Naissance d’un zèbre de Grévy au Zoo Planckendael

Cette nouvelle est non seulement attendrissante mais aussi très importante. Elle donne un solide coup de pouce au programme d’élevage des zèbres de Grévy menacés.

© Jonas Verhulst

Depuis l’an dernier, les deux jeunes femelles Luisa et Nele ont de la compagnie : le jeune étalon André. Avec la naissance, ce 17 novembre 2018, du petit de la jeune maman Luisa, Planckendael lance une nouvelle lignée dans le livre généalogique. Nele est, elle aussi, gestante pour la première fois.

Le poulain est un mâle et s’appelle Tamu, qui signifie gentil. Vu la météo, le petit et sa maman restent bien au chaud dans l’étable. Pour autant qu’il y ait du soleil et qu’il ne gèle pas, ils pourront sortir quelques heures.

Jusqu’il y a peu, le troupeau se composait de quatre femelles : deux plus âgées, Fanny (26 ans) et Asra (24 ans) et deux jeunes femelles reproductrices, Luisa et Nele (sept ans toutes les deux). Le jeune André, âgé de six ans, est l’étalon de service. Provenant de Salzbourg, il a rejoint le Zoo Planckendael l’an dernier. Planckendael héberge désormais six zèbres de Grévy dans la Savane africaine, aux côtés des girafes.

Un pelage unique
Tout comme nous avons tous une empreinte digitale unique, chaque zèbre a son propre dessin de rayures distinctif. Les zèbres de Grévy sont de caractère assez têtu et fougueux. Comparé aux autres zèbres, ils sont très grands, ont de très grandes oreilles et des rayures plus fines. Les zèbres peuvent survivre cinq jours sans boire. Environ 2.800 zèbres de Grévy subsistent dans le sud de l’Éthiopie et dans le nord du Kenya. Leur nombre a diminué de 80 % en 30 ans. Planckendael soutient le projet de conservation de la nature Marwell Wildlife au Kenya. Avec l’aide de colliers émetteurs spéciaux, ils collectent des données sur les déplacements et le territoire des zèbres afin d’établir un plan de gestion et de conservation de la nature et protéger l’espèce de l’extinction.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire