Naissance rare de faux gavial à Biotropica

Deux crocodiles sauvés du trafic animalier se sont reproduits à Biotropica ! 7 bébés « faux gavial », un crocodile quasi éteint dans la nature, viennent de naître dans le parc zoologique normand. Un formidable succès qui redonne un espoir de sauver cette espèce. Succès d’autant plus extraordinaire que Biotropica est le seul parc zoologique européen à avoir reproduit cette espèce ces 15 dernières années !

© Eric Isselé

Le Faux-Gavial d’Afrique, appelé également « crocodile à nez allongé d’Afrique », est un reptile quasiment éteint, classé depuis 2014 « en danger critique d’extinction » par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Il en resterait moins de 300 à l’état sauvage (trois fois moins que de grands Pandas…) dans toute l’Afrique de l’Ouest, et seulement 25 individus en Europe, quasiment tous cousins… C’est dire si ces 7 nouveaux petits crocodiles sont précieux!

Les zoos au service de la sauvegarde des espèces menacées!
Biotropica a, dès 2012, d’abord accueilli « Léon », saisi trente ans plus tôt dans des bagages à la descente d’un avion togolais, et finalement confié à la Ferme aux crocodiles de Pierrelatte. En 2017 arrive Leila, confisquée il y a 30 ans en Suisse, et alors confiée au Vivarium de Lausanne. Ces deux animaux auraient pu ne jamais se rencontrer si Biotropica, la Ferme aux crocodiles et le vivarium de Lausanne n’avaient pas décidé ensemble de s’investir dans le sauvetage de cette espèce presque disparue et rassembler ces deux rescapés du trafic animalier. C’est chose faite en février 2019, quand les deux individus, sont mis en contact à Biotropica.

Le but de cette rencontre ? Favoriser leur reproduction évidemment ! Non seulement pour permettre d’augmenter le nombre et la diversité génétique des individus présents en Europe, mais également pour favoriser les échanges avec les autres continents. Et, pourquoi pas, envisager le retour en Afrique de l’Ouest des jeunes nés en Europe !

Une reproduction éclair !
« Après quelques mois d’adaptation pour Léïla, nous lui avons présenté Léon » explique François Huyghe, vétérinaire de Biotropica et responsable du programme d’élevage européen des faux gavials d’Afrique. « Il ne nous a fallu que quelques minutes d’attente avant d’observer des accouplements ! C’était incroyable ! »

Un mois après ces accouplements, le comportement de Leila a changé. Celle qui n’avait jusqu’alors jamais rencontré de mâle de son espèce commence à modeler un nid. L’équipe animalière décide donc de retirer Léon de son enclos et de placer une caméra près du nid.

Des images uniques au monde !
« Nous sommes particulièrement fiers ! Nous avons pu recueillir des images uniques au monde de la ponte d’un faux gavial d’Afrique ! » s’enthousiasme le vétérinaire. « C’est génial ! Cette espèce est très difficile à observer dans la nature et il n’existe que très très peu de données ! C’est une chance d’avoir ces images ! Cela nous aide à comprendre encore un peu mieux le comportement de ce crocodile si particulier ! »

« Les parcs zoologiques ne sont pas seulement des lieux d’hébergement pour les espèces sauvages. Notre rôle est également d’en apprendre toujours plus sur elles, mieux les comprendre pour mieux les protéger » explique Laëtitia Lassalle, assistante zoologique chargée de conservation à Biotropica. « Toutes ces données sont extrêmement importantes si nous voulons protéger les animaux dans leur milieu naturel ! »

© Biotropica

Une longue attente
Les œufs pondus par Léïla ont été récupérées début mars dans l’enclos. L’équipe de soigneurs les a alors placés dans un incubateur afin de contrôler le taux d’hygrométrie et la température d’incubation. Quelques jours plus tard, le vétérinaire a miré les œufs afin de voir apparaître les signes de fécondation. On dit alors que les œufs « bandent » car une bande noire, correspondant au développement de l’embryon, est visible au centre de l’œuf fécondé. Après une longue attente de 92 jours, les premiers petits museaux ont commencé à percer les coquilles.

© Biotropica

Nicolas Hamoniaux, soigneur chargé des reptiles, amphibiens et poissons de Biotropica ne cache pas son émotion :
« C’est un moment magique, un matin vous arrivez, votre journée commence comme toutes les autres et puis vous
ouvrez l’incubateur. Et là 3 petits museaux apparaissent et commencent à couiner ! »

Dans les jours qui ont suivi, 7 petits « Faux-gavials » sont sortis des œufs. Ils sont désormais visibles du public.

© Biotropica

Le Faux Gavial d’Afrique
Le Faux Gavial d’Afrique, appelé également « Crocodile à nez allongé d’Afrique » est un crocodilien présent uniquement en Afrique de l’Ouest. Classé en danger critique d’extinction, les derniers recensements estiment à moins de 300 individus la population sauvage, menacés par la disparition des forêts qui les abritent et la chasse. C’est un crocodile timide, qui, malgré sa grande taille (les males peuvent dépasser les 4 mètres), se camoufle aisément dans la forêt inondée. Le faux gavial d’Afrique doit son nom à son nez allongé, rappelant celui du Gavial du Gange, un autre crocodilien également menacé de disparition.

Abonnez-vous à notre newsletter

* obligatoire