Deux nouvelles femelle damans au Zoo de Bâle

Au début du mois de septembre, le daman du Cap mâle s’est retrouvé en charmante compagnie grâce à l’arrivée de deux femelles venues du zoo de Kerkrade (Pays-Bas). Aujourd’hui harmonieuse, la relation qui unit le trio a pourtant connu des débuts houleux.

© Zoo de Bâle

Le daman du Cap mâle (1 an) est arrivé au Zoo de Bâle dès mai 2018, en provenance du zoo Wilhelma de Stuttgart. Il avait vocation à devenir le nouveau partenaire de la femelle bâloise, plus âgée. C’était sans compter sur le caractère bien trempé de cette dernière qui repoussa les avances du jeune mâle, lequel finit par prendre ses distances et se faire discret. L’âge venant et les premières poussées hormonales arrivées, il montra à nouveau de l’intérêt pour la femelle et se mit à la suivre avec précaution. Une attitude qui ne fut pas du goût de celle-ci: malheureusement, avant que les querelleurs puissent être séparés, la femelle se blessa lors d’une altercation et dut être euthanasiée. Habituer des animaux les uns aux autres représente un défi de taille. Il est d’autant plus complexe chez les espèces qui sont particulièrement difficiles dans le choix de leur partenaire ou dont les capacités physiques compliquent l’intervention des soigneurs. Les bondissants damans du Cap font partie de ces candidats délicats.

Une rencontre amicale
Le mâle s’est entendu d’emblée avec les deux nouvelles femelles (toutes deux âgées de deux ans). Pendant la période d’apprivoisement, le trio a commencé par faire connaissance en restant protégé par une séparation. Les deux femelles se sont progressivement rapprochées tandis que le mâle cherchait lui aussi régulièrement leur contact. Après avoir épié en vain des signes d’animosité, les soigneurs ont décidé de réunir les animaux. Les deux femelles ont commencé par inspecter l’enclos aménagé dans le pavillon Etoscha. À cette occasion, elles ont fait la connaissance des républicains sociaux, des xerini, d’un calao à bec rouge et des inséparables à joues noires. Enfin, le mâle a pu se joindre à elles. Les nouvelles résidentes n’ont pas pris ombrage de sa présence à leurs côtés. Il ne reste maintenant plus qu’à attendre en espérant qu’à terme, le mâle deviendra un peu plus qu’un simple bon ami.

Dans la nature, l’aire de répartition des damans du Cap couvre le sud de l’Afrique. L’habitat de ces herbivores est constitué de grottes et de rochers. Ils vivent en grandes colonies, dont le noyau est composé d’un mâle dominant, de femelles aptes à la reproduction et de leur progéniture. Les damans du Cap ne sont pas encore menacés à l’état sauvage.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire