Naissances chez les jaguars et les fossas au Parc Zoologique de Paris

Deux petits jaguars et trois jeunes fossas sont nés au Parc Zoologique de Paris. Respectivement nés le 7 juillet et le 8 juin dernier, 2 femelles nommées Lenca et Aloha, ainsi que 2 mâles et 1 femelle nommés Telo, Mahani et Sakani, ont découvert leur enclos extérieur le 24 août sous le regard attentif des visiteurs privilégiés !

© MNHN/F.-G. Grandin

Des petits à l’héritage prestigieux
Les petits jaguars sont issus du couple formé par le mâle Aramis âgé de 8 ans et de la jeune femelle Simara âgée de 5 ans, tous deux arrivés de Pologne en 2014. Le mâle Aramis, né au Zoo de Varsovie, présente une forme de mélanisme assez rare. De loin, son poil semble uniformément noir, alors que de plus près les petites rosettes foncées qui parsèment son épaisse fourrure sont joliment visibles.

Les petits fossas sont issus du couple formé par le mâle Sambara âgé de 11 ans, arrivé du zoo de Chessington au Royaume-Uni en 2018, et de Zanahary, jeune femelle âgée de 4 ans venue du zoo de Port Lympne au Royaume-Uni en 2016. Rares, ils forment le deuxième couple de fossas reproducteurs en France ! Le père de Sambara (le mâle fossa) est un « fondateur » de la population captive de fossas en Europe, ce qui signifie que le grand-père des trois jeunes est né à Madagascar. Il est donc très important que Sambara perpétue ses gènes et maintienne ainsi une diversité génétique au sein de la population européenne qui compte environ 65 animaux répartis dans moins de 22 zoos.

© MNHN/F.-G. Grandin

Deux espèces extraordinaires mais menacées…
Le fossa et le jaguar sont des espèces menacées dont les populations sont gérées par des plans d’élevage européens (EEP). Le fossa est le plus grand prédateur terrestre endémique de Madagascar. Il est le principal prédateur des lémuriens mais il se nourrit également d’autres mammifères (tenrec, rongeurs), d’oiseaux ou encore de reptiles,… Seulement 4 à 8 fossas naissent chaque année dans toute l’Europe. Cette naissance de fossas est placée sous le signe de l’exceptionnel : un temps de gestation le plus court jamais enregistré en captivité (moins de 50 jours !) et l’une des deux seules portées de cette espèce en captivité en Europe cette année.

Les jaguars sont les plus grands félins du continent américain mais aussi du territoire français, puisqu’il s’agit du plus grand prédateur en forêt guyanaise. Ce sont des chasseurs solitaires capables de nager et d’emporter leurs proies dans les arbres où ils dorment. Leur chasse est désormais interdite dans la majorité des pays d’Amérique du Sud. Si les jaguars souffrent encore du trafic des peaux, leur plus grande menace reste la disparition des forêts primaires où ils s‘abritent. Seuls 8 couples de jaguars dans 8 zoos ont eu le droit de se reproduire cette année.

© MNHN/F.-G. Grandin

Des naissances sous étroite surveillance vétérinaire
Un examen vétérinaire effectué le 27 juillet a permis de procéder à tous les contrôles nécessaires : auscultation cardiaque, examen ophtalmologique, palpation, sexage, pose de puce électronique, vaccinations… De jeunes petits en parfaite santé ! Il s’agit de la première portée de Simara qui a développé un instinct maternel remarquable. Les petits ne rugissent pas encore mais sont en pleine forme. Attentifs à tous les mouvements de ces jeunes, l’équipe animalière attend avec impatience cette première sortie officielle afin d’observer leur comportement : découverte de l’enclos végétalisé et jeux seront sans doute au rendre-vous. Pour les deux espèces, les petits resteront 1 à 2 ans avec leur mère avant de rejoindre d’autres zoos.

Pour toutes informations: www.parczoologiquedeparis.fr

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire