Le Biodôme de Montréal ouvert jusqu’au 2 avril 2018!

Les Montréalaises et les Montréalais pourront profiter du long congé de Pâques pour faire une dernière tournée du Biodôme avant sa fermeture.

© Espace pour la Vie – Claude Lafond

En effet, dès le mardi 3 avril, les portes de musée d’Espace pour la vie se fermeront, le temps de procéder à d’importants travaux de rénovation. Le projet Migration a pour but de renouveler le Biodôme et sa scénographie dans la plus grande partie des espaces accessibles au public. Le nouveau concept mise sur des expériences plus immersives, participatives et novatrices qui éveillent les sens et offrent aux visiteurs d’autres perspectives sur les écosystèmes. 26 ans après son ouverture, des travaux s’imposaient

« Le Biodôme migre vers une architecture audacieuse, écologique et novatrice. Cette transformation s’impose dans la poursuite du renouvellement, du développement et du leadership de l’offre muséale d’Espace pour la vie et de Montréal. Entreprendre de grands travaux de rénovation et d’actualisation représente tout un défi, mais à terme, ce sera magnifique! Entre-temps, nous vous invitons à venir visiter les lieux actuels une dernière fois cette fin de semaine. », affirme avec enthousiasme madame Christine Gosselin, membre du comité exécutif, responsable de la culture, du patrimoine et du design à la Ville de Montréal.

Un musée qui entre de plain-pied dans le 21e siècle
Les travaux permettront aux visiteurs de bénéficier de nouveaux points de vue en hauteur sur les écosystèmes et d’apprécier des habitats renouvelés et plus immersifs pour une multitude d’animaux. La nouvelle expérience muséale ouvrira également une vitrine sur les coulisses du Biodôme et sur tous les systèmes requis pour recréer la nature à l’intérieur. Plusieurs espèces s’ajouteront à celles déjà très nombreuses afin de bonifier les collections du Biodôme.

« Après la construction du Planétarium Rio Tinto Alcan, la Migration du Biodôme est le nouvel élément d’une stratégie globale qui vise notamment à offrir des expériences inédites, fortes, signifiantes et cohérentes dans tous les musées d’Espace pour la vie pour rapprocher les citoyens de la nature et, ultimement, transformer la relation qu’ils entretiennent avec celle-ci et provoquer des changements de comportement », explique Charles-Mathieu Brunelle, directeur d’Espace pour la vie.

Un attrait majeur pour Montréal
Chaque année, le Biodôme accueille plus de 800 000 personnes. Sa visite est l’une des activités les plus prisées des familles montréalaises et des touristes. Le moment est maintenant venu de lui offrir une cure de jeunesse. On se donne rendez-vous à la fin de l’été 2019 pour redécouvrir le Biodôme dans toute sa splendeur.

Qu’est-ce que le projet migration?
Le projet Migration a pour but de renouveler le biodôme et sa scénographie dans la plus grande partie des espaces accessibles au public. Le nouveau concept mise sur des expériences plus immersives, participatives et novatrices qui éveillent les sens et offrent aux visiteurs d’autres perspectives sur les écosystèmes.

Quels seront les changements?
• Située au-dessus des écosystèmes subpolaires, la nouvelle mezzanine offrira des points de vue inédits et des changements de perspectives sur trois des écosystèmes : forêt tropicale humide des Amériques, Érablière des Laurentides et Golfe du Saint-Laurent. La mezzanine sera accessible par un ascenseur ainsi que par des passerelles dans la forêt tropicale humide et au Golfe du Saint-Laurent.

• Dans les plans du projet Migration, le hall d’accueil principal s’ouvrira sur la structure de béton d’origine du vélodrome et de ses gradins. Dès son arrivée, le visiteur comprendra qu’il se trouve dans un bâtiment à l’architecture et à l’histoire unique.

© Espace pour la vie (Kanva)

• Certains habitats profiteront d’une nouvelle scénographie pour que le public puisse profiter d’une visite plus immersive, émouvante et sensorielle.

>Forêt tropicale humide des Amériques: la nouvelle scénographie de la forêt tropicale fera en sorte de les rendre plus visibles les animaux. La nouvelle passerelle offrira une vue sur la canopée. La construction d’une falaise d’argile et l’ajout de différents éléments pour recréer un habitat adapté au goût des aras permettront d’accueillir un plus grand nombre de ces perroquets et de favoriser leur caractère social. L’agrandissement de la vitre du bassin des gros poissons de la forêt tropicale humide augmentera leur visibilité. Quant au corridor entre le bassin des gros poissons de la forêt et la grotte des chauves-souris, son nouvel aménagement donnera aux visiteurs l’impression qu’ils sont dans la mangrove et que le soleil filtre à travers le feuillage des arbres.

© Espace pour la vie (Kanva)

> Erablière des Laurentides: plusieurs changements permettront de rapprocher les visiteurs et les animaux. Devant l’habitat des lynx, le plafond bas qui surplombait les visiteurs sera retiré pour offrir une meilleure visibilité de l’écosystème et seule une vitre séparera les lynx du public. Les ratons laveurs et les porcs-épics auront chacun leur habitat. Le décor de la portion sous-marine de la hutte des castors sera enrichi pour donner une impression de prolongement dans l’espace de déambulation des visiteurs. Le filet protecteur dans le haut des arbres sera rehaussé pour favoriser la croissance de la forêt et offrir aux oiseaux plus d’espace pour voler.

© Espace pour la vie (Kanva)

> Golfe du Saint-Laurent: la reconfiguration architecturale et scénographique de cet écosystème comprendra notamment : la refonte de la murale située en arrière-plan du bassin par un dispositif scénique original et l’ajout d’une passerelle offrira une perspective sous un angle complètement inédit.

> Régions Subpolaires: un mur de glace sera érigé pour séparer l’écosystème des « Îles subantarctiques » où vivent les manchots, de celui des « Côtes du Labrador » où habitent les pingouins. Ces deux écosystèmes ne sont pas dans le même hémisphère et il sera possible de ressentir les froides conditions climatiques des côtes du Labrador.

© Espace pour la vie (Kanva)

• Toutes les bornes d’information seront remplacées par une nouvelle application mobile. Elle permettra d’identifier clairement les espèces et d’interpréter simplement les contenus

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire