Cas particulier d’un tamarin pinché à crête blanche au Zoo de Bâle

Alors qu’ils sont encore dans le ventre de leur mère, les bébés pinchés à crête blanche échangent des cellules souches. Il arrive ainsi parfois que certaines parties du patrimoine génétique d’un petit singe proviennent de ses frères et sœurs. En la matière, le petit pinché à crête blanche Gitana (8 ans) du Zoo de Bâle constitue un cas très particulier.

© Zoo de Bâle

Gitana est arrivée au Zoo de Bâle en février 2016, avec des caractères sexuels extérieurs quelque peu inhabituels. Une analyse de ses chromosomes a finalement mis au jour un phénomène extraordinaire: Gitana était à l’origine un mâle qui a repris des cellules souches de sa sœur jumelle alors qu’ils étaient tous deux encore dans le ventre de leur mère à l’état d’embryons. Or ces cellules ont «façonné» les gonades (glandes sexuelles) de Gitana. Le petit mâle se serait ainsi transformé en soi-disant femelle. Mais Gitana n’est pas une «véritable» femelle. Ses globules blancs sont pour moitié ceux d’une femelle et pour moitié ceux d’un mâle.

À la suite de cette découverte, tout le monde au Zoo de Bâle pensait que Gitana n’aurait pas de descendance. Son partenaire, un atout génétique précieux du programme d’élevage, a donc été cédé à un autre zoo. Mais cinq mois plus tard, à la surprise générale, Gitana a mis au monde deux bébés. Ceux-ci n’ont pas survécu, mais l’expérience a permis de prouver que Gitana pouvait procréer malgré le fait qu’elle était initialement un mâle. En novembre dernier, le Zoo de Bâle a donc attribué à Gitana un nouveau partenaire, Francisco (13 ans), arrivé à Bâle en provenance de Cologne. Le Zoo attend désormais avec impatience de voir s’ils se reproduiront.

Peut contenir des traces de frère ou de sœur
Dès les années 1930, un scientifique a découvert que les primates miniatures jumeaux (du groupe des Callitrichinae, auquel appartiennent également les pinchés à crête blanche) étaient souvent des «êtres génétiquement hybrides» (chimères). Les chercheurs n’ont cependant acquis que récemment les méthodes leur permettant d’analyser plus en détail ce phénomène génétique. Ils ont ainsi découvert que des cellules souches de deux frère et sœur pouvaient se retrouver dans presque tous les organes de leur corps. De nouvelles études montrent qu’en plus du sang et du foie, le cœur, les reins, les poumons, le cerveau, la rate, en fait presque toutes les parties du corps, pouvaient contenir des gènes du frère ou de la sœur. Le plus étonnant a été de découvrir que même les testicules ou les ovaires pouvaient génétiquement provenir de l’un ou de l’autre, comme c’est le cas chez Gitana. Un tel échange est unique parmi les mammifères, chez lesquels chaque individu dispose en général de ses propres gènes, identiques dans toutes les cellules de son corps.

Des frères et sœurs très spéciaux
Les Callitrichinae donnent presque toujours naissance à des jumeaux, un phénomène assez atypique chez des primates. En raison de l’échange de cellules souches, ces frères et sœurs se ressemblent davantage encore que des jumeaux normaux. Les cellules souches contiennent tous les gènes qui servent de «plans de construction» d’un être vivant. Toutes les parties du patrimoine génétique d’un petit singe peuvent ainsi provenir de son frère ou de sa sœur. Mais le cas de Gitana est encore plus spécial: étant donné que ses glandes sexuelles proviennent de sa sœur, ses propres petits auront le patrimoine génétique de sa sœur.

 

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire