A l’occasion des ponts de mai : lézardons à la Ferme aux Crocodiles!

Dans le cadre de sa vocation de représentativité du passionnant univers des reptiles, la Ferme aux Crocodiles de Pierrelatte (Drôme), espace unique en Europe, présente deux nouvelles espèces : des lézards originaires des déserts, que le public aura l’occasion de découvrir en mai.

© La Ferme aux Crocodiles

En 2018, l’Espace Aventure de la Ferme aux Crocodiles présente un nouveau terrarium spécialement aménagé pour les espèces désertiques. Derrière les vitres de ce terrarium, les températures avoisinent les 50°C ! Deux espèces distinctes sont présentées :

• six dragons barbus (Pogona vitticeps), originaires des déserts australiens ;
• cinq lézards fouette queue (Uromastyx acanthinura), confiés par la fondation 30 million d’amis. Originaires du Maghreb, ils ont une queue ornée d’écailles épineuses qu’ils agitent lorsqu’ils se sentent menacés.

Ces deux espèces appartiennent au groupe des agamidae, sont de taille modeste et ont un corps et une tête trapus. Insectivores lorsqu’ils sont jeunes, ces lézards deviennent progressivement phytophages et granivores en vieillissant.

A propos de Pogona vitticeps

L’agame barbu est un lézard à l’allure massive. Les spécimens adultes mesurent 50 cm de long au maximum, la queue prenant plus de la moitié de la longueur totale du corps. Les femelles sont généralement plus petites que les mâles. Pogona vitticeps est capable de moduler légèrement la couleur de ses écailles afin d’aider à la régulation de sa température. Les écailles spécialisées des deux côtés de sa gorge, son cou et sa tête forment de petites épines qui courent le long des côtés du corps et de la queue. Ces épines peuvent être érigées en signe de menace lorsque l’animal gonfle la gorge, ce qui est une posture caractéristique de cet agame.

L’agame barbu possède des pattes puissantes qui lui permettent de décoller complètement son corps du sol lorsqu’il se déplace. Cela lui permet de limiter la chaleur reçue du sol et de réduire sa température par le flux d’air passant alors sous son ventre. C’est un bon grimpeur qui passe autant de temps perché sur des branches ou des buissons que sur le sol. Il s’expose au soleil durant la matinée et le début de soirée et se réfugie à l’ombre durant les heures les plus chaudes.

L’agame barbu consomme à la fois végétaux et petits animaux. Son régime alimentaire comprend de petits invertébrés (insectes, arachnides, vers), mais aussi de petits vertébrés (petits rongeurs, lézards) ainsi que des fleurs, des fruits et des feuilles vertes. Jeune, il se nourrit principalement d’insectes. Son alimentation en est alors composée à 80 %, contre 20 % de végétaux. Ce ratio tend à s’inverser au cours de sa vie.

Cette espèce est endémique d’Australie. Elle vit dans des savanes arides ou semi-arides ou dans des déserts rocheux du centre du pays.

A propos de Uromastyx acanthinura

Le fouette-queue (Uromastyx acanthinura) est un agame d’Afrique. Il fréquente notamment le désert du Sahara. On le trouve ainsi au Maroc, en Tunisie, au Soudan, en Mauritanie, en Egypte et en Algérie. La principale différence entre iguanes et agames réside dans la dentition. Chez les agames, les dents sont fixées sur le bord externe des mâchoires et il n’y a pas de dents de remplacement.

Généralement, la robe d’Uromastyx acanthinura est noirâtre avec des taches et des rayures transversales jaunes, orange, rouges et même vertes. Mais, ces couleurs peuvent se modifier légèrement quand la température s’abaisse. Le corps devient alors plus sombre. Courte et épaisse, recouverte de grosses écailles disposées en anneaux, la queue de cet agamidé surprend. Le fouette-queue l’utilise pour tenter d’intimider ses prédateurs. Lorsqu’il se sent menacé, il se réfugie à l’entrée de son terrier et agite frénétiquement sa queue au nez de son adversaire. Malgré ce comportement, le fouette-queue, qui mesure jusqu’à 43 cm, est totalement inoffensif et souvent victime des serpents.

Le fouette-queue adulte se nourrit principalement de végétaux. Il aime particulièrement les plantes grasses comme les euphorbes, dont la tige est gorgée d’eau. Toutefois, lorsqu’une nuée de criquets migrateurs s’abat sur une région, comme au Sahara, le fouette-queue adapte son régime alimentaire et devient alors insectivore.

Au programme des ponts de mai, du 7 au 13 mai

Horaires donnés à titre indicatif, susceptibles de modifications

– 10h30, du 7 au 13 mai : Projection à l’Amphithéâtre
Projection du documentaire Le voyage des alligators albinos depuis la Louisiane jusqu’à Pierrelatte, ou de l’émission On n’est pas que des cobayes (reportages tournés à la Ferme aux Crocodiles), ou encore Hélène et les animaux.

– 11h30, du 7 au 13 mai : Nourrissage commenté des tortues géantes dans l’enclos des Seychelles.

– 12h30, du 7 au 13 mai : Projection à l’Amphithéâtre
Projection du documentaire Le voyage de nos alligators albinos depuis la Louisiane jusqu’à Pierrelatte, ou de l’émission On n’est pas que des cobayes (reportages tournés à la Ferme aux Crocodiles), ou encore Hélène et les animaux.

– 13h30, du 7 au 13 mai : Nourrissage commenté des iguanes à l’Espace Aventure de l’Île aux Pythons

– 14h, les 8, 9, 10, 12 et 13 mai : Découverte des plantes carnivores, sur l’Île aux Pythons

– 14h30, du 7 au 12 mai et 14h, le 13 mai : Echanges à la découverte du monde des crocodiles à l’Amphithéâtre

– 15h, uniquement le 13 mai : Nourrissage commenté des crocodiles dans l’enclos du Nil

– 15h30, du 7 au 13 mai : Animation Plantation pour les petits jardiniers en herbe, qui repartent avec leurs plantations. Rendez-vous à l’Île aux Pythons

– 16h30, du 7 au 13 mai : Nourrissage commenté des oiseaux exotiques à l’Amphithéâtre

Des loisirs créatifs sur le thème du printemps sont organisés à l’Espace Loisirs Créatifs de l’Espace Aventure.

Pour toutes informations: www.lafermeauxcrocodiles.com

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire