée par des professionnels, a de graves répercussions sur la santé et la sécurité des animaux et du public. Elle suscite également de sérieuses préoccupations pour le bien-être des animaux et elle met en lumière la nécessité d’avoir des cadres réglementaires et des mesures d’application de la loi plus sévères pour gérer les animaux exotiques.

Photo Facebook Les Festifs – Les plus belles photos d’événements et où sortir à Québec

Le désir d’interagir avec les animaux exotiques est un phénomène en croissance et, en l’absence de mesures législatives plus strictes pour remédier à ce problème, les zoos ambulants et les événements du genre numéros de cirque continueront de proliférer aux dépens du bien-être des animaux et de la sécurité du public, qui n’est pas conscient des dangers de l’interaction avec des espèces exotiques.

Le contexte réglementaire actuel donne lieu à un système dans lequel les permis sont délivrés à des particuliers ou à des organismes qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire en matière de bien-être animal. Pour aggraver ce problème, les mesures exécutoires sont appliquées de façon incohérente à l’échelle de la province. Parmi les nombreux établissements zoologiques dans la province de Québec, seulement sept sont accrédités par AZAC. Ces établissements comblent volontairement ces lacunes en appliquant les normes reconnues internationalement fondées sur la science et l’éthique en matière de soins des animaux.

AZAC a demandé à rencontrer le ministre responsable pour discuter des ramifications de l’exposition d’animaux exotiques, qu’on oblige à interagir avec le public sans supervision gouvernementale efficace ou sans expertise, qui, à l’heure actuelle, ne peut être obtenue dans la province que par le biais de l’accréditation.

Les normes d’AZAC en matière de bien-être animal sont reconnues et appliquées dans toutes les provinces du pays. Juste ce mois-ci, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a fait preuve d’initiative dans ce dossier en déposant un projet de loi qui impose des mesures plus strictes pour s’assurer que les personnes qui choisissent de garder des animaux exotiques adhèrent aux pratiques exemplaires d’AZAC reconnues internationalement en matière de bien-être animal et de sécurité publique.

AZAC encourage le gouvernement du Québec à suivre cet exemple.

À propos d’AZAC
AZAC est un organisme privé sans but lucratif qui représente les principaux parcs zoologiques et aquariums du Canada. Cette organisme favorise l’évolution continue des zoos et aquariums canadiens à titre d’organismes éthiques axés sur l’apprentissage et l’engagement, la conservation et la science, et il est le principal organisme au Canada chargé d’établir et de faire appliquer les normes régissant le bien-être animal.

AZAC est favorable à l’utilisation appropriée d’animaux dans le cadre de programmes comme outil éducatif important et puissant pour renforcer les messages touchant la conservation, la faune et le bien-être des animaux. Toutefois, notre politique concernant l’utilisation d’animaux dans des programmes éducatifs exige que les établissements accrédités se conforment à des lignes directrices rigoureuses, notamment :

· Libre choix : l’animal doit pouvoir se retirer du programme s’il choisit de le faire.
· Bien-être : l’animal ne doit être assujetti à aucune forme de stress inutile et il doit être hébergé et transporté en tenant compte de ses besoins physiques, sociaux et psychologiques.
· Comportements naturels et diffusion de messages : l’animal doit exhiber des comportements qu’il aurait dans la nature, et tous les messages éducatifs doivent refléter des renseignements véridiques au sujet de leurs comportements naturels.
· Interactions humains-animaux : la santé et la sécurité des visiteurs et de l’animal doivent être évaluées en tout temps.
· Valorisation de l’environnement : le personnel doit s’assurer que les animaux qui participent à un programme ont des possibilités appropriées et fréquentes de valorisation de leur environnement.
· Formation du personnel : tous les employés qui manipulent des animaux participant à des programmes doivent respecter les procédures concernant le signalement de blessures, la gestion des visiteurs et la réduction des risques de transmission de maladies zoonotiques, et avoir un comportement personnel approprié.
· Tenue de dossiers et protocoles d’urgence : il faut avoir des documents exacts et les dossiers des animaux doivent être accessibles, et un protocole d’urgence doit être en place pour tous les animaux qui participent à des programmes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire