Bébé panthère des neiges, autres naissances et nouvelles espèces au Safari Zoo Domaine de Thoiry

Ces derniers mois au Safari Zoo Domaine de Thoiry, avec l’arrivée de nouvelles espèces et les nombreuses naissances, plus d’une centaine de nouveaux pensionnaires ont pris possession des lieux : panthère des neiges, tigres de Sibérie, loups arctiques, fourmilier, suricates, iguanes…

Les plus charismatiques

• Une première depuis 15 ans : un bébé panthère des neiges
Événement exceptionnel : le couple de panthères des neiges a donné le jour à une petite femelle le 11 mai dernier ! L’équipe du parc en est très fière, d’autant plus qu’en France seuls deux parcs ont eu des naissances cette année. Très menacée dans son milieu naturel, l’espèce fait l’objet d’un Programme d’Élevage Européen (EEP). La petite devrait faire ses premiers pas en extérieur aux côtés de sa mère dans les jours qui viennent !

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Arrivée d’un couple de tigres de Sibérie
Nouveaux arrivants, ces magnifiques félins – appartenant à la plus grande des 6 sous-espèces de tigres – ont pris possession d’un espace verdoyant traversé par un tunnel de verre via lequel les visiteurs peuvent les observer au plus près. La femelle, Xenia, arrivée en mars dernier a été rejointe en mai par Harley, un jeune et beau mâle. Le couple s’entend à merveille et l’équipe espère, dans le cadre de l’EEP de la sous-espèce, des naissances dans le futur. Menacée dans la nature, cette dernière est notamment chassée pour sa fourrure.

• Des loups arctiques blancs parmi les ours noirs
Autre nouvelle espèce : un couple de loups arctiques s’est installé dans la partie américaine du Safari ! Alors que la femelle a pris possession d’une des tanières creusées par les ours baribals, le mâle parcourt majestueusement son domaine de 8 hectares, pour la plus grande joie des visiteurs motorisés.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Naissance d’un oryx d’Arabie, espèce sauvée grâce à l’implication des zoos
Une petite femelle oryx a vu le jour à la fin du mois de mai ! Ce magnifique herbivore à la robe claire, au masque noir, portant de longues cornes acérées, a complètement disparu de son milieu naturel dans les années 1970. Fort heureusement, un groupe d’élevage constitué dans un zoo américain ainsi qu’un programme de réintroduction ont permis de sauver l’espèce. Environ 1000 individus vivent actuellement à l’état sauvage.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Un petit lynx des Carpates né sous les yeux des visiteurs
Dimanche 4 juin, dans la journée, quelle n’a pas été la surprise des promeneurs lorsque la femelle lynx a mis bas dans son parc extérieur ! Elle veille depuis jalousement sur son petit, encore un peu maladroit mais gagnant chaque jour en témérité. Dans la nature, l’espèce paie un lourd tribut à la pression anthropique. Malgré des réintroductions, dont certaines en France, les effectifs du lynx des Carpates restent fragiles.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Sans oublier les trois lionceaux
Kassai, Koumba et Kayla sont en pleine période d’apprentissage par le jeu !

Les plus surprenants

• Qui s’y frotte s’y pique, bienvenue au porc-épic
Nouvel arrivant, un mâle porc-épic d’Amérique du Nord a pris ses quartiers à l’entrée du Zoo. Ce rongeur imposant à l’aspect improbable peut peser jusqu’à 14 kilos. Pourvu d’un gros nez rond, il a un corps recouvert de plus de 30 000 poils piquants, de couleur noire à crème. Il est de plus doté d’une longue queue, bardée elle aussi de piquants. Cet excellent grimpeur, aux pattes griffues et partiellement palmées, se repose pendant la journée perché dans les arbres de son parc : il faut donc lever la tête pour pouvoir l’observer ! Une à deux femelles devraient le rejoindre très bientôt laissant ainsi augurer de futures naissances.

• Arrivée de piranhas, toutes dents dehors !
L’Arche des petites bêtes a accueilli de nouvelles espèces dont un groupe de piranhas à ventre rouge qui fait sensation. Ce poisson carnivore peut atteindre 30 centimètres et peser plusieurs kilos. La beauté de ses écailles mordorées contraste avec sa puissante mâchoire ornée de dents rectangulaires tranchantes. Doté d’un appétit féroce, il se nourrit principalement de poissons mais joue aussi un rôle important d’éboueur en Amazonie où il dévore charognes et animaux blessés.

• Des lézards aux faux airs d’alligators
Derniers arrivants à l’Arche des petites bêtes, les six lézards caïmans sont des reptiles impressionnants avec une tête large et osseuse d’une belle teinte orangée. Vivant dans le nord de l’Amérique du Sud, le lézard caïman peut mesurer plus d’un mètre et ressemble à un petit alligator avec ses écailles dorsales proéminentes. Contrairement à ce dernier, il se nourrit d’escargots, de coquillages et d’écrevisses dont il brise coquilles et carapaces grâce à ses mâchoires puissantes. Habitant les marécages et les forêts inondées, il est adapté à la vie aquatique et nage en s’aidant de sa longue queue aplatie. Celle-ci lui permet également de se défendre en «fouettant» ses adversaires.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Naissances de criquets de Crau
Endémique de la Plaine de Crau dans le sud de la France, le criquet de Crau n’a (presque) rien pour plaire : il est très gros, ne vole pas, ne chante pas mais fait parti intégrante de l’écosysytème local où il a toute sa place et c’est pour ça qu’on l’aime ! L’espèce étant «En danger critique d’extinction», le Domaine de Thoiry a obtenu il y a deux ans l’autorisation de prélever dans la nature quelques individus afin de commencer un programme d’élevage mené en collaboration avec la Réserve Naturelle de Crau. L’équipe du parc est heureuse d’annoncer cette année une première réussite : la naissance d’une vingtaine de petits criquets !

• Le fourmilier, aussi long que plat
Le grand fourmilier ou tamanoir est un animal solitaire d’Amérique du Sud pesant jusqu’à 40 kilos. Physique ébouriffé, corps aplati latéralement, longue queue touffue, nez tubulaire d’où sort une immense langue collante, le fourmilier est également doté de griffes impressionnantes qui lui servent à éventrer les nids de termites et de fourmis dont il se nourrit. À cause de cette alimentation peu énergétique (adaptée en captivité), son rythme biologique est particulièrement lent. Le tamanoir a donc besoin de beaucoup dormir pour s’épanouir ! En régression dans la nature à cause de la disparition de son habitat et de la chasse sportive, il est classé «Vulnérable» par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et se trouve en Annexe II de la Convention de Washington (CITES). Il fait aussi l’objet d’un EEP.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

Les plus mignons

• Des bébés chez les ouistitis pygmées, plus petits singes du monde
Arborant fièrement une taille d’une quinzaine de centimètres pour un poids d’une centaine de grammes, il s’agit de la seule espèce de ouistiti vivant dans le haut de l’Amazonie et du Rio Madeira! Cette année au parc, un mâle et une femelle, grands comme un pouce, ont vu le jour. Paradoxalement, ces bébés sont relativement gros par rapport à la taille des adultes. Les deux mini-ouistitis passent les premières semaines de leur vie sur le dos des différents membres du groupe. Leur père est par ailleurs un véritable «papa poule» et s’occupe d’eux avec beaucoup d’attention.

• Deux iguanes des Fidji d’un vert éclatant
À leur éclosion, le 3 juin dernier, les deux femelles pesaient chacune 8 et 10 grammes seulement ! À l’instar des adultes pouvant atteindre 80 centimètres, elles sont déjà coiffées d’une crête, haute d’à peine un millimètre, allant de la tête à la queue. Elles arborent également la robe distinctive de leur espèce d’un vert pomme éclatant. Chez les iguanes des Fidji, le corps des mâles se pare à l’âge adulte de bandes blanches ou bleutées. L’espèce endémique est menacée dans la nature notamment à cause des prédateurs introduits par l’Homme (chat, mangouste, rat, etc.).

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Deux poulains de Przewalski, dernière espèce de cheval sauvage
Beaucoup moins docile que ses cousins domestiqués, le cheval de Przewalski doit son nom à l’explorateur russe qui l’a découvert dans les plaines de Mongolie. Après qu’il ait complètement disparu de son milieu naturel, des populations captives ont permis de le réintroduire, notamment, dans des réserves mongoles. Nés à un mois d’intervalle, l’un en mai et l’autre en juin, le mâle et la femelle gambadent toute la journée sur les collines situées juste à la sortie du Safari.

• Un ânon de Somalie à l’allure de zèbre
Un ânon, oui, mais appartenant à l’une des dernières espèces d’âne sauvage. La petite femelle née le 15 mai dernier est déjà dotée des hautes pattes zébrées qui caractérisent l’âne de Somalie. Elle ne manque d’ailleurs aucune occasion de les dégourdir entre deux têtées ! Chassée pour sa viande et pour la médecine traditionnelle, l’espèce est extrêmement menacée et il ne subsiterait plus que 1 000 individus dans la nature. Elle fait l’objet d’un EEP.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

• Trois bébés suricates, trois fois plus mignons
Dressés sur leurs pattes arrières, les suricates sont à l’affût à l’entrée du Zoo : des bébés sont nés à la mi-mai, il faut donc surveiller les alentours! Ce petit carnivore grégaire vivant dans les grandes plaines de la savane africaine doit, pour survivre, surveiller constamment les alentours. Un guetteur est donc toujours désigné ce qui permet au reste du groupe de chasser, dormir et s’occuper des plus jeunes en toute sérénité.

©Arthus Boutin Safari Zoo Domaine de Thoiry

Le Safari Zoo Domaine de Thoiry est ouvert tous les jours jusqu’au dimanche 12 novembre.
Pour toutes informations: www.thoiry.net

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire