Un nouvel enclos pour les mouflons du Zoo de Bâle

Le troupeau de mouflons du Zoo de Bâle explore son nouvel habitat.

© Zoo de Bâle

L’enclos des mouflons du Zoo de Bâle a été amélioré. Et cela semble leur plaire. La preuve en a été donnée lorsque la nouvelle partie de l’enclos a dû être refermée après une première visite afin de fixer une protection autour d’un arbre: toute la troupe attendait devant le portail, impatiente de retrouver son nouvel espace.

Rois de l’escalade
Excellents grimpeurs, les mouflons peuvent vivre jusqu’à 4000 mètres d’altitude. Leurs sabots à bords durs sont faits pour évoluer sur la pierre et sur la roche. Ils leur permettent d’escalader et de sauter facilement le long des parois rocheuses. Au Zoo de Bâle, ces ovins sauvages sont à leur aise sur le sol de marne et de roche de l’ancien enclos. À titre d’essai, la nouvelle annexe comportera également un sol plus mou, comme il en existe dans leur environnement naturel de collines et de forêts.

Un enclos en deux parties
Le mâle se reconnaît à ses cornes recourbées en forme d’escargot. Durant la période de rut, les rivaux se livrent de violents combats marqués par le bruit de leurs cornes s’entrechoquant. Le Zoo de Bâle accueille des mouflons depuis plus de 100 ans. La nouvelle annexe permettra pour la première fois de tenir les animaux à part lors du nettoyage de l’enclos. C’est un point particulièrement important durant la période de rut, où les mâles peuvent se montrer agressifs vis-à-vis des soigneurs. Autrement dit, les nouveaux équipements ne représentent pas seulement un enrichissement pour les mouflons, ils facilitent également les soins. Sans oublier la multitude d’occupations nouvelles pour les animaux.

© Zoo de Bâle

Les femelles conduisent le troupeau
Chez les mouflons, l’automne est la période de reproduction. C’est au printemps que les petits voient le jour. Cela correspond à la période où il y a suffisamment de nourriture pour la mère et les petits dans la nature. Si les mâles sont plutôt silencieux, les femelles bêlent comme des brebis pour appeler leurs petits. En période de rut, les mâles s’affrontent. Le bruit de leurs cornes qui s’entrechoquent peut s’entendre à plusieurs kilomètres dans la nature. Les mouflons femelles n’ont pas de cornes ou presque. La harde est menée par une femelle âgée.

L’enclos du Zoo de Bâle regroupe actuellement deux jeunes mâles et sept femelles.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire