La recherche à la Montagne des Singes : focus sur les mères et leurs bébés

© Montagne des Singes

La Montagne des Singes s’impose comme un lieu de détente et de découverte incontournable en Alsace où elle se place au 4ème rang des sites touristiques les plus visités. Au-delà de sa mission « loisirs », le parc représente un terrain d’étude idéal et reconnu par les chercheurs pour observer la vie sociale de cette espèce menacée.

Les Magots évoluent en toute liberté dans une forêt de 24 ha. Ces conditions de vie optimales, proches de l’état sauvage, leur permettent une grande liberté d’action. Ils peuvent s’organiser en unités sociales et développer tout l’éventail de leurs comportements.

« Mieux comprendre l’espèce, pour mieux la protéger » !

Du 1er juin au 31 août le parc accueille Marie-Claire Pagano, étudiante en Master d’éthologie à l’université de Durham en Grande-Bretagne. Son étude porte sur la thématique des nouveau-nés.

Dans la communauté scientifique, les Magots sont mondialement connus pour deux aspects de leur vie sociale concernant les mâles. Leurs relations avec les bébés sont uniques parmi les singes de l’ancien monde. Les mâles s’occupent des bébés dès les premiers jours, ils les portent, les épouillent, les protègent. Ils utilisent aussi les bébés comme intermédiaire pour entrer en contact avec d’autres mâles de leur groupe.

L’objectif de l’étude de cette étudiante est de déterminer si la femelle profite du temps libéré par la prise en charge de son bébé par un mâle. Va-t-elle utiliser ces moments pour rechercher de la nourriture ou encore entretenir des relations sociales avec les autres membres du groupe ?

Ou au contraire, cette situation va-t-elle générer plus de stress pour la mère dont le bébé a été emprunté par un mâle ? Pour répondre à ces questionnements, l’étudiante s’attache à observer le comportement social des mères et de leurs petits quand ils sont ensemble et quand ils sont séparés.

Ces travaux de recherche, comme tous ceux menés dans le parc depuis 1972, sont uniquement basés sur l’observation, aucune expérimentation n’est menée sur les animaux. Les premières semaines, l’étudiante s’est familiarisée avec le parc et ses habitants en apprenant à reconnaître les singes, notamment en utilisant les signes distinctifs de chacun d’entre eux (pigmentation dans le visage, couleur du poil, etc.). A présent elle peut entièrement se concentrer sur le sujet de son mémoire en relevant les comportements des mères Magots.

Si le métier d’éthologue fascine beaucoup de jeunes en quête d’orientation, il faut une motivation scientifique très profonde pour mener à bien ces travaux de recherche.

L’objectif de ces études menées à la Montagne des Singes est d’approfondir les connaissances sur l’espèce, aussi pour pouvoir mieux la protéger.

Pour mémoire, le Magot est protégé et classé « en danger » depuis 2008 par la « Liste Rouge » de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), une organisation scientifique qui suit l’évolution des espèces végétales et animales. Il subsisterait à ce jour moins de 8000 individus dans leur pays d’origine au Maroc et en Algérie.

A propos de la Montagne des Singes
Créée en 1969, la Montagne des Singes est un site incontournable en Alsace, le 4ème en termes de fréquentation. Chaque saison, d’avril à novembre, ce sont près de 300 000 visiteurs qui viennent y (re)découvrir plus de 200 Macaques de Barbarie qui vivent en totale liberté dans une forêt de 24 ha au cœur des Vosges. Le site est très engagé dans la conservation de l’espèce et développe un important volet pédagogique, notamment par le biais des guides du parc qui informent le public.

www.montagnedessinges.com

 

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire