L’Ozeanium est en bonne voie

Le 17 octobre, le Grand Conseil statuera sur le plan de construction de l’Ozeanium. Le Zoo de Bâle se montre confiant quant à l’approbation du plan de construction par le Grand Conseil qui devrait reconnaître la formidable opportunité offerte par l’Ozeanium à la fois pour la protection de la nature et des espèces et pour la ville de Bâle elle-même. Un don anonyme de cinq millions de francs a permis de franchir une nouvelle étape dans le financement du projet.

© Zoo de Bâle

Centre de formation et de recherche réalisé sous la conduite du Zoo de Bâle, l’Ozeanium sera un projet phare pour la ville de Bâle. L’intérêt qu’il est en mesure de susciter en faveur des océans et de leur protection touchera un public de visiteurs qui s’étend bien au-delà des frontières de la ville et du pays.

Les commissions du Grand Conseil en faveur de l’Ozeanium
Avec 8 voix contre 1 et deux abstentions, la commission consultative de construction et d’aménagement du territoire (BRK) a rendu un avis favorable quant au plan de construction. Outre la BRK, la commission de l’environnement, de la circulation et de l’énergie (UVEK) et la commission de l’éducation et de la culture (BKK) se sont également penchés sur le projet de l’Ozeanium.

«Le projet Ozeanium ne se contente pas de faire œuvre utile en favorisant l’éducation à l’environnement conformément à notre credo et en sensibilisant les visiteurs à la protection des océans, il a pour autre intérêt de revaloriser le quartier Heuwaage, laissé à l’abandon. Nous sommes heureux que les commissions l’aient reconnu», a déclaré le directeur Olivier Pagan. «Nous espérons désormais que le Grand Conseil suivra ses recommandations».

Le financement en bonne voie
Grâce au rayonnement exceptionnel du projet, la recherche de dons pour l’Ozeanium s’étend au-delà de la région de Bâle. Avec des résultats concluants, puisqu’une fondation privée genevoise a assuré le Zoo de Bâle d’un don généreux de cinq millions de francs suisses spécialement pour l’Ozeanium. Cela porte la somme des dons récoltés à 57 millions de francs suisses.

Le fait que le Zoo ait réuni presque 60 pour cent du financement avant même la décision du Grand Conseil témoigne à lui seul de l’engagement en faveur du Zoo et de l’Ozeanium. «Je tiens à rappeler une fois de plus que l’Ozeanium ne coûtera pas un centime au contribuable, ni pour la construction ni pour l’entretien», a souligné Jean-Nicolas Fahrenberg.

Confiant quant aux prochaines étapes
Si le Grand Conseil décide d’approuver le projet, l’étape suivante consistera pour le Zoo à finaliser la planification afin de commencer au plus vite les travaux de construction. Cette étape pourrait toutefois prendre du retard. En effet, la Fondation Franz Weber a d’ores et déjà annoncé un référendum. Pour le Zoo, le débat qui se profile autour de la votation offre l’opportunité de sensibiliser la population bâloise en amont à des thèmes tels que la protection de la nature et des espèces.

Olivier Pagan le confirme: «Nous continuerons naturellement en parallèle à investir dans l’amélioration des espaces pour les animaux dans le zoo. L’enclos des manchots au sein du vivarium en est un exemple, tout comme la rénovation prévue pour le site des oiseaux».

Olivier Pagan © Zoo de Bâle

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire