Pairi Daiza prend des mesures après qu’un rhinocéros a été abattu en France

Suite au crime commis sur le jeune rhinocéros au Domaine de Thoiry, en France, Pairi Daiza a pris des mesures sur ces rhinocéros.

© Pairi Daiza

A ce jour, le gang de braconniers court toujours. Le risque qu’ils poursuivent leurs méfaits est réel. La menace pèse tant sur les rhinocéros que sur les soigneurs et le personnel de sécurité qui veillent sur eux. C’est la raison pour laquelle, Eric Domb, le directeur de Pairi Daiza, a demandé au vétérinaire de procéder, de manière temporaire, et à titre de mesure additionnelle aux procédures de sécurité déjà opérationnelles à Pairi Daiza, au raccourcissement des cornes de rhinocéros. Suivant les circonstances, cette mesure de protection pourra être renouvelée, sans compromettre les possibilités de repousse.

Fréquemment utilisée dans de nombreux parcs nationaux africains, elle est considérée à ce jour comme une des seules actions réellement dissuasives. L’efficacité de l’autre technique anti-braconnage qui consiste à colorer la corne est loin d’être concluante: même traitée de la sorte, la corne n’absorbe que très partiellement le produit toxique et n’évite donc pas les balles aux rhinos.

Pairi Daiza, comme les autres parcs, et grâce au soutien des visiteurs, participe à sa mesure à la sauvegarde du rhinocéros blanc, comme en témoigne la naissance du bébé Sethemba Vasta (Sethemba signifie « Espoir » en swahili) le 22 mars 2016, jour des attentats de Bruxelles.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

error:
%d blogueurs aiment cette page :