Le Zoo de Bâle a accueilli plus de 2 000 groupes scolaires en 2018!

Près d’un million de personnes ont visité le zoo l’an dernier: au total, le Zoo de Bâle a enregistré 928 239 entrées en 2018, un chiffre en légère baisse par rapport à 2017 (1 018 316 entrées). Si les fortes chaleurs de l’été et la suppression des promenades des manchots sont à l’origine de ce recul, il ne faut pas oublier non plus que l’ouverture de l’espace des éléphants avait de son côté attiré de nombreux visiteurs en 2017.

© Zoo de Bâle

Le début d’année actuel prouve d’ailleurs bien que l’intérêt du public pour le zoo ne faiblit pas: en janvier et février 2019, le zoo a battu un nouveau record de fréquentation.

Le Zoo de Bâle est incontestablement une attraction phare de la ville. En témoignent les 928 239 visiteuses et visiteurs qui ont franchi ses portes en 2018. Un chiffre certes en légère baisse par rapport à 2017 mais presque aussi bon qu’en 2016 (où le zoo avait enregistré 960 685 entrées).

Un été chaud et la suppression des promenades des manchots
Si le seuil du million d’entrées n’a pas été atteint en 2018, c’est avant tout en raison des fortes chaleurs de la période estivale: pendant les mois d’été, le zoo a accueilli nettement moins de visiteurs qu’habituellement à cette saison. De plus, les travaux de rénovation du pavillon des manchots ayant conduit à la suppression de leurs promenades en 2018, la fréquentation du zoo a également reculé en hiver. Il est cependant difficile de comparer les chiffres de 2018 à ceux de 2017, car cette année-là, l’ouverture du nouvel espace dédié aux éléphants avait en revanche suscité la curiosité de très nombreux visiteurs.

En 2018, la journée ayant attiré le plus grand nombre de visiteurs a été le 30 juin, à l’occasion de la Nuit du zoo, avec 6 248 entrées. Le directeur du zoo, Olivier Pagan, se réjouit également d’un autre chiffre: «Nous avons accueilli 40 000 écolières et écoliers venus de Suisse et plus de 5 000 originaires de l’étranger, soit un total de plus de 2 000 groupes scolaires. En tant qu’institution éducative, nous avons ainsi pu leur expliquer plus en détail l’importance de la protection de la nature et des espèces.»

Des variations saisonnières normales
Les zoos étant soumis à l’influence de la météo, ils enregistrent obligatoirement des variations de fréquentation. Le Zoo de Bâle tente de les compenser au mieux en proposant au public des pavillons attractifs. Le futur projet d’Ozeanium aura lui aussi pour but de lisser ces fluctuations saisonnières du nombre de visiteurs. Mais son objectif premier reste de sensibiliser la population au respect des océans et de leurs habitants. «Par temps froid et pluvieux, ou en cas de forte chaleur, l’Ozeanium constituera bien entendu un complément saisonnier idéal pour le zoo», ajoute Olivier Pagan.

De nouveaux records pour débuter l’année en beauté
Le zoo a commencé l’année sur les chapeaux de roues. Les températures clémentes et le temps ensoleillé des mois de janvier et février ont permis au zoo d’enregistrer un nouveau record de fréquentation. En janvier et février 2019, le zoo a accueilli 131 505 visiteuses et visiteurs, soit un cinquième de plus que l’année passée.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire