2016, une année record pour le Zoo de Bâle

Le Zoo de Bâle séduit un public toujours plus nombreux, comme l’année 2016 l’a prouvé. L’établissement a reçu la visite de 960 685 personnes l’année passée. La nocturne, le nombre d’abonnements annuels vendus et les recettes dédiées aux projets de protection de la nature soutenus par le Zoo de Bâle constituent de véritables records. En 2016, et grâce au nouveau franc volontaire de protection de la nature, CHF 214 000.- ont été collectés à l’entrée entrées au bénéfice des projets de protection de la nature.

© Zoo de Bâle

Un total de 960 685 visiteurs ont franchi les portes du Zoo de Bâle en 2016. Une fréquentation qui reste donc satisfaisante et élevée, même si elle accuse un recul de 7,2 pour cent. Cette baisse enregistrée en 2016 s’explique notamment par les journées de mauvais temps, et plus particulièrement lors des week-end de printemps, et par les fortes chaleurs de l’été. En 2015, le Zoo de Bâle avait reçu 1 034 359 visiteurs. Depuis 2015, le nombre de visiteurs est comptabilisé par un système d’accès électronique, et non sur la base d’un coefficient de conversion de la Verband der Zoologischen Gärten (VdZ) comme auparavant. Ainsi, le Zoo de Bâle a accueilli en moyenne 2 625 visiteurs par jour en 2016. Le 5 mai fut la meilleure journée de l’année 2016, avec 7 349 entrées payantes. Seuls 83 visiteurs furent accueillis le 12 janvier. Un nouveau record a été enregistré le 2 juillet avec la nocturne et ses 12 150 visiteurs. Jamais une nocturne au Zoo de Bâle n’avait connu une telle fréquentation. Les précédentes éditions recevaient en moyenne quelque 3 500 visiteurs. Depuis son ouverture, le 3 juillet 1874, 86 212 563 visiteurs ont franchi les portes du Zoo de Bâle.

Abonnements annuels: le record de l’année 2014 est tombé
Le Zoo de Bâle a également battu un record avec le nombre d’abonnements annuels vendus en 2016. Au cours de l’année passée, le Zoo de Bâle a vendu 31 689 abonnements, contre 29 405 en 2015. Le précédent record datait de l’année 2014, avec 29 505 abonnements vendus. Olivier Pagan, le directeur du Zoo de Bâle, déclare: «La constante augmentation du nombre d’abonnements annuels démontre le profond attachement qu’éprouvent les Bâlois pour leur zoo. C’est pour moi évidemment une grande joie, mais c’est aussi d’excellent augure pour les nombreux défis, comme l’Ozeanium, que nous relèverons au cours des prochaines années.» L’année passée, les visiteurs se sont notamment passionnés pour l’okapi mâle Nuru et l’hippopotame femelle Nayuma, tous deux nés en octobre 2016. Nuru fut surtout l’objet de toutes les attentions, puisqu’il s’agissait de la première naissance en onze ans d’un okapi au Zoo de Bâle.

Plus de 90 % des visiteurs ont réglé le franc de protection de la nature
Les recettes consacrées aux projets de protection de la nature soutenus par le Zoo de Bâle ont elles aussi constitué un record. Le franc volontaire de protection de la nature (CHF 1,00) introduit le 1er juillet 2016 a permis de lever, au cours de cette même année, CHF 214 000 pour la protection de la nature. De début juillet à fin décembre 2016, plus de 90 % des visiteurs se sont acquittés du franc de protection de la nature lors de l’achat de leur billet d’entrée. Au cours des années passées, entre CHF 100 000 et CHF 120 000.- étaient chaque année reversés à un fonds consacré aux projets de protection de la nature, grâce à la contribution de CHF 0,15 par billet d’entrée et CHF 1,50 par abonnement annuel instaurée jusqu’à fin juin 2016. Aujourd’hui, CHF 1,50 par abonnement annuel est toujours reversé à ce fonds.

Olivier Pagan, directeur du zoo: «Je suis évidemment ravi qu’autant de visiteurs saluent nos efforts en faveur de la protection de la nature et nous soutiennent par le biais du franc de protection de la nature. Poursuivre de manière efficace et cohérente nos initiatives en faveur de la protection de la nature est autant un devoir qu’une motivation essentielle.» La protection de la nature et des espèces est, avec la détente, la formation et la recherche, l’un des piliers essentiels du Zoo de Bâle en tant qu’établissement dirigé à des fins scientifiques. Actuellement, le Zoo de Bâle soutient, sur site, dix projets de protection de la nature en plusieurs endroits du monde. Certains de ces projets, comme le projet rhinocéros d’Assam en Inde, sont soutenus depuis des années. Le Zoo de Bâle contribue ainsi à la protection et à la préservation à long terme des habitats naturels, de leurs animaux et de leurs plantes. Depuis 2016, le Zoo de Bâle soutient deux autres projets dans la perspective de l’Ozeanium qui sera érigé dans le quartier de la Heuwaage, à Bâle. Le premier est un projet de recherche sur le saumon conduit par l’Université de Bâle et visant à décoder le génome des saumons aujourd’hui réintroduits en Suisse. Le second revêt la forme d’un partenariat entre le Zoo de Bâle et la Fondation Prince Albert II de Monaco, lequel se concentre sur la protection de l’environnement, et soutient plus particulièrement des projets de protection des océans.

Plus d’informations sur www.zoobasel.ch

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire