Un nouvel éléphant est arrivé au Zoo d’Anvers

Assam, né le 13 avril 2012 et actuellement âgé de cinq ans, est arrivé au Zoo d’Anvers en provenance de Hambourg et prendra la place de Kanvar, qui vient de déménager à Planckendael où il sera le partenaire de Kai-Mook.

© ZOO Antwerpen / Jonas Verhulst

Au Zoo d’Anvers, Assam prendra ses quartiers dans le temple égyptien, où il fera son apprentissage de pachyderme. Il partagera l’enclos réservé aux éléphants adolescents avec son aîné Ming Jung (âgé de 10 ans, né le 16 avril 2007 à Cologne). Il n’y a pas que les jeux et le divertissement qui sont au programme car il doit suivre un entraînement qui le préparera à la tâche essentielle qui lui est réservée dans un lointain avenir, celle de la procréation. Le Zoo d’Anvers joue en effet un rôle important au niveau du programme d’élevage des éléphants asiatiques, une espèce menacée.

La soigneuse Annelies : « Assam est un jeune éléphant, très social dans ses rapports avec ses congénères en bas âge. Il était temps de le préparer à son existence de célibataire, comme cela aurait été le cas dans la nature. Assam est encore jeune et impétueux, mais très sûr de lui. Assam pèse quelque 1500 kilos. Déjà, des bouts de défense se pointent, et elles ne vont cesser de grandir. »

Récréation dans l’enclos des adolescents
Les éléphants ados aiment jouer. Avant d’atteindre leur maturité sexuelle et de pouvoir remplir leur rôle de mâle reproducteur, ils peuvent s’amuser à leur gré au Zoo d’Anvers avec d’autres éléphants adolescents. Ils peuvent dépenser leur trop-plein d’énergie dans le bain d’argile, le sable et la piscine. Pour le programme d’élevage de cette espèce menacée, il importe non seulement d’avoir des groupes familiaux comme celui de Planckendael mais aussi des demeures pour les ados comme celle du Zoo d’Anvers où ces jeunes pensionnaires peuvent batifoler et apprendre.

Le Zoo d’Anvers et Planckendael soutiennent les éléphants d’Asie
Le Zoo d’Anvers et Planckendael entourent non seulement leurs éléphants d’Asie des meilleurs soins mais soutiennent également activement l’Asian Nature Conservation Fondation (ANCF). Dans la vallée de Thirunelli dans le sud de l’Inde, l’homme et l’éléphant se disputent les mêmes terres : les hommes pour y habiter et y cultiver leurs récoltes, les éléphants pour y passer tranquillement afin d’aller rejoindre leurs congénères. L’ANCF aménage des corridors, des bandes forestières où les éléphants peuvent passer librement. Les collaborateurs de l’ANCF interviennent également contre les braconniers, tentent d’éloigner les éléphants des villages ou proposent à la population d’autres terres à cultiver ailleurs. L’harmonie entre l’homme et l’éléphant est ainsi quelque peu rétablie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire