Un nouveau rhinocéros noir au Bioparc de Doué-la-Fontaine

Djaoul, un jeune mâle rhinocéros noir, est arrivé au Bioparc de Doué-la-Fontaine mercredi 22 mai, après un long trajet depuis le zoo de Dvůr Králové en République Tchèque.

© Julie Bioparc

L’arrivée de ce jeune mâle est une très bonne nouvelle pour le Bioparc, qui peut désormais compter sur la présence de Djaoul pour former un nouveau couple reproducteur, après la mort de Kata-Kata en septembre dernier. Le coordinateur européen de l’espèce a confié au Bioparc ce rhinocéros de 4 ans, né au zoo de Dvůr Králové le 26 janvier 2015, et qui affiche déjà un poids de 1,300 tonnes.

Son transfert s’est bien déroulé. Djaoul est resté calme tout au long du voyage, puis à sa descente de caisse. Toute l’équipe du parc était mobilisée pour l’accueillir mercredi matin. Deux jours de repos dans les loges lui ont permis de récupérer et de se familiariser avec ses nouveaux soigneurs et son nouvel environnement.

Il a pu découvrir son parc extérieur samedi 26 mai, explorant son nouveau territoire sous les yeux des visiteurs du parc. Djaoul et Tisa, sa congénère, ont déjà été mis en contact visuel à travers les loges. Cependant, la mise en contact physique n’interviendra que dans plusieurs mois, pour laisser le temps aux animaux de s’apprivoiser.

Djaoul est encore jeune, la maturité sexuelle se situant plutôt autour de 8 à 10 ans chez les rhinocéros noirs. Le parc espère dans quelques années, pouvoir relancer la reproduction de ses rhinocéros, notamment grâce à Tisa, dont le patrimoine génétique est très important au sein du groupe de rhinocéros noirs présents en Europe. La seconde femelle présente au Bioparc, Binti, a quitté le parc mercredi pour rejoindre un groupe de 20 rhinocéros noirs au zoo de Dvůr Králové, où l’attendent plusieurs prétendants à la reproduction. Binti est née au Zoo de Berlin le 2 novembre 2003 et était arrivée au Bioparc en mai 2006.

© Bioparc

Carte d’identité de Djaoul
• Né le 26 janvier 2015 au Zoo de Dvůr Králové .
• Mère : Jessi, née le 8 décembre 1984 à Dvur Kralove, elle a eu 8 petits.
• Père : Baringo, né le 3 décembre 1992 au zoo de Port Lympne, mort en mars 2018. Il a eu 4 petits.
• Il appartient à l’espèce Diceros bicornis mickaeli. Le rhinocéros noir est « En danger critique d’extinction » depuis 1996, selon la Liste Rouge des Espèces Menacées établie par l’Union Mondiale pour la Nature (UICN) : entre 5 000 et 5 600 individus recensés en 2018. L’espèce a subi un déclin des plus radicaux entre 1970 et 1992 : 96 % des rhinocéros noirs ont disparu. A la fin du 20ème siècle, Il n’en restait plus que 2 400. Grâce à la protection des habitats et la lutte contre le braconnage, ainsi qu’à des translocations, la population de rhinocéros noirs se reconstitue et augmente très lentement.

Le Bioparc soutient l’Association kenyane « Big Life », qui protège les 8 derniers rhinocéros sauvages dans les collines de Chyulu. Les collines de Chyulu, classées parc national (Chyulu Hills) sont densément boisées. Les 8 rhinocéros y sont tous identifiés et suivis, grâce à une unité de surveillance permanente et dédiée. En plus de surveiller les rhinocéros, Big Life s’efforce d’améliorer et de maintenir l’infrastructure dans la zone des rhinocéros, l’objectif étant d’obtenir le statut de zone de protection intensive (IPZ). Ceci permettra la future translocation entrante de rhinocéros d’autres territoires, la génétique des individus de Chyulu étant très précieuse. On dénombre 600 autres rhinocéros noirs au Kenya, qui vivent dans des sanctuaires et parcs clôturés

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire