Objectif 100 000 euros en faveur des espèces menacées pour le Parc animalier d’Auvergne

Pour l’année 2019, le Parc Animalier d’Auvergne et la Passerelle Conservation se fixent un nouveau challenge : récolter 100 000 euros pour soutenir 16 espèces animales en voie d’extinction dans leur milieu naturel. Comment ? Par la mise en place de l’Euro Nature. Pour chaque ticket d’entrée acheté, 1 euro, l’Euro Nature, est directement reversé aux associations soutenues.

© Parc animalier d’Auvergne

En 2019, 16 associations bénéficieront de l’Euro Nature
16 espèces présentes au Parc ont été retenues pour leur caractère emblématique et leur niveau élevé de menace dans la nature. Ainsi seront bénéficiaires des dons :

• Les pandas roux avec un objectif de dons de 22 000 €.
Depuis plusieurs années, La Passerelle Conservation soutient le Red Panda Network, qui agit pour la conservation des pandas roux à l’Ouest du Népal. D’autres espèces, comme l’ours noir de l’Himalaya, la panthère des neiges, la panthère nébuleuse, le macaque d’Assam et le dhôle profitent également des actions du Red Panda Network. C’est pourquoi ce programme a été choisi comme programme phare du Parc en 2019.

• Les panthères des neiges avec un objectif de dons de 10 000 €
Le Snow Leopard Trust agit pour la protection des panthères des neiges dans la province de Gobi du Sud, en Mongolie. Ce pays abrite la deuxième population la plus importante de panthères des neiges. Différentes menaces pèsent sur cette espèce : les représailles des éleveurs suite aux attaques des panthères sur leurs troupeaux, la dégradation de l’habitat, la diminution des proies sauvages mais aussi le braconnage.

• La faune sud-africaine avec un objectif de dons de 10 000 €
À cheval entre le sud du Kenya et le nord de la Tanzanie. Big life protège 2 000 éléphants, 200 lions, 8 rhinocéros noirs et de nombreuses autres espèces. Cette association travaille étroitement avec les communautés locales, en employant des rangers masaïs qui travaillent pour empêcher le braconnage, atténuer les conflits homme-animaux, mais aussi limiter la destruction de l’habitat.

• Les animaux du Belize avec un objectif de dons de 10 000 €
L’ITCF est un programme situé au Belize, en Amérique du Sud, qui a permis de créer une ONG bélizienne : l’Initiative Corozal pour un Avenir Durable (CSFI). Via cette ONG, plusieurs réserves ont été acquises : la réserve naturelle de Shipstern, le parc national de Honey Camp et la réserve forestière de Freshwater Creek. Fin 2018, CSFI a acquis les parcelles de terrain permettant de relier ces différentes zones protégées, afin de créer un corridor écologique. En protégeant l’écosystème dans son ensemble, ce projet permet la conservation de l’incroyable diversité d’animaux qui vivent au Belize, comme le jaguar, l’ocelot, le tapir de Baird, le toucan à carène et bien d’autres espèces.

• Les girafes de Rothschild avec un objectif de dons de 6 000 €
La Giraffe Conservation Foundation est une association qui lutte pour la conservation des différentes espèces de girafes en Afrique.

• Les lémuriens avec un objectif de dons de 6 000 €
Madagascar est considérée comme une priorité mondiale en termes de conservation de la biodiversité. C’est pourquoi le Parc Animalier d’Auvergne y soutient deux programmes, qui luttent pour la conservation de différentes espèces de lémuriens et de leur écosystème forestier : Antongil Conservation agit pour la protection des varis roux et la fondation Aspinall protège différentes espèces de lémuriens, dont les varis noirs et blancs

• Les tapirs du Brésil avec un objectif de dons de 6 000 €
Par l’intermédiaire de l’Instituto de Pesquisas Ecológicas, le Parc soutient la Lowland Tapir Conservation Initiative pour la conservation des tapirs terrestres au Brésil. L’IPE a mis en place des programmes de recherche sur cette espèce dans le Pantanal et le Cerrado. Cette étude est possible grâce à l’équipement de certains individus avec des colliers GPS, mais aussi grâce à la pose de pièges photographiques que le Parc aide à financer.

• Les gibbons à mains blanches avec un objectif de dons de 6 000 €
Le Parc soutient Anoulak, association française, dans le cadre de la surveillance de l’évolution de l’état des populations au fil du temps. Ce projet consiste à mettre en place des pièges photographiques afin de cibler les espèces arboricoles clés telles que les primates, et de pouvoir observer leur comportement. Ce projet collabore pleinement avec les communautés locales en les embauchant, et en les formant à participer à toutes les activités, leur fournissant ainsi un revenu alternatif et de nouvelles compétences

• La biodiversité forestière avec un objectif de dons de 6 000 €
Biodiv’Educ est le projet pédagogique de La Passerelle Conservation. Son objectif est de sensibiliser le grand public à la préservation de la biodiversité dans son intégralité. Il s’appuie sur le milieu forestier, qui est facile d’accès et permet d’aborder les différents organismes vivants qui peuvent communément être trouvés dans la nature.

• Les binturongs avec un objectif de dons de 3 000 €
L’association ABC (Arctictis Binturong Conservation) a créé le Bearcat Study Program, un programme d’étude et de conservation dédié au binturong, sur l’île de Palawan aux Philippines. Son objectif premier est l’amélioration des connaissances sur l’espèce dans différents domaines (distribution, statut des populations et comportements dans le milieu naturel). La création d’un programme de conservation qui soit en adéquation avec les besoins écologiques et biologiques de l’espèce. Actuellement, aucun programme de conservation n’existe pour ce mammifère arboricole.

• Les magots avec un objectif de dons de 3 000 €
Barbary Macaque Conservation Awareness (BMAC) lutte pour la conservation des macaques de barbarie (ou singes magots) au Maroc. L’objectif global du projet est de préserver l’espèce, son habitat, ainsi que les moyens de subsistance des communautés locales qui partagent le même écosystème que les macaques.

• Les tigres et léopards avec un objectif de dons de 3 000 €
La Wildcats Conservation Alliance soutient plusieurs projets de conservation du tigre de l’Amour et du léopard de l’Amour, dont les travaux du Fonds Phoenix, qui vise à protéger ces deux espèces en Russie. Ce programme comprend plusieurs axes d’actions, dont la surveillance de la lutte contre le braconnage dans les zones protégées, et la mise en place d’une éducation environnementale pour les jeunes de l’Extrême-Orient russe.

• Les atèles avec un objectif de dons de 3 000 €
Le projet Caparo (Proyecto Caparo) est dédié à la conservation des atèles variés dans la réserve de Caparo au Venezuela. C’est un projet global, qui a pour but l’étude de l’espèce et de sa répartition dans la réserve, l’intégration des paysans locaux dans la réflexion sur la gestion de la forêt, ainsi que la protection de la forêt et la sensibilisation des jeunes générations à l’environnement et sa conservation.

• Les kulans avec un objectif de dons de 3 000 €
L’association Kulansteppe a pour objectif de protéger les kulans au Kazakhstan. L’objectif de leur programme est d’augmenter la population de kulans en Asie centrale en effectuant des réintroductions, et plus généralement de contribuer à la conservation et la restauration de la faune sauvage des steppes du centre du Kazakhstan.

• Les ours noirs du Tibet avec un objectif de dons de 3 000 €
Free The Bears agit pour la protection des ours du Tibet dans leur milieu naturel, et mène également des actions de sauvetages d’ours détenus illégalement. Ces ours sauvés sont ensuite emmenés dans des sanctuaires afin de finir leur vie en sécurité dans des endroits où l’on prendra soin d’eux

La Passerelle Conservation, fonds de dotation du Parc, protège et sensibilise
En 2013, le Parc Animalier d’Auvergne a créé un fonds de dotation « la Passerelle Conservation » avec Julien Pierre, international français de rugby. Sa vocation est d’œuvrer au quotidien pour la protection des espèces dans le monde entier, mais aussi plus localement à la protection de la faune et de la flore auvergnate en soutenant les associations naturalistes locales comme le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Auvergne ou encore Chauve-Souris Auvergne.

Pour soutenir les actions de La Passerelle Conservation, les visiteurs ont la possibilité de participer au programme de parrainage mis en place par la fondation mais également faire un don via les différentes urnes présentes devant les enclos des Panthères des neiges, des Pandas roux, des Lions, des Girafes, des Tapirs, des Gibbons, des Ours du Tibet et des Lémuriens.

Le Parc Animalier d’Auvergne, parc des espèces rares et menacées
Réserve zoologique spécialisée sur les espèces menacées, le Parc Animalier d’Auvergne a mis en place une philosophie axée sur la protection des animaux rares et menacés, en danger dans leur milieu naturel. Sur 28 hectares d’un cadre naturel d’exception en moyenne montagne, le Parc s’est également spécialisé sur la faune des Sommets du Monde et accueille 350 animaux de 65 espèces différentes. L’objectif : recréer une passerelle entre l’Homme et le monde animal.

Avec plus de 100 000 visiteurs accueillis chaque année, le Parc joue un rôle des plus importants dans la sensibilisation du grand public aux problématiques environnementales. La pédagogie constitue donc une des missions essentielles du Parc avec la création d’un service entièrement dédié à la thématique. Membre de la prestigieuse association EAZA, le Parc participe régulièrement à des programmes de reproduction européens d’espèces menacées (EEP).

Les 30 et 31 mai, ce sont les journées des espèces menacées !
Au cours de ces deux journées exceptionnelles, venez découvrir les associations soutenues par La Passerelle Conservation et le Parc dans le cadre de l’objectif 100 000 euros et qui œuvrent pour la protection de la biodiversité en Auvergne et à travers le monde.

A journée exceptionnelle, programme exceptionnel ! En effet, des visites des bâtiments et des nourrissages privés seront organisés. Ainsi vous aurez peut-être la chance de découvrir les bâtiments des girafes et des lions, celui des panthères des neiges ou des tapirs ou de donner à manger à la main à une girafe. Les plus chanceux pourront même rentrer dans les enclos en compagnie des soigneurs pour nourrir les animaux comme par exemple les pandas roux.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire