Le Zoo de Bâle célèbre les 25 ans de l’enclos des flamants

L’enclos des flamants roses du Zoo de Bâle a été créé il y a 25 ans, le 27 juin 1991 précisément. 96 oiseaux investissaient alors ce terrain dont la conception était le résultat de dizaines d’années de recherche. Depuis l’ouverture de cet enclos, le nombre de naissances d’oisillons chaque année a véritablement explosé. Cette année, 25 oisillons ont déjà éclos au sein d’un groupe d’adultes d’environ 120 individus.

Les bébés flamants du Zoo de Bâle se regroupent dans un «jardin d’enfants ». À l’état sauvage, de tels rassemblements peuvent comprendre des centaines, voire des milliers de jeunes flamants. Les parents reconnaissent leurs petits à leur cri. Actuellement, il est possible de bien d’observer comment les parents nourrissent leurs petits à l’aide d’une sécrétion de leur œsophage.

De cinq à une seule espèce de flamants

Le premier petit de la couvée annuelle est né le 12 mai et celui qui, pour l’instant, reste le dernier, il y a quelques jours à peine. En 1958, il y a donc près de 60 ans, le Zoo de Bâle faisait les gros titres avec la naissance du tout premier flamant chilien dans un zoo européen. Cette naissance fut suivie par celle de flamants roses l’année suivante, une véritable première mondiale. À cette époque, le groupe du Zoo de Bâle était composé de cinq espèces de Flamants. Afin d’éviter des croisements indésirables, le Flamant rose de l’Ancien Monde a été privilégié au début des années 1980(Phoenicopterus ruber roseus). En 1990 commençait la construction du nouvel enclos, sur le site de l’ancienne «Festmatte». L’enclos fut présenté aux visiteurs du zoo un an plus tard, le 27 juin, en présence des médias.

© Zoo de Bâle

Un élevage fertile

L’histoire des flamants roses au Zoo de Bâle est une réelle succession de réussites. Depuis 1958, près de 550 flamants roses, dont la plupart ont été donnés afin de constituer d’autres groupes d’élevage, ont grandi au Zoo de Bâle. Jusqu’à présent, tant de jeunes flamants naissent chaque année qu’il est possible de les donner à d’autres zoos. Les oiseaux naissant régulièrement de ses échanges permettent de conserver une population génétiquement saine. La colonie de flamants roses est aujourd’hui composée d’environ 120 adultes, avec quasiment autant de mâle que de femelles. L’individu le plus âgé est un mâle de 62 ans, arrivé du Zoo de Hagenbeck en 1954.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle

Presque 60 ans de recherche sur le flamant

Au début, on savait très peu sur le comportement et le mode de vie des flamants. S’il en est autrement aujourd’hui, c’est surtout grâce à la recherche sur les flamants menée depuis 1958 par Adelheid Studer-Thiersch au Zoo de Bâle. En 1958, et en collaboration avec Hoffmann-La Roche, le lien a été fait entre la couleur des plumes des flamants roses, qui avait toujours tendance à blanchir, et leur alimentation. Leur nourriture manquait effectivement d’artémie, cette crevette source de carotène. En se nourrissant, les flamants roses absorbent le colorant naturellement présent dans ces crustacés et stockent le pigment dans leurs plumes. Aujourd’hui, la canthaxanthine, un carotène artificiel, remplace le colorant naturel.

La journée Johannes Beck du 24 juin au Zoo de Bâle
Vendredi 24 juin 2016, le Zoo de Bâle célébrera le «centenaire de la fondation Johannes Beck». Un programme spécial rehaussé d’une animation musicale sera organisé en hommage au mécène Johannes Beck. Cette fois, il y aura aussi une Animal Lounge dans le restaurant du Zoo. Entrée gratuite de 14 heures à 23 heures.

La nocturne du 2 juillet 2016 au Zoo de Bâle
Le samedi 2 juillet 2016, le Zoo de Bâle ouvrira ses portes de 17 heures à minuit. Un programme spécial autour des records du règne animal sera proposé au cours de cette soirée à l’ambiance si particulière. Et pour parfaire la soirée, les visiteurs pourront aussi compter sur le bar du zoo, quelques délicieux mets et de la bonne musique.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire