Des primates de laboratoire accueillis au zoo-refuge La Tanière

C’est une petite révolution dans le milieu scientifique. 11 primates de laboratoire viennent d’être accueillis au lieu d’être euthanasiés.

Ces primates attendaient depuis deux ans de rejoindre le zoo-refuge La Tanière grâce à l’association GRAAL. Ils sont placés en quarantaine pendant 1 mois avant d’être réintégrés dans les volières et de couler une retraite heureuse à La Tanière.

En France, le GRAAL est la principale association à œuvrer chaque jour à l’organisation de la retraite des animaux de laboratoire réformés par les unités de recherche. Grâce au GRAAL, de très nombreux animaux ont ainsi pu connaître une retraite digne et méritée, alors que l’euthanasie systématique était jusqu’alors souvent leur seul devenir.

Si l’adoption d’animaux domestiques bénéficie des réseaux de refuges existants, il n’en est pas de même pour les primates. Ces animaux sont sauvages et les héberger demande des compétences et un environnement dont seuls de rares établissements professionnels disposent. Jusqu’à aujourd’hui, il n’existait pas de structure en France en mesure d’accueillir ces primates.

C’est dans la recherche de lieux d’hébergement pour les macaques de laboratoire, que le GRAAL a rencontré Patrick et Francine Violas, propriétaires du tout nouveau zoo-refuge de La Tanière près de Chartres. Le refuge de La Tanière est en cours de construction mais dispose déjà d’une clinique vétérinaire dirigée par le docteur Florence Ollivet-Courtois, spécialiste internationale de la médecine des animaux sauvages et d’une quarantaine agréé BALAI (Arrêté du 9 mars 2012 sur les conditions sanitaires des établissements détenteurs de spécimens de la faune).

Les macaques provenant de laboratoires ont enfin avec La Tanière, un lieu en France pour pouvoir prendre leur retraite. Patrick Violas répondant à la demande du GRAAL et des établissements de recherche réunis pour cette occasion au sein du GIRCOR, a prévu d’accueillir une quinzaine de primates par an, ce qui correspond au nombre d’animaux que les laboratoires français et belges pourraient proposer.

Le zoo-refuge La Tanière ouvrira ses portes au public en 2020. Patrick et Francine Violas ont créé sur 20 hectares un établissement d’accueil des animaux sauvages «sans domicile fixe» qui héberge déjà plus de 400 animaux parmi lesquels des ours, des loups, un éléphant, une otarie, des chameaux et des chevreuils. Ces animaux proviennent de particuliers ou de professionnels qui ne pouvaient plus en assurer les soins. Sans La Tanière, le destin de beaucoup de ces animaux aurait été l’euthanasie. Parallèlement, un Fonds de Dotation baptisé Rock & Heart a été créé afin d’aider à financer les soins aux animaux et l’équipement du parc.

Quel avenir pour les animaux de laboratoire ?
L’utilisation d’animaux pour la recherche biomédicale reste une exigence scientifique et réglementaire dans le monde entier. Les méthodes qui n’ont pas recours aux animaux sont largement utilisées mais ne remplacent que rarement les modèles animaux. La recherche utilise essentiellement des rongeurs (souris, rats) et des petits poissons (Danio). Mais elle utilise aussi, bien qu’en quantité beaucoup plus faible, des chiens, des lapins, des chevaux et des primates (macaques).

La réglementation prévoit que si les conditions sont réunies, ces animaux peuvent, une fois l’étude terminée, quitter l’établissement de recherche et être adoptés ou hébergés. L’École Nationale Vétérinaire d’Alfort a été précurseur dans ce domaine et a permis depuis 20 ans l’adoption de nombreux chiens utilisés pour la recherche sur la reproduction. Mais les adoptions demandent des moyens, des compétences et un réseau dont la plupart des laboratoires ne disposent pas. C’est pourquoi des associations de protection animale ont développé ces compétences et ces réseaux pour les proposer aux chercheurs. En partenariat avec le GIRCOR, le GRAAL est la plus importante et la plus ancienne de ces associations.

Grâce à la création du zoo-refuge, les onze premiers macaques sont arrivés de France et de Belgique le 7 mars 2019. La Tanière leur ouvre ses portes pour une retraite longue et heureuse.

Plus d’informations sur www.recherche-animale.org et www.graal-defenseanimale.org

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire