Naissances exceptionnelles de deux dauphins à la Cité Marine de Planète Sauvage

Amtan et Parel, deux femelles dauphins âgées respectivement de 15 et de 8 ans, ont chacune donné naissance à un delphineau à Planète Sauvage.

© Planète Sauvage
© Planète Sauvage

Les deux femelles ont un solide appétit et allaitent régulièrement leur progéniture sous l’œil vigilant des professionnels de la Cité Marine. Les premiers jours, les petits sollicitent leurs mères toutes les 20 minutes et reçoivent un lait très riche qui leur permet une rapide prise de poids. Les petits pèsent à la naissance environ 12 à 15 kilos mais grâce à ce régime riche en protéines ils prennent 5 kilos et quelques centimètres la première semaine ! Ils atteindront leur taille adulte d’ici une bonne douzaine d’années.

Les premières semaines de sa vie, le petit dauphin est vulnérable et reste très dépendant de sa mère. Elle ne le laisse pas s’éloigner,même de quelques mètres car il n’a pas la force de nager seul très longtemps. Pour l’aider, sa mère creusera un peu son flanc et créera un effet d’aspiration qui collera le petit contre elle sans qu’il n’est à faire aucun mouvement. Il peut ainsi dormir, tout en continuant à se déplacer.

Contrairement à beaucoup d’autres animaux, dans les premières semaines de leur vie, les cétacés disposent d’un système immunitaire incomplet. Cette immunité sera apportée dans les premiers jours par le lait de la mère. En attendant, l’équipe de la Cité Marine a donc placé les petits et leurs mères dans des bassins maternité.

L’Université de Rennes et l’équipe scientifique du parc ont enregistré en continu pendant une semaine les tous premiers comportements et échanges vocaux entre les petits et leurs mères. Les informations obtenues permettront d’en apprendre plus sur les premières étapes de la vie des grands dauphins.

© Planète Sauvage
© Planète Sauvage

Un jeu concours pour attribuer les 2 prénoms
Le bébé de Amtan (15 ans) est un mâle né le 28 août 2016. Celui de Parel (8 ans) est aussi un mâle né le 14 septembre 2016. Afin de trouver les noms des 2 petits, le parc va lancer le jeudi 29 Septembre prochain un concours sur sa page Facebook, www.facebook.com/planetesauvage44, faites vos jeux !

© Planète Sauvage
© Planète Sauvage

Dix ans de recherches et de découvertes à Planète Sauvage !
Depuis 2007, l’Unité de Recherche Ethos de l’Université de Rennes et l’équipe scientifique de Planète Sauvage animent un vaste programme de recherche qui permet de mieux comprendre les secrets et les richesses de la vie intime des animaux sauvages.

Chercheurs, spécialistes, thésards et étudiants français mais aussi brésiliens, allemands, hollandais, danois ou américains collaborent à Port-Saint-Père pour étudier les animaux sauvages qui se partagent les 80 Ha du parc animalier. L’éthologie, à savoir l’étude scientifique des mécanismes du comportement, repose sur deux grands principes : la qualité des observations effectuées et la répétition des mesures dans le temps. Ces conditions sont réunies à Planète Sauvage, et offrent aux équipes des Pr. Lemasson et Hausberger de l’unité mixte CNRS –Université de Rennes 6552, des conditions de travail uniques qui sont depuis 10 ans à la source de découvertes importantes.

Cette collaboration a par exemple permis aux chercheurs de mettre en évidence chez le dauphin des particularités dans l’organisation du traitement des informations visuelles. Ces mêmes dauphins qui, la nuit, se remémorent vocalement les évènements marquants de leur journée et se lancent, avant leurs périodes de sommeil, dans d’incessants échanges vocaux. La collaboration avec le parc a démontré chez les loutres asiatiques que la reconnaissance individuelle se basait sur leurs vocalisations et les indices olfactifs laissés par leurs excréments. En accueillant chaque année des étudiants en Master, Planète Sauvage est aussi un lieu de formation à la recherche. Le groupe de primates hébergés en semi-liberté a servi de terrain d’observation à plusieurs étudiants qui ont montré l’existence de profils comportementaux variés et l’expression d’une vie sociale en tout point comparable à celle observée en milieu naturel.

Planète Sauvage travaille aussi sur le terrain et a déployé des capteurs qui confirment que la Baie de Bourgneuf est régulièrement visitée par des marsouins et des dauphins. Très récemment, la revue Frontiers in Ecology and Evolution a publié dans un double article les conclusions de 6 ans d’observations effectuées à Planète Sauvage par une équipe constituée des chercheurs du laboratoire Ethos, du Centre des sciences du goût et de l’alimentation de Bourgogne, des Universités de Nîmes et de Montpellier. Leurs conclusions remettent en cause ce qui était communément admis sur les capacités sensorielles des dauphins. Non seulement ils sont dotés d’une bonne vision, d’un sonar puissant mais ils sont également capable d’olfaction et de gustation. Dernière surprise, et non des moindres : cette équipe de chercheurs a démontré que les dauphins sont capables de percevoir … les champs magnétiques !

A propos du Grand Dauphin
Classe : mammifères – Ordre : cétacés – Famille : delphinidés 
Statut :
non menacé
Caractéristiques : C’est un mammifère, il doit donc régulièrement remonter à la surface pour respirer. Parfaitement adapté au monde marin il peut nager à 25 km/h, rester en apnée 15 minutes et chasser les poissons dont il se nourrit jusqu’à 300 mètres de fond. Le grand dauphin fait partie de la famille des delphinidés qui compte 36 espèces. Il vit dans quasi toutes les mers et océans du globe. Il est couramment observé sur nos côtes.
Longueur : 2 m à 3,80 m, poids moyen 300 kg.
Durée de gestation : 12 mois, naissance d’un seul petit, allaité environ 2 ans.
Longévité : 25 ans.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire