Retour sur la conférence scientifique sous le thème : « A la rencontre du Chat des sables » au Jardin Zoologique de Rabat

Dans le cadre de son cycle de conférences pour la diffusion des connaissances au sujet de la préservation de la biodiversité, le Jardin Zoologique de Rabat a organisé le 28 novembre 2017, une conférence scientifique, sous le thème : « A la rencontre du chat des sables au Maroc : Résultats de l’étude éthologique réalisée au sud du Maroc», qui a pour objectif de restituer les résultats complets de l’étude éthologique sur le chat des sables menée au sud du Maroc.

Cette conférence, présidée par Dr Abdeladim LHAFI, Haut-Commissaire aux Eaux et Forêt et à la Lutte Contre la Désertification et Président Directeur Général du Jardin Zoologique de Rabat, est animée par Dr Alexander SLIWA, curateur du zoo de Cologne (Allemagne), M. Grégory BRETON, Directeur Général de Panthera France et le Jardin Zoologique de Rabat qui ont collaboré ensemble pour réaliser cette étude.

L’équipe de chercheurs marocains et étrangers a réussi à opérer un suivi scientifique des chats des sables via des émetteurs GPS, dans l’objectif de mieux connaitre l’éco-éthologie de l’espèce. De même, et grâce aux dispositifs de photographies, l’équipe a pu prendre pour la première fois au monde, des photos de chatons à l’état sauvage.

© Grégory Breton

Il est à rappeler que l’aire de répartition du chat des sables s’étend depuis les pays du Nord de l’Afrique (Maroc, Mauritanie, Algérie, Tchad, Niger et Égypte) jusqu’en Asie du Sud-Ouest et en Asie centrale en passant par le Moyen- orient. Cette espèce est inscrite à l’Annexe II de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore menacées d’Extinction (CITES) et considérée, comme « Peu concernée » sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Le Jardin Zoologique de Rabat continue de contribuer aux recherches sur les espèces sauvages, en se plaçant comme une plate-forme d’étude des populations de la faune sauvage africaine. Il offre ainsi les outils techniques et scientifiques pour la recherche et l‘interprétation des résultats et de leurs conséquences pour l’action de conservation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire