L’hiver approche – les reptiles et les amphibiens du Zoo de Bâle se préparent

Les amphibiens et les reptiles autochtones se préparent déjà à affronter les frimas: ils survivent à l’hiver en se terrant à l’abri du gel ou en disparaissant sous la surface de l’eau. Les lézards et les grenouilles du vivarium du Zoo de Bâle en font autant. Une visite au vivarium s’impose plus que jamais pour les observer une dernière fois cette année.

© Zoo de Bâle
© Zoo de Bâle

À l’instar des reptiles et des amphibiens autochtones, certains de leurs collègues tropicaux présents au Zoo de Bâle se préparent actuellement à l’hibernation. Les zones tropicales et subtropicales, où le climat reste la plupart du temps chaud ou chaud et humide, abritent de très nombreuses espèces d’amphibiens et de reptiles. Les habitants des forêts pluviales tropicales ont suffisamment chaud tout au long de l’année pour rester actifs. Une certaine forme de saisonnalité est néanmoins perceptible sous les tropiques, avec par exemple une alternance de saisons sèches et de saisons pluvieuses.

C’est pourquoi la grenouille cornue sud-américaine du terrarium 67 s’est déjà cachée sous le sol où elle restera lors de cet hiver sec. Elle se protégera ainsi au mieux de la déshydratation. Pendant toute cette période, elle ne mangera rien et vivra de ses réserves. Elle s’est déjà complètement enfouie et ne ressortira de son «cocon» souterrain qu’au printemps.

Même situation chez les splendides lézards à collier (terrarium 54) des régions sèches du sud-ouest des États-Unis. L’agitation qui régnait il y a quelques semaines encore dans le terrarium a cédé la place au vide. La température du terrarium ayant été baissée pour refléter le climat de leur habitat naturel, les lézards se sont retirés dans d’étroites fissures dont ils ne sortiront qu’à la fin de l’hiver.

Les lézards crocodiles de Chine du terrarium 44 ne se sont pas encore retirés. Il faut donc se dépêcher pour découvrir cette année ce reptile si rare, dont la population à l’état naturel est estimée à moins de mille individus. Dans les forêts tempérées du Vietnam et de Chine, ces lézards hibernent de la même manière que les reptiles de nos latitudes. Dans quelques semaines, ils auront disparu sous terre et ne réapparaîtront qu’au printemps.

Les amphibiens et les reptiles sont des animaux à sang froid. Ils ne produisent pas de chaleur corporelle propre et ne peuvent pas garder une température interne stable. En hiver, lorsque la température de l’air et la chaleur du soleil baissent, la température de leur corps et, conséquemment, leur activité, diminuent également.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire